Erwan ar Moal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Moal.
Erwan ar Moal
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
CoadoutVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Coadout. Tombe Dir-na-dor. 2.jpg
plaque commémorative
Coadout. Tombe Dir-na-dor 1.jpg
Vue de la sépulture.

Erwan ar Moal, pour l'état-civil Yves Le Moal, né le 9 février 1874 à Coadout (Trégor, Côtes-du-Nord) et mort dans la même commune le 14 février 1957, est un écrivain breton.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu paysan, il n'apprend le français qu'à partir de l’âge de six ans. Il est élève du lycée Notre-Dame de Guingamp, puis il entre au grand séminaire de Saint-Brieuc en 1894, il y reste deux années sans accéder au sacerdoce. Il devient enseignant et entame une carrière littéraire en 1902 avec la publication d'un recueil de contes, Pipi gonto. Il devient en 1907 rédacteur en chef de Kroaz ar vretoned ("La Croix des bretons"). Poète bretonnant, membre du Gorsedd de Bretagne sous le nom de barde Dir-na-dor (L'acier qui ne rompt pas), il milite après la Première Guerre mondiale avec l'abbé Perrot au sein du mouvement Bleun Brug et fonde avec Auguste Bocher la revue Breiz, journal hebdomadaire catholique qui fut imprimé de 1927 jusqu'en 1939, dont il fut rédacteur[1].

Homme de foi, dès 1933 et 1934 il dénonce avec force dans son journal de langue bretonne Breiz le caractère « diabolique, inhumain et anti-chrétien » du nouveau régime national-socialiste allemand. En 1938, il condamne une nouvelle fois le fascisme et le national-socialisme dans un article qui paraît dans Breiz. Il compare ces idéologies à une peste.

Erwan ar Moal, Goulven Mazéas, Maurice Duhamel et leurs camarades inconnus (comme le mécanicien Le Rouzic de War Zao à Guingamp et ses camarades restés anonymes) ont fait partie de la Résistance.

Erwan ar Moal fait également paraître de nombreuses poésies dans la revue bretonne Feiz ha Breiz.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ankou dimezet (l'Ankou fiancé). 1900
  • An diaoul-potr (Le diable fait homme). 1900
  • Pipi gonto [1], marvailhou brezonek. Skeudennou gant E. Dudoret. Saint-Brieuc : René Prud'homme, 1902. – Pipi Gonto [2], marvailhou neve. Saint-Brieuc : Ti moullerez Sant-Gwilherm, 1908. (Contes. Rééd. en 1 vol., Quimper : Le Goaziou, 1925.)
  • Mojenn an Ankou (Conte de Anatole Le Braz traduit en breton), Kroaz ar Vretoned, 1911.
  • Buez ar zent savet gant an Ao. Perrot kure Sant-Nouga (La Vie des Saints, adaptation en breton trégorrois), Morlaix, Ar Gwaziou, 1912
  • Iverzon gwelet gant eur Vretonez, (reportage de Brug ar Menez Du au Congrès Eucharistique de Dublin de 1932 traduit en breton), Moulerez Thomas, Guingamp,1933

Publié par la revue Al Liamm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Monnier, "Résistance et conscience bretonne", Yoran Embanner, 2007 [ (ISBN 978-2-916579-09-2)]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]