Ernst Wiechert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ernst Wiechert
ErnstWiechert.jpg

Ernst Wiechert, vers 1949.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Ernst Wiechert est un écrivain, né le à Kleinort (aujourd'hui Piersławek, Pologne) dans la région de Sensburg en Prusse-Orientale, mort le à Stäfa en Suisse dans le canton de Zurich.
Publié à des millions d'exemplaires, entre les années 1930 et 1950, il est un des auteurs les plus lus en langue allemande. Son éducation chrétienne et son attachement à la nature façonnent et influencent ses œuvres construites autour de deux idées principales : la beauté de la nature et de la vie dans le pays boisé où il est né, et l'horreur de la guerre destructrice.

Il fait partie des personnalités (intellectuels, artistes, écrivains) allemandes (ou autrichiennes) ayant montré une attitude de résistance passive à l'époque du national-socialisme, attitude résumée dans le concept d'émigration intérieure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un garde forestier, Ernst Wiechert, né dans une maison forestière, passe ses premières années dans la nature, en pleine forêt. Il fait ses études à Königsberg où il devient professeur d'allemand et de sciences naturelles, tout en commençant à écrire des romans, contes et nouvelles. Il écrit son premier livre en 1913. Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il a été blessé, il renonce à son métier d'enseignant pour se consacrer entièrement à sa carrière d'écrivain. La publication de son roman La Servante de Jürgen Doskocil en 1932 assoit sa réputation. En 1933, il s'installe à Berlin.

En 1935, s'opposant au nazisme, il prononce un discours au grand auditorium de l'université de Munich, perçu comme un appel à la résistance, qui lui vaut d'être interné à Buchenwald en 1938, expérience qu'il relate dans Le Bois des morts. Il est déclaré non coupable et relâché cinq mois plus tard à la condition qu'il ne porte plus d'attaque au régime en place.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Fuite (titre original : Die Flucht), 1913 ;
  • Le Loup (titre original : Der Totenwolf), 1924 ;
  • L'Enfant élu, 1929 ;
  • La Grande Permission (titre original : Jedermann), 1931 ;
  • La Servante du passeur (titre original : Die Magd des Jürgen Doskocil), 1932 ;
  • La Commandante, 1934 ;
  • La Forêt (titre original : Der Wald), 1935 ;
  • La Vie simple (titre original : Das einfache Leben), 1939 ;
  • Le Bois des morts (titre original : Der Totenwald), 1945 ;
  • Les Enfants Jéromine (titre original : Die Jeromin-Kinder), 1945 ;
  • La Mère 1948;
  • Des forêts et des hommes (titre original : Wälder und Menschen), (1936) 1950 ;
  • Missa sine nomine, 1950 ;
  • Histoire d'un adolescent, 1962 ;
  • Le Capitaine de Capharnaüm, nouvelles, (1947) 1962, Calmann-Lévy.

Liens externes[modifier | modifier le code]