Eslettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Seine-Maritime
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Seine-Maritime.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Eslettes
Image illustrative de l'article Eslettes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Notre-Dame-de-Bondeville
Intercommunalité Les Portes Nord-Ouest de Rouen
Maire
Mandat
Didier Cartier
2014-2020
Code postal 76710
Code commune 76245
Démographie
Population
municipale
1 527 hab. (2014)
Densité 298 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 49″ nord, 1° 03′ 12″ est
Altitude Min. 44 m – Max. 167 m
Superficie 5,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Eslettes

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Eslettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eslettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eslettes

Eslettes est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Esletis vers 1040[1],[2], Helledes vers 1075[3].

Albert Dauzat et Charles Rostaing ont renoncé à étudier ce toponyme qu'ils jugent obscur[4]. En revanche François de Beaurepaire, suivi par René Lepelley, y voit l'ancien scandinave sletta « terrain plat »[2],[5] dont l'adjectif est précisément sléttr « plat, nivelé, égal » et qui se poursuit dans l'islandais sléttur de même sens. Cependant, cet appellatif toponymique est employé ici au féminin pluriel, comme tous les mots scandinaves employés en toponymie de façon absolue (ex : Boos, Tostes, Tôtes, Escalles, Écalles ou Veules)[2]. Ils rappellent le pluriel des noms de lieux anglais de même origine noroise, c'est ainsi qu’Eslettes a pour équivalent Sleights (en) (Yorkshire, GB). Les sens global de ce toponyme est donc « les terrains plats ».

Cette explication est confortée par le toponyme Élétot (Seine-Maritime, Esletetot vers 1025)[2], dont le second élément -tot est indiscutablement issu de l'ancien scandinave topt « terrain constructible, ferme » (voir noms en -tot) et dont le premier élément de la forme ancienne Eslet- est semblable.

Alors qu’Élé- est une forme contractée d’Eslete-, dont la graphie est moderne, Eslettes a conservé graphiquement l'initiale Es- qui n'est normalement pas prononcée « Es », mais « É »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1936   De la Moissonnière    
mars 1983 mars 2014 Michel Tieursin PCF  
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Didier Cartier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 527 habitants, en augmentation de 0,53 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
356 342 343 308 386 387 495 440 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475 475 400 399 393 379 430 438 442
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467 467 519 531 497 465 467 477 520
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
501 513 665 935 1 383 1 396 1 521 1 449 1 527
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Jeanne-d'Arc a été construite en 1920 sur les plans de l'architecte Pierre Chirol. Elle est située sur un terrain donné à la commune par Léonce Mollet. L'église relève du diocèse de Rouen. Mgr André du Bois de La Villerabel, archevêque de Rouen l'a bénie le 14 juin 1925[10]. Le Bulletin religieux de l'archidiocèse de Rouen la décrit « originale en sa simplicité voulue, parfaitement adaptée au cadre champêtre et aux besoins de la population ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 270b.
  2. a, b, c, d et e François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
    .
  3. ibidem
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 117.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Eslettes », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)