Ermitage Saint-Antoine de Galamus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ermitage Saint-Antoine.
Ermitage Saint-Antoine de Galamus
Image illustrative de l'article Ermitage Saint-Antoine de Galamus
Présentation
Nom local Ermitage Saint-Antoine
Culte Catholique romain
Type Chapelle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Ville Saint-Paul-de-Fenouillet
Coordonnées 42° 50′ 16″ nord, 2° 28′ 52″ est

L'ermitage Saint-Antoine de Galamus est un ermitage situé dans la commune de Saint-Paul-de-Fenouillet, dans les Pyrénées-Orientales.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'ermitage de Saint-Antoine de Galamus est situé au nord-ouest de Saint-Paul-de-Fenouillet au sein des gorges de Galamus, en contrebas de la route départementale D 7 reliant Saint-Paul-de-Fenouillet à Cubières-sur-Cinoble dans l'Aude[1]. L'ermitage est à une altitude de 376 mètres[2]. Les gorges de Galamus, au fond desquelles serpente l'Agly, sont un site naturel classé depuis 1927[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Bien que sans doute fréquenté depuis longtemps, le lieu est mentionné pour la première fois au XVe siècle[4], alors que des moines Franciscains aménagent la grotte en chapelle et construisent un ermitage à proximité[5].

En 1782 la fin de l'épidémie de suette qui touchait les habitants de Saint-Paul-de-Fenouillet est attribuée à la protection de saint Antoine[5].

Déserté après la Révolution, l'ermitage est réhabilité à partir de 1843 par le prêtre et moine franciscain Marie-Joseph Chiron (1797-1852), surnommé le Père Marie, qui y vécut quelques années[4]. Joseph Antoine Cervini et Antoine Ignace Melling visitent le lieu, alors désert, en 1821 et le décrivent comme « la plus belle merveille du Roussillon »[6].

L'ermitage conservait jadis des reliques de la Sainte-Croix, de sainte Victoire et plus tard du père Francisco Palau y Quer, mort en 1872 et béatifié en 1988[5].

L'ermitage Saint-Antoine de Galamus vers 1821 vu par Melling

Pèlerinage[modifier | modifier le code]

L'ermitage est un lieu de pèlerinage traditionnel les lundis de Pâques et les lundis de Pentecôte[7].

Dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Le site de l'ermitage a servi de lieu de tournage de scènes des films suivants :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gorges de Galamus sur le site Aude Cathare
  3. [xls] Sites classés protegés (ligne 1795) sur developpement-durable.gouv.fr, mai 2011
  4. a et b Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  5. a, b et c L'ermitage sur le site de la commune de Saint-Paul-de-Fenouillet
  6. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, La plus belle merveille du Roussillon en 1821, 27 avril 2015
  7. Guide du Roussillon et de l'Andorre : touristique, historique, social, économique, Perpignan, Sud Roussillon, , 286 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]