Ernő Dohnányi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Dohnányi Ernő, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Ernő Dohnányi, où le prénom précède le nom.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ernő DohnányiErnst von Dohnányi
Description de l'image Ernő Dohnányi 1.jpg.
Naissance
Pozsony, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès (à 82 ans)
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Compositeur
Formation Université de musique Franz-Liszt
Maîtres Carl Forstner, István Thomán, Hans von Koessler
Enseignement Université de musique Franz-Liszt
Élèves Géza Anda, Annie Fischer, Edward Kilenyi, Balint Vazsonyi, Georg Solti, György Cziffra, Frank Cooper, Ľudovít Rajter
Famille Famille Dohnányi

Ernő Dohnányi (Ernst von Dohnányi en allemand) est un compositeur, chef d'orchestre et pianiste hongrois, né le à Bratislava (alors appelée Pozsony) et mort le à New York. Il est le père de Hans von Dohnányi et le grand-père de Klaus et Christoph von Dohnányi

« Vous pouvez résumer la musique hongroise en une seule personne, Dohnányi. »

— Béla Bartók

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernő Dohnányi est le fils de Frigyes Dohnányi, professeur de mathématiques au lycée royal catholique de Pozsony et également violoncelliste amateur de talent, et de Ottilia Szlabey. La famille remonte à György Dohnányi, anoblie en 1667 par Léopold Ier.

Ernő découvre la musique avec son père avant d'entrer à la Liszt Ferenc Zeneakadémia de Budapest. Il étudie le piano et la composition avec Carl Forstner, organiste à la cathédrale de Bratislava. En 1894, il devient l'élève d'István Thomán pour le piano et d'Hans von Koessler pour la composition. Il fait la connaissance de Béla Bartók, élève lui aussi. Dohnányi compose pendant ses années d'études un Quintette pour piano en ut mineur qui est largement diffusé à Vienne grâce au soutien de Johannes Brahms.

Après quelques leçons reçues d'Eugen d’Albert, Dohnányi fait ses débuts à Berlin en 1897 en tant que pianiste et rencontre un grand succès. Fêté comme le successeur de Franz Liszt, il se produit à travers toute l'Europe, notamment au Queen's Hall de Londres. Également chef d'orchestre, il défend les œuvres de ses contemporains, tel Béla Bartók. Il se rend aux États-Unis en tant que concertiste ou pour jouer de la musique de chambre.

Joseph Joachim l'invite à enseigner à la Hochschule de Berlin, de 1905 à 1915. De retour à Budapest, Dohnányi devient organisateur de concerts avant d'être nommé directeur de l'Académie de musique de Budapest en 1919, puis renvoyé la même année pour raisons politiques. Il retrouvera ce poste de 1934 à 1941.

En 1919, il devient directeur musical de l'orchestre philharmonique de Budapest où il joue aussi bien Bartók que Zoltán Kodály sans défendre sa propre musique. Parmi les élèves de Dohnányi, on peut citer Géza Anda, Annie Fischer, Edward Kilenyi, Balint Vazsonyi, Georg Solti, Ľudovít Rajter, György Cziffra et Frank Cooper.

Après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il a perdu ses deux fils, opposés comme lui aux nazis, Dohnányi se rend aux États-Unis. Il subit une campagne de dénigrement de la part du nouveau gouvernement hongrois, désormais communiste.

Il enseigne pendant dix ans à l'université de Floride et continue à composer avec un intérêt particulier pour la musique folklorique américaine et le jazz. Sa dernière œuvre orchestrale composée en 1953, appelée American Rhapsody, est basée sur les chansons populaires On Top of Old Smokey et I am a Poor, Wayfaring Stranger.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

À l'instar de Béla Bartók et Zoltán Kodály, Dohnanyi s'est inspiré du folklore hongrois, mais il est surtout redevable de l'influence de Johannes Brahms. Il a laissé en tout 48 numéros d'opus.

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Le Voile de Pierrette, pantomime d'après l'œuvre d'Arthur Schnitzler, op. 18 (1909)
  • Tante Simona, opéra comique en un acte, op. 20 (1912)
  • A vajda tornya (La Tour du Voivod), opéra en trois actes sur un livret de Viktor Lányi, d'après Hans Heinz Ewers et Marc Henry, op. 30 (1922)
  • Le Ténor, opéra en 3 actes sur un livret de Ernő Góth, d'après Bürger Schippel de Karl Sternheim, op. 34 (1927)

Œuvres vocales[modifier | modifier le code]

  • Messe Szegediner, op. 35 (1930)
  • Cantate Cantus vitae, op. 38 (1941)
  • Stabat mater, op. 46 (1953)

Œuvres symphoniques[modifier | modifier le code]

  • Symphonie en fa majeur (1896, non publiée)
  • Symphonie nº 1 en ré mineur, op. 9 (1901)
  • Suite pour orchestre en fa dièse mineur, op. 19 (1909)
  • Ouverture de festival op. 31 (1923)
  • Ruralia Hungarica (d'après des airs populaires hongrois), pour orchestre et autres versions pour instruments, op. 32b (1924)
  • Minutes symphoniques pour orchestre, op. 36 (1933)
  • Symphonie nº 2 en mi majeur, op. 40 (1944, révisée en 1956)
  • American Rhapsody, op. 47 (1953)

