Escadrille française de chasse n°1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Escadrille Française de Chasse no 1
Création 15 mars 1941
Dissolution 30 août 1941
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau français République française
Royal Air Force Royal Air Force
Drapeau de la France Forces françaises libres
Branche Armée de l'air
Type Escadrille
Rôle Appui aérien rapproché
Combat aérien
Effectif 6
Fait partie de no 33 Squadron
no 73 Squadron
Surnom EFC1
Équipement Hawker Hurricane
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Guerre du désert
Siège de Tobrouk
Bataille de Crète
Campagne de Syrie
Décorations Ordre de la Libération
Commandant historique James Denis

L'Escadrille Française de Chasse no 1, en abrégé "EFC1", est une unité de combat et d'appui aérien mise en place par les forces aériennes françaises libres, en collaboration avec la Royal Air Force, pendant la Seconde Guerre mondiale. Malgré son éphémère existence, l'escadrille s'illustre particulièrement en Afrique du nord et au Moyen-orient, ce qui lui vaut de devenir la première unité militaire décorée de la Croix de la Libération avant d'être dissoute au profit du Groupe de chasse Alsace.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

A la fin de l'année 1940, le général de Gaulle et le ministère de l'air britannique s'entendent pour que les pilotes de chasses français ayant rejoint le France libre soient dirigés vers l'Égypte et constituent, au sein de la Royal Air Force, une escadrille française[1]. Six pilotes sont ainsi désignés : James Denis, Louis Ferrant, Albert Littolff, Robert Guédon, Noël Castelain et Xavier de Scitivaux. En février 1941, sous le commandement de James Denis, ils suivent un entraînement à Ismaïlia puis le 15 mars suivant sont affectés en Grèce au sein du no 33 Squadron de la Royal Air Force. À bord de Hurricanes, ils participent à la défense d'Athènes[2]. Mais les officiels français présent en Grèce étant plus favorables au régime de Vichy qu'à la France libre, les pilotes français sont contraints de regagner leur base africaine. Après un passage à Alexandrie, les six hommes gagnent Tobrouk où le 9 avril 1941 l'unité prend officiellement le nom d'Escadrille Française de Chasse no 1[3].

Siège de Tobrouk[modifier | modifier le code]

Affecté au no 73 Squadron, l'escadrille combat à partir du 10 avril lors du siège de Tobrouk contre les troupes germano-italiennes. Sa mission est dans un premier temps d'attaquer les troupes au sol de l'ennemi mais très vite, les pilotes français sont amenés à livrer des combats aériens[1]. Jusqu'au 25 avril, ils remplissent brillamment cette mission, souvent en infériorité numérique, totalisant 81 sorties et dix victoires aériennes homologuées. Cependant l'escadrille perd Robert Guédon, porté disparu, qui est remplacé par André Ballatore[2].

Campagnes en Méditerranée et dissolution[modifier | modifier le code]

Après la bataille de Tobrouk, l'escadrille est basée à Sidi-Haneish et est renforcée par Jean Pompei et Auguste Guillou[1]. Elle participe à la bataille de Crète et à la campagne de Syrie et effectue de nombreuses attaques au sol et des missions de protection des convois en mer. En juin, elle perd encore un de ses membres en la personne d'Auguste Guillou, abattu en combat aérien dans le ciel de la Crète[2]. L'efficacité au combat de l'EFC1 est récompensée le 21 juin 1941 lorsqu'elle devient la première unité militaire à être décorée de la Croix de la Libération. En juillet 1941, l'arrivée du colonel Martial Valin à leur tête donne aux forces aériennes françaises libres une nouvelle impulsion. La création d'unités de chasse plus importantes est envisagée. Fin août, l'escadrille qui comptabilise alors 17 victoires aériennes en 165 missions est déplacée au Liban puis dissoute pour laisser place au Groupe de chasse Alsace[3].

Commandant[modifier | modifier le code]

  • 15 mars 1941 - septembre 1941 : sous-lieutenant James Denis

Compagnons de la Libération[modifier | modifier le code]

L'EFC1 a compté dans ses rangs 9 Compagnons de la Libération. 2 sont Morts pour la France en combattant dans ses rangs.

  • André Ballatore (1913-1997),
  • James Denis (1906-2003), sous-lieutenant commandant de l'escadrille
  • Louis Ferrant (1908-1979)
  • Auguste Guillou (1914-1941), Mort pour la France le 2 juin 1941 au-dessus de la Crète
  • Marcel Lebois (1916-1943), Mort pour la France le 15 juillet 1943 à Sétif
  • Jean Pompei (1909-1972)
  • Xavier de Scitivaux (1910-1978)

2 autres Compagnons, Noël Castelain et Albert Littolff, ont ensuite rejoint le Régiment "Normandie-Niémen". Le sort a voulu qu'ils disparaissent en même temps le 16 juillet 1943 à Orel

  • Noël Castelain (1917-1943),
  • Albert Littolff (1911-1943),

Décorations[modifier | modifier le code]

Ruban de l'Ordre de la Libération (2).PNG

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Gisclon, La grande aventure de la chasse française de 1939 à 1945, Éditions France-Empire, (ISBN 2-704803-09-9).
  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, SHAA, (ISBN 2-904521-46-1).
  • Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud 1940-1942 : Aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Editions du Gerfaut, (ISBN 2-914-62292-9).
  • Mémorial des Compagnons - 1940-1945 : Compagnons morts en le 18 juin 1940 et le 8 mai 1945, Paris, Imprimerie nationale, .
  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 2-356-39033-2).
  • « Les Forces Aériennes Françaises Libres. Juin 1940 : naissance des FAFL au Moyen-Orient », Icare (revue), no 128,‎ .
  • Yves Morieult, « Les French Flight des escadrilles françaises au sein de la RAF », Aéro Journal, no 33,‎ .
  • Dominique Breffort, « Les Forces Aériennes Françaises Libres et la reconstitution de l'armée de l'air (1940-1945) », Wing Masters, no HS n°3,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Biographie - Ordre National de la Libération »
  2. a b et c Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, (ISBN 2-262-01606-2)
  3. a et b Henry Lafont, Aviateurs de la Liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, SHAA, (ISBN 2-904521-46-1)