Ernest Choquette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernest Choquette (18 novembre 1862 - 14 avril 1941), écrivain, homme politique, journaliste et médecin canadien. Il est le frère de Philippe-Auguste Choquette, de Cyrille Choquette et de Charles-Philippe Choquette.

Le fonds d'archives d'Ernest Choquette est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Mathieu-de-Beloeil, Ernest est le cadet de Joseph Choquette et de Thaïs Audit dit Lapointe, de modeste cultivateur. Plusieurs de leur dix enfants connaissent de brillantes carrières[2]. Ernest fait son cours classique au Séminaire de Saint-Hyacinthe puis poursuit des études en médecine à l'université Laval à Montréal. Dès la fin de ses études en 1886, il s'installe et pratique de manière définitive à Mont-Saint-Hilaire. Lorsqu'il fait la cour à Éva Perreault, qui habite l'autre côté de la rivière Richelieu, il développe avec son ami Calixte Guertin, un service téléphonique entre les deux rives[3].

Mais Choquette veut participer au débat public. Imprégné par le nationalisme canadien français de son temps, il compose quelques œuvres littéraires et collabore de manière régulière à divers journaux[4]. Il entretient également une amitié avec le peintre Ozias Leduc. Il monte à Mont-Saint-Hilaire une pièce de théâtre La Madeleine, alors que son ami Leduc et son jeune élève, Paul-Émile Borduas participeront à l'élaboration du décor[5].

Il est également grandement intéressé à la politique, il devient maire de Mont-Saint-Hilaire en 1907 à 1912. En 1910, grâce à son ami Lomer Gouin alors Premier ministre, Choquette est nommé au conseil législatif dans Rougemont. Il devient membre de la société royale du Canada en 1911, certainement grâce à son appartenance à la famille libérale. Son frère, Philippe-Auguste est l'un des principaux lieutenants de Wilfrid Laurier.

Il est enterré dans le cimetière paroissial de Belœil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Les Ribaud, une idylle de 37, 1898
  • Claude Paysan, 1899 ; prix Robidoux
  • La Terre, 1916
Souvenirs
  • Carabinades, 1900
Théâtre
  • Madeleine, pièce de 5 actes (épisode de 1837), 1916, jouée en 1928.

Revues et journaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Ernest Choquette (P794) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  2. Jean-Mathieu Nichols, «Ernest Choquette 1862-1941, l'éclectique», Le Passeur, 2003, p.3
  3. Pierre Lambert, « L'origine du téléphone à Beloeil et Saint-Hilaire », Dans 300 ans d'histoire d'ici, 1994 p. 46
  4. Jean Cusson, Ernest Choquette, sa vie et ses œuvres, Thèse de maîtrise Université de Montréal, 1969, p.137
  5. Caouette, Diane. « Madeleine : une pièce d’Ernest Choquette à Saint-Hilaire en 1928 », dans Cahier d’histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire, no 59, juin 1999, p. 24-40

Liens externes[modifier | modifier le code]