Ernst Wigforss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant suédois image illustrant un homme politique
Cet article est une ébauche concernant une personnalité suédoise et un homme politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ernst Wigforss
Ernst Wigforss - Sveriges styresmän.jpg

Ernst Wigforss.

Fonctions
Ministre suédois des Finances
Député au Riksdag
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
BåstadVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Ernst Johannes Wigforss est un homme politique suédois né à Halmstad, le 24 janvier 1881, et décédé à Stora Hult près de Båstad, le 2 janvier 1977.

Après une formation de linguiste à l'Université de Lund, Wigforss s'engage en politique au sein du parti social-démocrate suédois. Il est notamment élu député à partir de 1919 puis exerce la fonction de ministre des finances de son pays à trois reprises (1925-1926, 1932-1936 et 1936-1949).

Comme ministre des finances, Wigforss a mené une politique économique d'inspiration keynésienne. Il a également joué un rôle important dans l'évolution de la doctrine de son parti, contribuant à la transformation de celui-ci en mouvement politique réformiste.

Wigforss a rédigé ses mémoires en trois volumes entre 1950 et 1954.

Selon des révélations (2009) du quotidien Dagens Nyheter, Ernst Wigforss aurait approuvé, en , l'octroi de crédits importants par une banque privée suédoise aux chantiers navals de l'Allemagne nazie. Jusque-là, il apparaissait comme l'un des adversaires les plus résolus de toute concession à Hitler, par exemple à l'occasion du transit de la division allemande Engelbrecht de la Norvège à la Finlande via la Suède, pour rejoindre le front soviétique au cours de l'été 1941 [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Truc, « Quand la Suède faisait crédit à l'Allemagne nazie », Le Monde, 6 mars 2009. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]