Ernest Troubridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Troubridge.

Ernest Charles Thomas Troubridge
Ernest Troubridge
Ernest Troubridge en 1911

Naissance
Hampstead, Angleterre
Décès (à 63 ans)
Biarritz, France
Origine Britannique
Allégeance Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Arme Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Grade Amiral
Années de service 1875-1921
Commandement HMS Queen (en)
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges
Ordre royal de Victoria
Ordre du Soleil levant
Croix de Guerre
Ordre de l'Étoile de Roumanie
Ordre du Sauveur
Ordre de l'Étoile de Karageorge
Ordre de l'Aigle blanc
Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare
Famille Thomas Troubridge (arr.-grd-père)
Una Troubridge 2e femme

Ernest Charles Thomas Troubridge est un amiral de la Royal Navy né le . Il participe à la Première Guerre mondiale, durant laquelle sa réputation est entachée par sa tentative avortée de capturer les navires allemands SMS Goeben et Breslau. Promu amiral en 1919, il participe ensuite à la Commission européenne du Danube avant de s'éteindre subitement à Biarritz le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Troubridge est né dans une famille ayant de forts liens avec l'armée; son père, Thomas Troubridge, fut blessé à la bataille d'Inkerman, son grand-père Edward Troubridge était amiral et son arrière-grand-père Thomas Troubridge était avec Nelson à la bataille du cap Saint-Vincent et la bataille d'Aboukir. Sa mère se nommait Louisa Jane Gurney.

Attaché militaire[modifier | modifier le code]

Le HMS Queen.

Troubridge est nommé attaché naval à Madrid en 1901 puis à Vienne en 1902 avant de l'être au Japon où il est témoin de la bataille de Chemulpo puis du débarquement à Port Arthur. À son retour, il est nommé capitaine du HMS Queen, en tant que flag captain du commandant de la Mediterranean Fleet, Charles Drury.

Amirauté[modifier | modifier le code]

Il devient le chef de cabinet du Premier Lord de l'Amirauté Reginald McKenna en 1911 puis chef du Cabinet de guerre (War Office) mais son action est critiquée et Winston Churchill s'arrange pour qu'il quitte son poste. Il est alors nommé chef d'escadre de l'escadre de croiseurs de la Mediterranean Fleet, sous les ordres de Archibald Berkeley Milne.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Monitors sur le danube.

Ainsi, en janvier 1913 il commande les HMS Defence, Black Prince, Duke of Edinburgh (en) et Warrior, le premier étant son navire amiral. C'est à ce poste qu'il est incapable d'intercepter les navires allemands SMS Goeben et Breslau. Milne et lui sont blâmés et il passe en cour martiale en novembre 1914 . Malgré son acquittement il est envoyé à un poste moins prestigieux en tant que chef de la mission militaire en Serbie pour contrer les monitors Austro-hongrois et bloquer le Danube. En janvier 1915 il n'y a pas d'autre voie pour relier les deux empires centraux aux Turcs. Avec l'entrée en guerre de la Bulgarie, il fait partie des réfugiés qui traversent en hiver la Serbie et finit son périple à Corfou. Ce partage des malheurs du peuple serbe fait qu'Alexandre Ier, commandant charismatique des Serbes demande qu'il lui soit personnellement attaché. Il reste attaché à l'expédition de Salonique et Louis Franchet d'Espèrey le nomme amiral du Danube.

Commission du Danube[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Commission européenne du Danube.

En mars 1919, il soutient sans ordres Béla Kun et l'instauration de la République des conseils de Hongrie et il est président d'une commission inter-Alliés pour le Danube. De retour en Angleterre il retourne à ce poste en juin 1920 où il reste en service jusqu'en 1924. Il décède de mort subite en 1926 à Biarritz où il est enterré.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert K. Massie, Castles of Steel : Britain, Germany and the winning of the Great War at sea, Vintage Random House, (1re éd. 2003), 865 p. (ISBN 978-0-099-52378-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]