Escalier de service (film, 1954)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Escalier de service.
Escalier de service
Réalisation Carlo Rim
Scénario Carlo Rim
Acteurs principaux
Sociétés de production Films Paul Wagner
Société des Etablissements L. Gaumont
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 89 minutes
Sortie 1954

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Escalier de service est un film à sketches français réalisé par Carlo Rim, sorti en 1954.

Synopsis[modifier | modifier le code]

A bout de ressources et mourant de faim, Marie-Lou, une petite bonne est recueillie par Léo et ses amis squatters. La chaleur de leur accueil la met en confiance et elle leur raconte la vie de ses anciens patrons. La folie et le bruit qui régnaient chez les Dumery où monsieur était ministre. Le silence écrasant et insoutenable que l'on trouvait chez les Delecluze, monsieur étant bourreau. Chez les Béchard, monsieur et son fils Gaston la poursuivaient sous l'œil tolérant de madame. Le couple Berthier, monsieur auteur, madame, actrice, la met à la porte dès que la situation financière fut rétablie. Seul son séjour chez les Grimaldi lui permit de rencontrer Benvenuto, un jeune peintre génial, que Marie-Lou retrouve, lavé de toute accusation, après qu'on l'eut soupçonné d'être un faussaire. Les jeunes gens réunis, l'avenir leur appartient.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Appréciation critique[modifier | modifier le code]

« On ne s'ennuie jamais, l'auteur a mieux que du bagout : il sait voir, entendre et retenir. Il a le sens de l'observation cocasse, du trait caricatural. Courteline, Jules Renard, Alphonse Allais, doivent compter parmi ses maîtres favoris. Parfois un peu de mélancolie apparaît sous le rire, et cette note fugitive nous touche plus qu'un long trémolo.[...] Tout le sketch du « mandataire aux Halles », par exemple, est à retenir : derrière la bouffonnerie se dissimule une très jolie étude de caractère... On n'en regrette que davantage certaines banalités, certaines concessions, que Carlo Rim semble se croire obligé de faire au public. »

— Jean de Baroncelli, Le Monde, 24 novembre 1954

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]