Ernest Day

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Day.
Ernest Day
Naissance
Mortlake (Grand Londres)
Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 79 ans)
Londres
Angleterre, Royaume-Uni
Profession Directeur de la photographie
Réalisateur
Films notables (directeur de la photographie)
La Malédiction de la panthère rose
La Route des Indes
Superman 4
Séries notables (réalisateur)
Chapeau melon et bottes de cuir
Les Professionnels

Ernest Day est un directeur de la photographie et réalisateur anglais, né le à Mortlake (en) (Grand Londres), mort le à Londres[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Day débute comme deuxième assistant opérateur sur trois films sortis entre 1944 et 1948, puis est premier assistant opérateur sur trois autres films sortis en 1949 et 1950.

Il devient cadreur à l'occasion du film britannique Commando sur la Gironde de José Ferrer, sorti en 1955. Exerçant régulièrement cette fonction jusqu'à un avant-dernier film en 1976, il contribue notamment aux films américains Exodus d'Otto Preminger (1960) et Lord Jim de Richard Brooks (1965), à Davey des grands chemins de John Huston (1969) et Orange mécanique de Stanley Kubrick (1971), ainsi qu'à trois films de David Lean, dont Lawrence d'Arabie (1962). Son dernier film comme cadreur sort en 1988.

Comme chef opérateur, il exerce sur quatorze longs métrages, le premier étant le film britannique Un jour parmi tant d'autres de Peter Collinson (avec David Hemmings), sorti en 1968. Le dernier est la coproduction américano-canadienne Parents de Bob Balaban (avec Randy Quaid et Mary Beth Hurt), sortie en 1989. Dans l'intervalle, mentionnons les films américano-britanniques La Malédiction de la panthère rose de Blake Edwards (1978, avec Peter Sellers et Herbert Lom), La Route des Indes de David Lean (1984, avec Judy Davis et Victor Banerjee) et Superman 4 de Sidney J. Furie (1987, avec Christopher Reeve et Gene Hackman).

Ernest Day est également directeur de la photographie à la télévision, sur six téléfilms diffusés entre 1983 et 1994, auxquels s'ajoute la mini-série Intrigues impériales de Michael Anderson (1991, avec Vanessa Redgrave et Christopher Plummer).

Comme réalisateur, on lui doit deux épisodes de la seconde série Chapeau melon et bottes de cuir (1977) et un épisode de la série Les Professionnels (1978), ainsi que deux films, Opération Green Ice (1981, avec Ryan O'Neal et Anne Archer) et Waltz Across Texas (1982, avec Anne Archer et Noah Beery Jr.).

Durant sa carrière, Ernest Day est aussi réalisateur de seconde équipe, sur une série (Hallmark Hall of Fame (en), deux épisodes, 1979-1988) et huit films à partir de 1969, dont L'Espion qui m'aimait de Lewis Gilbert (1977) et Rambo 3 de Peter MacDonald (1988). Sa dernière contribution au cinéma est pour Mission impossible de Brian De Palma (1996), où il est en seconde équipe directeur de la photographie et réalisateur.

Frère cadet du réalisateur Robert Day (1922-), il travaille à ses côtés sur deux films comme cadreur, dont La Déesse de feu (1965), puis sur trois téléfilms diffusés en 1983 et 1991, comme chef opérateur.

Le film déjà évoqué La Route des Indes lui vaut en 1985 une nomination à l'Oscar de la meilleure photographie et l'année suivante (1986), une nomination au British Academy Film Award dans la même catégorie.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Deuxième assistant opérateur[modifier | modifier le code]

Premier assistant opérateur[modifier | modifier le code]

Cadreur[modifier | modifier le code]

Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

(téléfilms, sauf mention contraire)

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma
Séries télévisées

Réalisateur de seconde équipe[modifier | modifier le code]

Cinéma
Série télévisée

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Distinctions (sélection)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. D'après sa fiche d'état-civil pré-citée des Gens du Cinéma.