Erroll Garner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garner.
Erroll Garner
Description de cette image, également commentée ci-après

Vers 1947

Informations générales
Nom de naissance Erroll Louis Garner
Naissance
Pittsburgh (Pennsylvanie)
Décès (à 55 ans)
Los Angeles (États-Unis)
Genre musical Jazz
Instruments Piano
Années actives 1938-1977
Labels Mercury Records, Columbia Records, Verve Records, Blue Note Records, London Records

Erroll Louis Garner (né le à Pittsburgh et mort le à Los Angeles) était un pianiste de jazz dont le style mélodique et rythmique typique lui valut une grande popularité, ainsi que l'admiration de ses maîtres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 15 juin 1921, Erroll commença à jouer du piano à l'âge de trois ans. Autodidacte, il joua tout d'abord dans l'ombre de son frère Linton, lui aussi pianiste, puis il débarqua à New York en 1944. Il travailla un temps avec le bassiste Slam Stewart — il se servit du morceau Play Fiddle Play pour composer son fameux Play Piano Play —, ainsi que son trio habituel : Eddie Calhoun, son ami d'enfance contrebassiste, et le batteur Fats Heard.

Erroll Garner était un pianiste autodidacte, qui prétendait n'avoir jamais appris jamais à lire les partitions. Il mémorisait tout ce qu'il composait et jouait à l'oreille. Son oreille, sa technique et sa dextérité lui permirent de faire une carrière internationale. Il est fameux pour son swing très personnel, mais le morceau lui ayant valu le statut de star du jazz est Misty, composé en 1954, devenu un grand standard et repris par des centaines d'interprètes dans le monde. Son disque le plus célèbre est Concert By The Sea[1], concert enregistré à Carmel en Californie en 1955.

Le style pianistique le plus fréquent chez Erroll Garner est caractérisé par une main gauche régulière, avec des accords sur tous les temps, à la manière du guitariste de l'orchestre de Count Basie, Freddie Green. A la main droite, la mélodie est souvent jouée en block chords, parfois à la manière du pianiste George Shearing. Toutefois, il est également très célèbre pour ses balades et leurs interprétations en arpèges, comme cela peut être entendu sur l'enregistrement du 17 juin 1950 de Laura, morceau composé par David Raksin. A partir des années 1950, Garner s'entoure du percussioniste cubain Candido, que l'on peut entendre sur l'album Mambo Moves Garner de 1950, entièrement dédié au style mambo, très populaire à cette époque. Ces trois aspects du style d'Erroll Garner se retrouvent dans l'ensemble de ses performances, jusqu'à son ultime album de 1974, Feeling Is Believing où il est accompagné entre autres par le joueur de congas José Mangual.

Une autre caractéristique permettant de reconnaitre le jeu de Garner est, à l'instar de nombreux autres pianistes de jazz, sa façon de ponctuer son jeu par sa voix, souvent entre deux traits musicaux de sa main droite [2].

Certains auteurs avancent que le style d'Erroll Garner est caractérisé par un infime décalage de la main droite par rapport à la main gauche, difficile à percevoir[3].

Erroll Garner était un homme simple, qui outre le piano, aimait bien plaisanter et cuisiner. Une anecdote amusante à son sujet est qu'il jouait toujours le siège de piano remonté au maximum, ou bien, si ce n'était pas suffisant, assis sur des annuaires de la ville de New York, avec pour conséquence une position des mains sur le clavier très verticale. Durant les dernières années de sa vie, il habitait un appartement situé au-dessus du Carnegie Hall de New York.

Il continue de tourner en Europe, au Japon et en Australie de1971 à 1974, participant en plus de ses concerts à plusieurs émissions de télévision.

A partir de 1974, atteint d'un cancer des poumons, il ne se produit plus sur scène. Il décède des suites de sa maladie le 2 janvier 1977, à seulement 55 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'enregistrement Concert by the Sea de 1955, avec Eddie Calhoun à la basse et Denzil Best à la batterie, compte parmi ses meilleurs albums[1]. D'autres sont très brillants tels que Long Ago and Far Away (1951) et Magician (1974), dans lesquels il interprète un grand nombre de standards.

Discographie[modifier | modifier le code]

Non exhaustive :

  • 1945 : Serenade to « Laura »
  • 1949 : Penthouse Serenade - Savoy Records
  • 1951 : Long Ago and Far Away - Columbia Records
  • 1954 : Contrasts - EmArcy
  • 1954 : Garnering - EmArcy
  • 1954 : Gems - Columbia Records
  • 1954 : Music for Tired Lovers - Columbia Records
  • 1954 : Plays Misty - Mercury Records
  • 1955 : Concert By The Sea - Columbia Records
  • 1955 : Solitaire - Mercury Records
  • 1956 : Plays for Dancing - Columbia Records
  • 1957 : Soliloquy - Columbia Records
  • 1958 : Encores In Hi Fi - Columbia Records
  • 1958 : Paris Impressions - Columbia Records
  • 1964 : Amsterdam Concert - Philips
  • 1964 : Plays Jérome Kern
  • 1965 : Plays Gershwin
  • 1968 : Up In Erroll's Room - MGM Records
  • 1970 : Feeling is believing - Mercury Records
  • 1971 : Turin Concert - Gambit Records
  • 1972 : Gemini - London Records
  • 1974 : Magician - London Records

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bob Rusch, « Concert By The Sea – review » (consulté le 10 juin 2013) : « Concert by the Sea was arguably the finest record pianist Erroll Garner ever made [...] ».
  2. Audible dans les passages doux, par exemple dans Where Or When de Concert By The Sea.
  3. Jean Pouchelon, « Erroll Garner, « trompe l’oreille » ? », Musimédiane, no 7,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]