Esnault-Pelterie REP1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Esnault-Pelterie REP 1 et REP 2
Image illustrative de l’article Esnault-Pelterie REP1
Esnault-Pelterie REP1 de 1906, du Prieuré Saint-Martin-des-Champs (musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers du 3e arrondissement de Paris)

Constructeur aéronautique REP International
Type Monoplan
Premier vol 1906
Date de retrait 1908
Nombre construit Prototypes expérimentaux
Motorisation
Moteur Moteur REP, 7 cylindres semi-radial
Puissance 30 ch
Dimensions
Envergure 9,6 m
Longueur 6,85 m
Surface alaire 18 m2
Masses
Masse à vide 230 kg
Performances
Vitesse maximale (VNE) 60 km/h

Esnault-Pelterie REP 1 et REP 2 sont les deux premiers avions prototypes expérimentaux monoplans, construits entre 1906 et 1908, par le constructeur aéronautique français REP International, du pionnier de l'histoire de l'aviation Robert Esnault-Pelterie.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ingénieur aéronautique et inventeur français Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) réalise ses premières expériences aéronautiques expérimentales en 1902 sur les bases du Wright Planeur 1902, des frères Orville et Wilbur Wright. Il teste son premier planeur remorqué Esnault-Pelterie REP 1 sur une plage près de Calais (les frères Wright réalisent les premiers vols contrôlés et motorisés de l'histoire de l'aviation avec leur Wright Flyer en 1903, aux États-Unis).

Le fuselage est en tubes d'acier recouverts de soie vernie, avec des ailes en bois de type monoplan innovant par rapport aux biplans de l'époque. Le train d'atterrissage est composé d'une roue pneumatique centrale, et de deux roues en bout des ailes. Le son planeur tracté vole sur une distance de 500 m.

En 1907, il équipe son planeur d'un moteur de sa propre conception, de sept cylindres, 30 chevaux, à refroidissement à air, pour une vitesse maxi de 60 km/h. Il invente et expérimente le manche (aéronautique) sur cet avion le , dont le brevet n° 373818 contribuera plus tard à faire sa fortune. Son avion motorisé vole sur 100 m le . Une évolution de son avion Esnault-Pelterie REP 2, équipé d'une gouverne sur la queue arrière, vole le sur une distance record de 1200 m, à une altitude de 30 m.

Esnault-Pelterie fonde sa société REP International de construction de moteurs d'avion, entre autres pour les Breguet Type IV, et autres Vickers R.E.P. Type Monoplane. Il dépose durant sa longue carrière d'industriel pionnier de l'aéronautique, environ 120 brevets variés (mécanique, moteurs, métallurgie, suspensions d'automobiles, pompe à carburant, fusée / moteur de fusée...). L'inventeur fait don de son Esnault-Pelterie REP1 historique, au musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers de Paris, en 1920.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]