Ernest Capendu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François-Pierre-Ernest Capendu né le 30 novembre 1825 à Paris[1] et décédé le 19 mai 1868 à Paris (12e)[2], est un écrivain français du XIXe siècle.

Auteur d'une quarantaine de romans-feuilletons, il est un exemple type de romancier populaire de la veine des Paul Féval, Alexandre Dumas, ou encore de Ponson du Terrail, son quasi-contemporain.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Tombe d'Ernest Capendu au cimetière du Père-Lachaise à Paris

Ernest Capendu est né dans une famille aisée de Paris. Lors de l'épidémie de choléra de 1849, il fuit la capitale, se rendant à Marseille, à Oran, visite l'Algérie, puis le Maroc, la Syrie. Il évoque ces villes et ces pays dans plusieurs de ses ouvrages. Il écrit d'abord des pièces de théâtre en collaboration avec Xavier de Montépin ou Théodore Barrière, mais privilégie ensuite l'écriture de romans (une quarantaine en tout) de nature variée :

  • romans de mœurs (Le Pré Catelan)
  • romans historiques (Le Capitaine La Chesnaye)
  • romans fantastiques et ésotériques (Le Chevalier du poulailler)
  • romans maritimes (Marcof le Malouin)
  • romans militaires (La Vivandière de la 17e légère)
  • etc.

Certains de ses romans forment des suites, par exemple la série qui commence par L'hôtel de Niorres. Une courte critique dans L'Aurore, en 1900, décrit Le Tambour de la 32e brigade, dernière partie de ce récit, comme "l'œuvre populaire par excellence. C'est le roman dramatique et mystérieux le plus extraordinaire de notre époque"[3].

« Le romancier ajoute à des aventures échevelées quelques touches d'érotisme, parfois de sadisme, introduit un brin d'occultisme et saupoudre le tout d'exotisme ». Roger Ripoll, dans la revue Europe de juin 1974 a fait une analyse de la "méthode Capendu"[4].

Il épouse en 1858[5] Adélaïde-Pierrette Dorenlot qui meurt un an plus tard presque jour pour jour[6]. Il se remarie avec Lucile Delaville à une date indéterminée[7].

Décédé à la Maison de santé Blanchard de la rue de Picpus, il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (12e division)[8].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Couverture du roman Le Roi du bagne (édition de 1905)

Les romans de Capendu sont le plus souvent d'abord parus sous la forme de romans-feuilletons. Dans la bibliographie qui suit, si n'est pas indiquée de parution en journal, cela n'implique aucunement qu'il n'y en a pas eu.

Illustration du roman Le Roi des gabiers (1862)

Faiblement réédités depuis le milieu du XXe siècle, les romans de Capendu sont toutefois nombreux à être disponibles sur Gallica ou sur le site de La Bibliothèque d’État de Russie[9].

Illustration du roman Le Tambour de la 32e demi-brigade (1862)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Les Faux Bonshommes[10], comédie en quatre actes, écrite en collaboration avec Théodore Barrière, jouée pour la première fois au Vaudeville en 1856. La pièce rencontre un grand succès.
  • Les Fausses Bonnes Femmes[11], comédie en cinq actes, écrite en collaboration avec Théodore Barrière, jouée pour la première fois au Vaudeville en 1858.
  • L'Héritage de Monsieur Plumet[12], comédie en quatre actes, écrite en collaboration avec Théodore Barrière, jouée pour la première fois au Théâtre du Gymnase en 1858.
  • Les Frêlons, comédie en cinq actes, Odéon, 1860.
  • Les Coups d'épingle, comédie en trois actes, jouée pour la première fois au Vaudeville en 1863.
  • Le Veau d'or, écrit en collaboration avec Xavier de Montépin, projet non abouti?

Romans et autres récits[modifier | modifier le code]