Œuvres concertantes[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour piano et orchestre nº 1 en mi mineur (le thème initial est inspiré de la Symphonie nº 1 de Brahms), op. 5 (1898)
  • Konzertstück pour violoncelle et orchestre en ré majeur, op. 12 (1904)
  • Variations sur une chanson enfantine pour piano et orchestre, op. 25 (1914) ; sur le thème de Ah ! vous dirai-je, maman de Mozart, K.265
  • Concerto pour violon et orchestre nº 1 en ré mineur, op. 27 (1915)
  • Concerto pour piano et orchestre nº 2 en si mineur, op. 42 (1947)
  • Concerto pour violon et orchestre nº 2 en ut mineur, op. 43 (1950)
  • Concertino pour harpe et orchestre de chambre, op. 45 (1952)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Œuvres pour instrument solo[modifier | modifier le code]

  • Quatre pièces pour piano : Scherzo ; deux intermezzos & cappriccio, op. 2 (1896-1897)
  • Variations & Fugue sur un thème d'E.G. (Emma Gruber), op. 4 (1897)
  • Passacaglia en mi bémol mineur, op. 6
  • Quatre rhapsodies pour piano, op. 11 (1903)
  • Winterreigen, Dix bagatelles, op. 13 (1905)
  • Humoresque en forme de suite : marche ; toccata ; pavane du XVIe siècle avec variations ; pastorale & introduction et fugue, op. 17
  • Trois pièces pour piano; op. 23 (1912)
  • Études de concert pour piano, op. 28 (1916)
  • Variations sur un chant populaire hongrois, op. 29 (1917)
  • Ruralia hungarica, composition en sept mouvements, op. 32a (1923 - 1924)
  • Trois pièces singulières pour piano : Burletta ; nocturne & perpetuum mobile, op. 44 (1951)
  • Passacaglia pour flûte solo, op. 48 nº 2
  • Du und Du : transcription de La Chauve-souris de Johann Strauss, op. 367 (1928)
  • Schatzwalzer : transcription de Le Baron tzigane de Johann Strauss, op. 418 (1928)
  • Gavotte & musette en si bémol (1898 - publ. 1905)
  • Pastorale Noël hongrois (1920)
  • Valse de Coppélia de Delibes
  • Valse de Naila du ballet La Source de Delibes (1897 - publ. 1916)
  • Valse noble (publ. 1925)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Concertos pour piano et orchestre n°1, op.5 & n°2, op.42 : Martin Roscoe (piano) & BBC Scottish Symphony Orchestra, Fedor Glushchenko, 1 CD HYPERION 2001 (Collection Le Concerto romantique pour piano, Vol. 6)
  • Concertos pour piano et orchestre n°1, op.5 & n°2, op.42 : Howard Shelley (piano) & BBC Philharmonic, Matthias Bamert , 1 CD CHANDOS 2010
  • Konzertstück pour violoncelle et orchestre, op.12 (+ Concerto op.20 de E. d'Albert & Symphonie Concertante de G. Enesco) : Alban Gerhardt (violoncelle) & BBC Scottish Symphony Orchestra, Carlos Kalmar, 1 CD HYPERION 2005 (Collection Le Concerto romantique pour violoncelle, Vol. 1)
  • Intégrale de la musique pour piano solo, Vol. 1 : quatre rhapsodies, op. 11 ; Winterreigen, Dix bagatelles, op. 13 ; trois pièces singulières, op. 44 ; Pastorale Noël hongrois & valse de Coppélia de Delibes : Martin Roscoe (piano) 1 CD HYPERION 2012
  • Intégrale de la musique pour piano solo, Vol. 2 : Quatre pièces, op.2 ; Variations & Fugue sur un thème d'E.G. (Emma Gruber), op.4 ; Humoresken in Form einer Suite, op.17 & Valse noble  : Martin Roscoe (piano) 1 CD HYPERION 2013
  • Intégrale de la musique pour piano solo, Vol. 3 : Ruralia hungarica, op 32a ; Variations sur un chant populaire hongrois, op. 29 ; Trois pièces, op.23 ; Du und Du, op.367 ; Schatzwalzer, op.418 ; Gavotte et Musette en si bémol & Valse de Naila  : Martin Roscoe (piano) 1 CD HYPERION 2015
  • Variations sur une chanson enfantine pour piano et orchestre, op. 25 ; Suite pour orchestre en fa dièse mineur, op. 19 & Le voile de Pierrette, op.18 : Howard Shelley (piano) & BBC Philharmonic, Matthias Bamert (direction d'orchestre) 1 CD CHANDOS 1999
  • Concerto pour violon et orchestre n°2, op.43 ; Concertino pour harpe et orchestre de chambre, op.45 & Concerto pour piano et orchestre n°2, op.42 : James Ehnes (violon) ; Clifford Lantaff (harpe) ; Howard Shelley (piano) & BBC Philharmonic, Matthias Bamert (direction d'orchestre) 1 CD CHANDOS 2004
  • Concertos pour violon et orchestre n°1, op.27 & n°2, op.43 : Michael Ludwig (violon) & Royal Scottish National Orchestra, JoAnn Faletta (direction d'orchestre) 1 CD NAXOS 2008
  • Quintettes avec piano n°1, op. 1 & n°2, op.26 ; Sérénade pour trio à cordes, op.10 : The Schubert Ensemble Of London : 1 CD HYPERION Hélios 2012
  • Symphonie n°1, op.9 & American Rhapsody, op.47 : BBC Philharmonic, Matthias Bamert (direction d'orchestre) 1 CD CHANDOS1998
  • Symphonie n°2, op.40 & Minutes symphoniques pour orchestre, op. 36 : BBC Philharmonic, Matthias Bamert (direction d'orchestre) 1 CD CHANDOS 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]