Ernest II de Saxe-Cobourg et Gotha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernest II.
Ernest II de Saxe-Cobourg et Gotha
ErnstIIofSCG.jpg

Le duc Ernest II de Saxe-Cobourg et Gotha

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Reinhardsbrunn (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Membre de
Conflit
Genre artistique
Famille
maison de Saxe-Cobourg et Gotha (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Frère
Conjoint
Palmarès
Distinction

Ernest II de Saxe-Cobourg et Gotha, né le 21 juin 1818 à Cobourg, décédé le 22 août 1893 à Reinhardsbrunn, est duc souverain de Saxe-Cobourg et Gotha de 1844 à 1893.

Famille[modifier | modifier le code]

Le duc Ernest II appartient à la cinquième branche de la Maison de Wettin, elle-même issue de la deuxième branche. Les Saxe-Cobourg-Gotha appartiennent en effet à la branche « ernestine », fondée par Ernest de Saxe.

Ernest II est le fils aîné du duc Ernest Ier de Saxe-Cobourg et Gotha et de son épouse, la princesse Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg. Le 3 mai 1842, il épouse la princesse Alexandrine de Bade (1820-1904), fille du grand-duc Léopold Ier de Bade, mais leur union reste sans postérité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest II de Saxe-Cobourg-Gotha succède à son père à la tête du duché de Saxe-Cobourg-Gotha en 1844.

Malgré les conseils de modération de son frère[réf. nécessaire], le prince consort Albert, il souffre d'alcoolisme et se montre un mari volage[réf. nécessaire], ce qui conduit sa femme à demander le divorce.

Pendant son règne, le duc, qui professe des opinions libérales[réf. nécessaire], a des relations étroites avec les États-Unis. Il est ainsi le seul souverain d'Europe à avoir reconnu les États confédérés d'Amérique.

En 1862, il est parmi les candidats à la succession du trône de Grèce, mais refuse finalement d'abandonner son duché. La même année, à la demande de son oncle Léopold Ier de Belgique, il titre barons von Eppinghoven les deux fils illégitimes de Léopold Ier et Arcadie Claret : Georges-Frédéric et Arthur. Arcadie reçoit le même titre en 1863.

À sa mort, son neveu, Alfred d'Édimbourg (lui aussi envisagé comme roi de Grèce en 1862), hérite du duché. Il a composé un opéra, Santa Chiara (Sainte Claire), sur un livret de Charlotte Birch-Pfeiffer.