Ernst Johann von Biron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biron.
Ernst Johann von Biron
Ernst Johann von Biron 111.PNG
Fonction
Régent
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
JelgavaVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Formation
Activité
Famille
Biron von Curland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Karl von Biron (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Gustave von Biron (d)
Dorothea Elisabeth von Medem (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Benigna Gottlieb von Trotha gt Treyden (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Pierre von Biron
Karl Ernst Biron (d)
Hedvig Elizabeth von Biron (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Distinctions
Biron COA.png
blason

Ernst Johann von Biron, comte de Biron (en letton : Ernests Johans fon Bīrons), né Bühren le à Kalnciems et mort le à Mitau, est duc de Courlande de 1737 à 1740 et de 1763 à 1769.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'origine westphalienne, il est le petit-fils d'un palefrenier du duc Jacob de Courlande et fils d'un petit propriétaire terrien courlandais. Malgré cette modeste naissance, il prétendit être parent de la famille noble française des « Biron ». Son nom peut être orthographié Bühren ou Biren

Succédant à Pierre Bestoujev dans le lit d'Anne Ire de Russie, veuve et sans enfant du duc de Courlande Frédéric III Guillaume Kettler, il devient tout puissant lorsque cette princesse monte sur le trône de Russie en 1730. Anna lui fait épouser Benigna von Trotta dit Treyden, de petite noblesse.

Peu instruit, il est malgré tout une personnalité ambitieuse et obtient les titres de comte de Biron et grand-chambellan[1]. Il fait exiler ou périr tous ceux qui lui font ombrage et se fait élire duc de Courlande en 1737, malgré l'opposition de la noblesse de cette province. Il crée une chancellerie secrète chargée d'espionner les sujets de sa Majesté impériale, ainsi que le régiment Izmaïlovski le .

À la mort de l'impératrice en 1740, il s'empare de la régence au nom du jeune Ivan VI mais il est bientôt renversé et envoyé en Sibérie. L'impératrice Élisabeth Ire le rappelle l'année suivante. Enfin, en 1763, Catherine II lui rend son duché de Courlande, duché qu'il laissera à son fils en 1769. Sa plus grande confiance appartenait probablement à son ancien représentant en Courlande, le baron von Knigge, qui fut alors nommé président de la Cour, et Friedrich Wilhelm Raison, qu'il rencontra à Riga et qui servirait le duché pendant près de 30 ans.

Il fait construire les châteaux de Rundale et de Jelgava.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le à Mitau, il épousa Benigna Gottliebe von Trotta (1703-1782), dont deux fils :

  • Pierre von Biron (1724-1800), duc de Courlande de 1769 à 1795, qui laissera une postérité féminine ;
  • Charles Ernest (1728-1801), qui laisse lui aussi une postérité dont descendent les actuels membres de la dynastie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Nisbet Bain, The Pupils of Peter the Great (London, 1897)
  • Christoph Hermann von Manstein, Memoirs (English edition, London, 1856)
  • Claudius Rondeau, Diplomatic Dispatches from Russia (St Petersburg, 1889 - 1892).
  • Edgardo Franzosini, Il mangiatore di carta (Milano:SugarCo) 1989

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ewald baron von Klopmann, Abrégé de l’histoire de Tabago, Archive de la ville de Riga, Lettonie

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.