Ernesto Lecuona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecuona.
Ernesto Lecuona
Lecuona white ink.jpg
Ernesto Lecuona
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Gate of Heaven Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ernesto Sixto de la Asunción Lecuona CasadoVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
The Gershwin of CubaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Tampa (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Ernestina Lecuona Casado (en)
Eugenio Lecuona Casado (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Margarita Lecuona (en) (nièce)
Rafael A. Lecuona (en) (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Ernesto Lecuona (Ernesto Lecuona y Casado), né le à Guanabacoa, près de la Havane et mort le à Santa Cruz de Tenerife (îles Canaries), est un compositeur et pianiste cubain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un journaliste espagnol établi à Cuba, il commença à étudier le piano à 5 ans, avec sa sœur, âgée de 14 ans de plus que lui, en ayant comme professeurs Hubert de Blanck et Joaquin Nin y Peyrellade. À seulement 13 ans, il composa sa première œuvre, une marche à deux temps intitulée Cuba y América, pour une bande orchestrale et plus tard ses premières œuvres importantes, Danzas Cubanas (1911) ou el Vals del Rhin (1912) dont la partition, malgré son titre, confirme sa tendance folklorique. En 1913, il est diplômé du Conservatoire national de Cuba à La Havane et commence une grande tournée aux États-Unis, en Espagne, en France avec les Lecuona's Cuban Boys. Avec Gonzalo Roig et Rodrigo Prats, il forme la plus importante trilogie de compositeurs du théâtre lyrique cubain, tout particulièrement en matière de zarzuelas. Parmi ses compositions, ressortent des zarzuelas comme Canto Siboney (connue sous le titre de Siboney, et reprise en son cubain ou en jazz depuis), Damisela Encantadora, Diablos y Fantasías, El Amor del Guarachero, El Batey (1929), El Cafetal, El Calesero, El Maizal, La Flor del Sitio, Tierra de Venus (1927), María la O (1930) et Rosa la China (1932) ; les chansons Canto Carabalí, La Comparsa et Malagueña (1933), qui fait partie de sa suite Andalucía (et qui impressionna Maurice Ravel) ; ses œuvres pour danse comme Danza de los Ñáñígos et Danza Lucumí ; l'œuvre El Rumbero de Yarey, la Rapsodia Negra pour piano et orchestre comme aussi sa Suite Española.

Il meurt à Santa Cruz de Tenerife, (îles Canaries), le , après avoir refusé de retourner dans une Cuba devenue communiste.

En 2008, l'écrivaine cubaine Daína Chaviano lui rend hommage en l'incorporant comme personnage dans son roman L'Île des amours éternelles (roman cubain le plus traduit de tous les temps, médaille d’Or du concours des Florida Book Awards).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tierra de Venus (1927)
  • Canto Siboney
  • La comparsa (1930)
  • Andalucía (1933)
  • Malagueña
  • Cuba y América (banda de concierto, 1909)
  • Danzas cubanas (1911)
  • Vals del Rhin (1912)
  • Suite española (piano, 1928)
  • El Batey (zarzuela, 1929)
  • María la O (zarzuela, 1930)
  • Rosa la China (zarzuela, 1932)
  • Rapsodia negra (piano y orquesta, 1943)
  • El sombrero de Yarey (opéra)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sous le titre Music of the Americas (vol. IV) sont rassemblées Danzas cubanas, Danzas afrocubanas et Andalucía ainsi que Siboney, interprétées par Polly Ferman (piano) (DOMusic Productions, Anvers (Belgique), DOM 2910 44).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :