Ernest Lessieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernest Lessieux
Naissance
Décès
Nom de naissance
Ernest Louis Lessieux
Nationalité
Drapeau : France Française
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Mouvement
Enfant
Louis Ernest Lessieux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ernest Lessieux est un peintre, aquarelliste et dessinateur français, né à La Rochelle le , et mort à Menton le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1862, Ernest Louis Lessieux est élève de l'école municipale de Nantes[1], ville où il travaille dès 1863 dans l'atelier d'un peintre-décorateur. En 1865, il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris, où il est élève de Maxime Lalanne et de Luc-Olivier Merson[Note 1].

Après s'être porté volontaire aux armées en 1870 dans la guerre contre la Prusse, Ernest Lessieux revient en 1871 dans son département natal, à Rochefort-sur-Mer où, installé au no 78 rue des Fonderies[2], il est professeur de dessin au lycée et nommé conservateur du musée. Il épouse Victorine Virginie Boisramé. Son fils Louis Ernest naît en 1874 : il sera plus tard son élève et son collaborateur à l'illustration des cartes postales de la Compagnie générale transatlantique[3] puis son compagnon d'inlassables randonnées pédestres en quêtes de sites pittoresques, mais aussi un précurseur de la photographie en couleurs[4],[5].

En 1884-1886, Ernest Lessieux effectue un long séjour à Menton pour raisons de santé[6]. Il s'installe à Menton en 1897, résidant dans une maison décorée de fresques de l'artiste mentonnais Guillaume Cerutti-Maori (1866-1955), rue de la Marne, tout en ayant son atelier dans la maison Burkhard. À l'instar d'Alexis Mossa, donnant à Nice dès 1872 des cours de dessin et de peinture à une clientèle fortunée et pour une part importante d'entre elle venue d'Angleterre, Ernest Lessieux gagne lui aussi notoriété et aisance financière en enseignant l'art pictural à Menton, notamment au sein de la colonie anglaise. Il acquiert de la sorte « La Cotinière », sa propriété de l'Île d'Oléron où, outre plusieurs voyages en Italie, en Espagne et au Maroc, il reviendra en des séjours réguliers[6].

Mort le , Ernest Lessieux repose au cimetière du Trabuquet à Menton. Le , Louis Ernest Lessieux inaugure à Menton une exposition-hommage consacrée à l'œuvre de son père.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Ernest Magaglyo et Ernest Lessieux, Le poème mentonnais, Imprimerie du Boéchat, Menton, 1922.

Affiche[modifier | modifier le code]

Illustration[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France

Œuvres dans des collections privées référencées[modifier | modifier le code]

  • Collection Élie Volpi, Menton, aquarelle[16].
  • Collection Gabrielle Reval, aquarelles[17],[18].

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles
  • Ernest-Lessieux, rétrospective-hommage, Salle de musique Grenier, rue Félix-Faure, Menton, .
  • Lessieux père et fils, Association des amis du Musée de l'Île d'Oléron, Place Gambetta, Saint-Pierre d'Oléron, juillet-.
  • Ernest Lessieux, 1848-1925, Musée municipal de Menton, - .
  • Un maître de l'aquarelle, Ernest Louis Lessieux, Palais de l'Europe, Menton, - [19].
  • Oléron, dans les pas d'Ernest et de Louis Lessieux, Musée de l'Île d'Oléron, Saint-Pierre d'Oléron, mai-[18].
  • Promenades de Menton à Monaco à travers les aquarelles d'Ernest Louis Lessieux, Musée des beaux-arts (Palais Carnolès), Menton, mai-[20],[21],[22].
Collectives
  • Salon des artistes français, participation régulières à partir de 1878[1].
  • Exposition de Rochefort, 1882, La vallée de Fontcouverte, aquarelle[23].
  • Exposition internationale de Blanc et Noir, Palais du Louvre, Paris, 1885, deux vues de l'Alhambra (Grenade): La porte du Jugement et Souvenir du Généralife[2].
  • Un siècle d'aquarelles: Ernest Lessieux, Alexis Mossa..., Palais de l'Europe, Menton, [24].

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 8, page 573.
  2. a et b François Bournand, Catalogue illustré de l'Exposition internationale de Blanc & Noir, Palais du Louvre, E. Bernard et Cie imprimeurs-éditeurs, 1885.
  3. a et b Ernest et Louis Lessieux, Cartes postales marines.
  4. Alienor.org, Louis Lessieux et la photographie des couleurs.
  5. L'homonymie des prénoms et leur complicité picturale pourront prêter à confusion entre eux, d'autant que Louis Ernest signera ses œuvres « E. Louis Lessieux ».
  6. a et b André Alauzen, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence, Alpes, Côte d'Azur, Éditions Jeanne Laffitte, 2006.
  7. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Paris, éditions de l'Amateur, , 1069 p.
  8. Site SongeSoleil, Les cartes postales Art nouveau d'Ernest Lessieux
  9. Daniel Auliac, Le roman de Reschal, ou un romancier marginal, biographie, Éditions Publibook, 2010.
  10. Association Les Amis et passionnés du Père-Lachaise, Jules Audeoud, bibliophile et collectionneur.
  11. Reproduite en couverture du livre Port Sépia d'Alain Quella-Villéger, Éditions Le Croït, 2002.
  12. Corine Pelletier, « Don d'une œuvre de Lessieux par les Amis du Musée de l'Îile d'Oléron », Sud-ouest, 8 avril 2015.
  13. Bibi Bourcefranc, Le naufrage du “Presidente Viera”
  14. Montmartre secret, Histoire du “Presidente Viera”
  15. Sophie Lessard, « Trésor des musées : Ernest Louis Lessieux, Le naufrage du “Presidente Viera” », Le Picton, n°196, juillet-août 2009.
  16. Le pays de Nice et ses peintres au XIXe siècle, Ernest Lessieux, collection Volpi.
  17. Babelio, Gabrielle Reval, portrait, biographie.
  18. a b et c Oléron Nature-culture, Oléron, dans les pas d'Ernest et de Louis Lessieux, Musée de l'Ile d'Oléron, 2008
  19. Josiane Tricotti, Énorme succès pour l'exposition Lessieux, in revue Société d'art et d'histoire du Mentonnais, n°121, mars 2007.
  20. Nice Rendez-vous, Exposition: Promenades de Menton à Monaco à travers les aquarelles d'Ernest Louis Lessieux, 2011
  21. Sergio Palumbo, Exposition "Promenades de Menton à Monaco", Site 123 Savoie, 2011
  22. Paris Côte d'Azur,Ernest Louis Lessieux: l'amour du sud
  23. Ville de Fontcouverte, Fontcouverte et les peintres
  24. Nice matin, dix-mille visiteurs pour "Un siècle d'aquarelles", 16 janvier 2009
  25. Buste d'Ernest Lessieux par Léopold Bernstamm, notice sur alienor.org.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Gérard Aubisse, Les peintres, Charentes-Poitou-Vendée, Éditions Gérard Aubisse, 2001.
  • André Alauzen, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence, Alpes, Côte d'Azur, Éditions Jeanne Laffitte, 2006.
  • Côte d'Azur des peintres, Comité régional du tourisme Riviera Côte d'Azur, ([PDF]en ligne).
  • Hugues de la Touche, Impératrices sur la Riviera - Naissance d'un art de vivre, Thalia Édition, 2008.
  • Christian Gendron (avant-propos et préface de Jean-Claude Blémoin, Sophie Lessard et Christophe Huguet), Oléron, dans les pas d'Ernest et de Louis Lessieux, Éditions du Musée de l'Ile d'Oléron, 2008.
  • Sophie Lessard, « Trésor des musées : Ernest Louis Lessieux, le naufrage du “Presidente Viera” », Le Picton, no 196, juillet-.
  • Étienne Chilot, Un jardin pour Eugénie - La dernière impératrice au Cap Martin, Somogy éditions d'art, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]