Ernest Starling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernest Starling
Ernest Starling.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
KingstonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Wilhelm Kühne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Ernest Henry Starling (17 avril 1866 - 2 mai 1927) était un physiologiste anglais[1] et pionnier de l'endocrinologie[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a principalement effectué sa carrière à l'University College de Londres, bien qu'il ait également travaillé pendant de nombreuses années en Allemagne et en France. Son principal collaborateur à Londres était son beau-frère, William Bayliss[3].

Starling est surtout connu pour le développement de la loi de Frank-Starling, qu'il a présentée en 1915 et actualisée en 1919[4]. Cette loi indique que le volume d'éjection systolique du cœur augmente en réponse à une augmentation du volume de sang remplissant le cœur (le volume diastolique final) lorsque tous les autres facteurs restent constants[5].

Il est également connu pour son implication avec Bayliss dans l'affaire du Chien brun (en) (Brown Dog affair), une controverse politique de 1903 à 1910 sur la vivisection au Royaume-Uni[6].

En 1891, à 25 ans, il a épousé Florence Amelia Wooldridge, veuve de Leonard Charles Wooldridge, lequel avait été son professeur de physiologie au Guy's Hospital.

Parmi ses autres contribution notables en physiologie, citons:

Starling est devenu fellow de la Royal Society en 1899 et a reçu la Médaille royale en 1913.

Il est mort en 1927 et enterré à Kingstown, en Jamaïque.

La Bayliss and Starling Society (en) a été fondée en 1979 pour favoriser les rencontres entre scientifiques ayant des intérêts communs de recherche concernant le fonctionnement peptidique.

Deux de ses petits-enfants, Boris Starling (en) (né en 1969) et Belinda Starling (1972-2006), sont écrivains.

La Sagesse du Corps[modifier | modifier le code]

En 1923, Starling prononce un discours d'hommage à William Harvey devant les membres du Royal College of Physicians de Londres, le jour de la Saint-Luc.

Cette conférence célèbre fut publiée sous le titre de La Sagesse du corps (The Wisdom of the body).

Elle a été traduite en français par Christine Sinding, spécialiste de l'œuvre de Starling.

C'est en référence à ce texte que le généticien Christopher Wills intitula son livre La Sagesse des gènes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le texte de La Sagesse du corps est disponible sur la page: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2317362/

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henderson, John (2005), A life of Ernest Starling, New York: Published for the American Physiological Society by Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-517780-0)
  2. Modlin, I M; Kidd, M; Farhadi, J (2000), "Bayliss and Starling and the nascence of endocrinology", Regul. Pept. (25 September 2000) 93 (1–3): 109–23, doi:10.1016/S0167-0115(00)00182-8, PMID 11033058
  3. « Ernest Henry Starling », Whonamedit.com (consulté le 21 décembre 2014)
  4. Tucci, P J (1992), "[Ernest Henry Starling—the scientist, the educator, and the fundamental law of the heart]", Arq. Bras. Cardiol. (Apr 1992) 58 (4): 296–302, PMID 1340699
  5. Katz, Arnold M (2002), "Ernest Henry Starling, his predecessors, and the "Law of the Heart"", Circulation (3 décembre 2002) 106 (23): 2986–2992, doi:10.1161/01.CIR.0000040594.96123.55, PMID 12460884
  6. Coral Lansbury, The Old Brown Dog: Women, Workers, and Vivisection in Edwardian England, University of Wisconsin Press, 1985, p. 10–12, 126–127.
  7. Hirst, Barry H (2004), "Secretin and the exposition of hormonal control", J. Physiol. (Lond.) (15 October 2004) 560 (Pt 2): 339, doi:10.1113/jphysiol.2004.073056, PMC 1665254, PMID 15308687
  8. http://joe.endocrinology-journals.org/content/184/1/5.full