  • Le Pré Catelan, Cadot, Paris, 1858 (un exemplaire daté de 1852 à la BnF, mais il semble s'agir en réalité d'une édition de 1859).
  • Mademoiselle La Ruine, avec Xavier de Montépin, Le Mousquetaire (journal d'Alexandre Dumas) en 1856, puis Cadot, 1857.
  • Dolorès, Le Mousquetaire en 1856, puis Dentu, Paris, 1865.
  • Marcof le Malouin, Le Journal pour tous en 1858, puis Cadot, Paris, 1859.
  • Surcouf, Cadot, Paris, 1859.
  • La Capitaine La Chesnaye, Le Journal pour tous en 1860, puis Cadot, Paris, 1860[13].
  • Les Rascals, Cadot, Paris, 1860.
  • Les Colonnes d'Hercule, Cadot, Paris, 1860.
  • Les Mystificateurs, Cadot, Paris, 1860, nouvelles.
  • L'Hôtel de Niorres, Le Journal pour tous en 1860-61, puis édité par Cadot en deux titres, L'Hôtel de Niorres et Bamboulà, Paris, 1861.
  • Le Roi des gabiers, Le Journal pour tous en 1861, puis Cadot, Paris, 1862. (Deuxième partie de L'Hôtel de Niorres).
  • Le Tambour de la 32e, Le Journal pour tous en 1861-62, puis édité par Cadot en deux titres, Le Tambour de la 32e et Bibi-Tapin, Paris, 1862. (Troisième partie de L'Hôtel de Niorres).
  • Le Chasseur de panthères. Épisode des massacres de Syrie, Le Journal pour tous en 1861, puis Hachette (sans le sous-titre), Paris, 1861.
  • L'Homme rouge, Potter, Paris, 1861[14].
  • Les Mystères du Mont-de-Piété, Cadot, Paris, 1861.
  • Marthe de Kerven, Amyot, Paris, 1862.
  • Le Chat du bord, Le Journal pour tous en 1862-63. Paru d'abord en feuilletons, ce roman a connu de nombreux titres lors de ces éditions ultérieures, en particulier: La Corvette La Brûle-Gueule et Crochetout le corsaire, Potter, Paris, 1863; Le Chat du bord et Le Capitaine Crochetout, Dentu, Paris ; La Brûle-Gueule, Bleus et Blancs, La Mary-Morgan et Vœu de haine chez Degorce-Cadot dans les années 1880. Les trois premiers titres sont parmi les rares encore publiés de nos jours, par les éditions Grand West.
  • Le Joug de l'aigle, Potter, Paris, 1864.
  • Les Enfants de Bazoche, Dentu, Paris, 1864.
  • Pour un baiser, Cadot, Paris, 1864.
  • Le Marquis de Loc-Ronan, Cadot, Paris, 1864. (Suite de Marcof le Malouin).
  • Le Chevalier du Poulailler, Le Journal pour tous en 1864, Amyot, Paris, 1864.
  • Cotillon II, Amyot, Paris, 1864. (Deuxième partie du Chevalier du Poulailler).
  • La Mère l'étape, Le Passe-temps 1864-65[15], Degorce-Cadot, Paris, 1879.
  • Le Comte de Saint-Germain, Amyot, Paris, 1865.
  • La Popote, souvenirs militaires d'Oran, ("La Légende de popote", paru dans Le Musée des familles en 1864), Amyot, Paris, 1865[16] (contient le récit de l'épidémie de choléra à Oran en 1849).
  • Le Capitaine Sabre-de-bois, roman militaire, Potter, Paris, 1865.
  • Une Reine d'amour, Cadot, Paris, 1865.
  • Le Mât de fortune, Cadot, Paris, 1865.
  • L'Étudiant de Salamanque, Cadot, Paris, 1865.
  • La Vivandière de la 17e légère, roman militaire, Potter, Paris, 1865.
  • Ango le Dieppois, ("Ango", paru dans Le Musée des familles en 1866), Delagrave, Paris, 1885.
  • La Tour aux rats, dans Le Passe-Temps en 18??, Dentu, Paris, 1867.
  • L'Affaire Duval, Le Courrier d'Ottaouais[17] (Ottawa), Sartorius, Paris, 1867.
  • Arthur Gaudinet, Le Journal pour tous en 1866-67, Degorce-Cadot, Paris, 1867.
  • Les Petites Femmes du couvent, Degorce-Cadot, Paris, 1867.
  • Le Sire de Lustupin. Roman historique inédit, Degorce-Cadot, Paris, 1876[18].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide bibliographique de la littérature française de 1800 à 1906 : prosateurs, poètes, auteurs dramatiques et critiques, par Hugo Paul Thieme (éditions H. Welter, Paris, 1907).
  • Du feuilleton historique au feuilleton policier : Ernest Capendu, Roger Ripoll dans la revue Europe de juin 1974 consacré au roman feuilleton (étude de L'Hôtel de Niorres ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Archives reconstituées de la Ville de Paris, fiche 6/51 [1].
  2. Archives numérisées de la Ville de Paris, état-civil du 12e arrondissement, registre des décès de 1868, acte n° 1630 (vue 12/31) [2]. L'acte précise qu'il était domicilié à Samois et que son épouse Lucile Delaville était rentière.
  3. « L'Aurore »,‎
  4. http://blog.bnf.fr/gallica/?p=2153
  5. Archives reconstituées de la Ville de Paris, 11e arrondissement, fiche 30/51 du 25 janvier 1858. [3]
  6. Archives reconstituées de la Ville de Paris, 6e arrondissement, fiche 8/51 du 26 janvier 1859. [4]
  7. Il n'y a pas de trace d'un mariage Capendu-Delaville dans les registres de l'état-civil de Paris pour la période 1859-1868
  8. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 95
  9. « Ouvrages numérisés de Capendu »
  10. http://www.archive.org/details/lesfauxbonshomme00barruoft
  11. http://www.archive.org/details/lesfaussesbonnes00barruoft
  12. http://www.archive.org/details/lhritagedemons00barr
  13. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5834609s.r=Crise.langFR
  14. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5544863t.r=Ernest+Capendu.langFR
  15. http://www.crcb.org/la-canne-du-tambour-major-impressionne-bonaparte/.html
  16. http://aimable-faubourien.blogspot.com/2010_08_01_archive.html
  17. G. Gervais et J.-P. Pichette dir., Dictionnaire des écrits de l'Ontario français (1613-1993), Ottawa, Les Presses de l'Université d'Ottawa, , p. 208
  18. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55307755.r=Ernest+Capendu.langFR