Ermenilda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ermenilda
Biographie
Naissance
Avant Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Eorcengota (d)
Hlothhere
EcgberhtVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Autres informations
Étape de canonisation

Ermenilda, Eormenhild ou Ermengild est une princesse et religieuse anglo-saxonne du VIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eormenhild est l'une des deux filles du roi Eorcenberht de Kent et de sa femme, la princesse est-anglienne Seaxburh. Elle a deux frères, Ecgberht et Hlothhere, et une sœur, Eorcengota[1]. Elle épouse le roi de Mercie Wulfhere et lui donne un fils, Cenred, et une fille, Werburh. L'historien D. P. Kirby considère ce mariage comme le reflet d'une volonté mercienne de se rapprocher du Kent déjà chrétien et, au-delà, du monde franc. La Mercie est alors en effet en pleine christianisation[2].

Après la mort de son époux, en 675, Eormenhild entre dans les ordres et se retire dans le monastère fondé par sa mère à Minster, sur l'île de Sheppey. Lorsque sa mère quitte Sheppey pour l'abbaye d'Ely, Eormenhild lui succède à la tête du monastère. Elle se rend par la suite à son tour à Ely, où elle succède à nouveau à sa mère comme abbesse[3]. Elle meurt aux alentours de l'an 700. Inhumée à Ely, elle est vénérée comme sainte, avec une fête le 13 février. Sa fille Werburh devient abbesse d'Ely après elle[4].

Toutes les informations sur Eormenhild proviennent de sources rédigées bien après sa mort. Seule une copie d'une charte du roi Wihtred de Kent la mentionne de son vivant, en 699[5]. Elle n'est pas mentionnée par Bède le Vénérable dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais, contrairement à sa sœur Eorcengota[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yorke 1990, p. 36-37.
  2. Kirby 2000, p. 95.
  3. Yorke 1990, p. 70.
  4. a et b Dockray-Miller 2000, p. 13-14.
  5. (en) « S 20 », sur Anglo-Saxons.net (consulté le 5 octobre 2016).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Dockray-Miller, Motherhood and Mothering in Anglo-Saxon England, St. Martin's Press, (ISBN 0-312-22721-3).
  • (en) D. P. Kirby, The Earliest English Kings, Londres, Routledge, (ISBN 0-415-24211-8).
  • (en) Barbara Yorke, Kings and Kingdoms of Early Anglo-Saxon England, Londres, Seaby, (ISBN 978-1-85264-027-9).

Lien externe[modifier | modifier le code]