Erwan Evenou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erwan Evenou
Erwzan Evenou.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
LorientVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Erwan Evenou est un écrivain français de langue bretonne, linguiste, militant politique et professeur d'anglais au collège du Faouët (Morbihan), puis professeur de breton et enfin inspecteur pédagogique régional de breton avant de prendre sa retraite, né à Alger le et mort le à Lorient[1],[2],[3].

Erwan Evenou – Yvon à l’état civil – est un « pied-noir » né à Alger en 1940. À l’époque, on disait simplement « Algérien », identité que l’enfant revendiquait puisque ses ancêtres maternels s’étaient installés dans le pays dès les années 1840[4].

Candidat de l'UDB aux élections législatives de 1973, Erwan Evenou dépasse les 3 % dans la circonscription Hennebont - Le Faouët (Morbihan), avec une pointe à 14 % à Sainte-Brigitte.

Militant syndicaliste actif au sein du SNI-PEGC, il mène parallèlement une activité militante bretonne : rédaction de nombreux articles pour les revues Al Liamm et Pobl Vreizh, organe en langue bretonne de l'UDB. Il a été secrétaire général du « Galv », comité d'action progressiste pour la langue bretonne. Il publie des poèmes et un roman.

Reçu en 1986 à la première session du tout nouveau CAPES de breton, Erwan Evenou soutient l’année suivante une thèse de doctorat à l’université de Rennes II. À la rentrée 1991, il est appelé par le Recteur d’Académie aux fonctions d’inspecteur pédagogique de langues et cultures régionales. La même année, il publie un roman d’expression bretonne sur le drame algérien, Nikolazig ar Broioù tomm (le petit Nicolas des pays chauds), qui plus tard figurera au programme du CAPES de breton.

À son départ à la retraite en 1999, deux fois décoré dans l’Ordre des Palmes académiques, le fonctionnaire rédige La Langue bretonne en Quête de Légitimité, sorte d’audit sur la fonction qu’il a occupée au Rectorat de Rennes. Il y dénonce la discrimination culturelle et l’autoritarisme sectaire toujours vivants au sein d’une République demeurée profondément jacobine.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (br) Erwan Evenou (préf. Yann-Ber Piriou), 'Benn Gouloù Deiz, Brest, Presses populaires de Bretagne, coll. « Barzhonegoù », , 53 p.
  • (br) Nikolazig ar broioù tomm / Le petit Nicolas des pays chauds, (roman), 1991.
  • La langue bretonne en quête de légitimité dans l'éducation et la vie publique, Keltia, 2000.
  • (br) Sant Fiag, 2007 [5]
  • Le Coq, l’Hermine et le Croissant, 2012
  • (br) Bugale milliget ar Baradoz kollet (Al Liamm), 2018
  • Description phonologique du breton de Lanvénégen, thèse de doctorat sur le breton de Lanvénégen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaëlle Colin, « Bretagne. Erwan Evenou, ancien président de la Fédération de gouren, est décédé », sur Ouest-France, (consulté le 27 avril 2020)
  2. « Gouren. Erwan Evenou est décédé », sur www.letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 25 avril 2020)
  3. Jean-Jacques Monnier, « Erwan Evenou (1940-2020). Pied-noir, Algérien et Breton », sur lepeuplebreton.bzh, Le Peuple Breton, (consulté le 26 avril 2020)
  4. « Site / Lec'hienn Erwan Evenou » (consulté le 1er juin 2020)
  5. (br) pevarlagad, « Pardon Sant Fiag, Erwan Evenou (2007) », sur A ! Lenn..., (consulté le 1er juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]