Ernest Boulanger (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ernest Boulanger
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Henri Alexandre Ernest Boulanger
Nationalité
Formation
Activités
Père
Frédéric Boulanger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Enfants
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Genre artistique
Distinctions

Henri Alexandre Ernest Boulanger, né le [1] à Paris et mort le à Paris, est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Boulanger est issu d'une famille de musiciens. Son père, Frédéric Boulanger (en), est violoncelliste et professeur de chant au Conservatoire de Paris, lui-même premier prix de violoncelle au Conservatoire ; en 1797, il est professeur de violoncelle, attaché à la Chapelle du Roi en 1797[2]. Sa mère, Marie-Julie Boulanger, débute comme mezzo-soprano en 1811 au Théâtre de l'Opéra-Comique de Paris dans une œuvre de Grétry, elle est premier prix du Conservatoire en 1812, elle y chante jusqu'en 1845. Elle a épousé son professeur de vocalisation au Conservatoire, Frédéric Boulanger.

Ernest Boulanger a étudié au conservatoire de Paris et est lauréat du grand prix de Rome à l'âge de 19 ans en 1835 avec sa Cantate Achille. En 1842, il commence à se faire un nom dans le tout-Paris musical à la fois en tant que compositeur d'opéras-comiques (une dizaine d'opéras-comiques entre 1842 et 1877) et comme chef d'orchestre. Fétis dit qu'après La Cachette, il « semble avoir désespéré de lui-même. ».

En , il est fait chevalier de la Légion d'honneur. En , il devient professeur de chant au Conservatoire. Il y rencontre Raïssa Ivanovna Mychetsky, une jeune princesse russe âgée de dix-huit ans, qu'il épouse à Saint-Pétersbourg en 1877[3]. En 1881, il est élu à l'académie des Beaux-Arts. Son épouse lui donnera quatre filles dont ne survivront que Nadia Boulanger, pédagogue et chef d'orchestre, et la compositrice Lili Boulanger.

Ernest Boulanger devint membre du jury du Prix de Rome. Au sein du monde culturel de Paris, Ernest Boulanger avait des relations amicales avec Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns et William Bouwens.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Moulin (1840, Livret d’Eugène de Planard)
  • Le Diable à l'École (Livret d’Eugène Scribe) (1842)
  • Les Deux Bergères (1843)
  • La Cachette (1847)
  • Le aux champs (1852, Livret de Michel Carré)
  • Les Sabots de la Marquise (1854, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • L'Éventail (1860, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • Don Quichotte (1896, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • Don Mucarade[4] (1902, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris en ligne, fichier alphabétique de l'état civil reconstitué
  2. (en) Caroline Potter, Nadia And Lili Boulanger, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 978-0-7546-0472-3, lire en ligne), p. 2.
  3. Archives de Paris, acte de mariage n°115 transcrit au 9e arrondissement le 11/02/1878, vue 30 / 31
  4. « Don Mucarade : opéra-bouffe en un acte », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 7 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]