Erika Stucky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erika Stucky
Erika Stucky (2003).jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
Instrument
Labels
Traumton Records (d), Double Moon Records (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Jazz, performance, cabaret (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
Q1251502 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Erika Stucky[1],[2],[3] (née en 1962 à San Francisco, Californie) est une chanteuse, musicienne, comédienne et cinéaste américano-suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1904, son grand-père Theodor Stucky[4] décide de quitter le Haut-Valais, embarque dans un navire transatlantique pour devenir bûcheron au Canada; plus tard, il s'installe en Californie. Depuis lors, la famille Stucky, de génération en génération, partage sa vie entre la Californie et les montagnes suisses. Le père d'Erika, Bruno Stucky[5], est traiteur en boucherie pour The Palace Hotel de San Francisco. Il est un fan absolu de musique américaine, en particulier de Connie Francis et du Rat Pack. A 7 ans, Erika chante Dean Martin debout sur une chaise, avec un parfait accent américain qui ravit sa famille. A son institutrice qui lui demande ce qu'elle veut faire comme métier, elle répond: "danseuse de hula hoop".

En hiver 1969, pour des raisons économiques autant que par nostalgie pour les Alpes, la famille entière retourne en Europe et s'installe finalement dans le village de Mörel. Elle participe à des groupes folkloriques en costume traditionnel, où elle fait tourner la pièce de monnaie, le balai frappé (qu'elle délaisse plus tard pour une pelle[6]) et chante le jodle. A 17 ans, elle interprète la comédie musicale "Hair" pour laquelle elle joue tous les rôles féminins. Avec une amie, elle voyage pendant huit mois en Amérique du Sud et chante dans les rues, en costume traditionnel, un mélange de répertoire folk américain et de jodle rudimentaire.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Après avoir été chassée de l'école de mim] de Dimitri, elle s'installe à Paris pour deux ans. Elle y étudie le chant jazz avec Jean-Claude Briodin et le théâtre dans l'Atelier Serge Martin, elle y obtient un diplôme de comédienne. En 1985, elle fonde le groupe a capella (avec contrebasse) The Sophisticrats qui donne plus de 500 concerts en Europe et en Afrique, remportant plusieurs prix; Erika réalise par ailleurs ses premiers films en Super8 pour la scène.

En 1991, elle crée avec Marco Raoult le quartette Bubble-Town, dont elle définit le genre comme une "folklore fantasy", un mélange de traditions universelles qui forment une culture imaginaire. En 1994, elle se produit en tant que chanteuse soliste dans le George Gruntz Concert Jazz Band et tourne en Suisse, en Allemagne et en Russie; Elvin Jones et Joe Henderson rejoignent la tournée à Berlin.

En 1997, elle crée avec deux trombonistes américains (Art Baron (en) et Ray Anderson) le trio Mrs. Bubble & Bones[7]. Elle débute une collaboration qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui avec les trombonistes et joueurs de cor des Alpes Robert Morgenthaler et Jean-Jacques Pedretti, et aussi le batteur Lucas Niggli; le groupe est baptisé Roots of Communication. En 1999, elle tourne avec le WDR Big Band de Cologne, dont elle partage l'avant-scène avec le bandonéoniste Dino Saluzzi et le pianiste George Gruntz. En 2000, elle interprète pendant plusieurs mois le rôle de Dieu dans la pièce de Sybille Berg "Helges Leben", au Schauspielhaus de Bochum[8]; son amie Sina y tient le rôle de la Mort, elles composent ensemble la musique du spectacle et débutent à ce moment une collaboration au long cours intitulée Sina & Stucky ou Stucky & Sina, marquée par l'élaboration de films projetés sur scène[9].

En 2002, elle ouvre l'exposition nationale suisse Expo.02 à Morat[10]. Elle est invitée par le guitariste Christy Doran et le batteur Fredy Studer à rejoindre le Jimi Hendrix Project [11](Jamaladeen Tacuma et Kim Clarke (de) y tiennent alternativement la basse). En 2006, les Young Gods l'engagent pour participer au Woodstock Project[12],[13]. La même année, elle reprend le rôle tenu par Linda Ronstadt dans l'opéra "Escalator Over The Hill[14]", composé par Carla Bley, livret de Paul Haines; c'est Carla Bley elle-même qui tient le piano à la Philharmonie de Essen[15].

En 2007, elle est une des trois protagonistes du documentaire de Stefan Schwietert, "Heimatklänge", qui suit trois chanteurs (Noldi Alder et Christian Zehnder) et questionne leur rapport à la tradition suisse[16]. En 2010, elle crée au Stadttheater de Bâle l'opéra "Milk & Honey" de George Gruntz, avec un ballet chorégraphié par Richard Wherlock. La même année, elle donne des concerts avec le projet Stucky & Roots au Pavillon Suisse de l'exposition universelle de Shangaï; sa prestation devant des politiciens suisses et sa vision contemporaine de la tradition génèrent un scandale en Suisse[17].

En 2011, elle fonde avec son producteur Knut Jensen le projet Ping Pong[18] où ukulele, mini-accordéon, ordinateur portable et voix se croisent; elle diffuse sur scène ses films tournés à Shangaï. La même année, elle participe au projet "Raindogs Revisited", un hommage à Tom Waits dirigé par David Coulter de The Pogues, avec notamment Arthur H, Jane Birkin, Steve Nieve, Tiger Lillies, St Vincent[19],[20]. En 2012, elle enregistre entre Stockholm et Londres l'album "Black Widow[21]", auquel participe le collaborateur historique de Tom Waits, Michael Blair.

En 2014, elle crée le spectacle Wally und die Sieben Geier avec l'orchestre autrichien Da Blechhauf'n, elle y interprète un personnage mythique qui vit dans les Alpes au milieu de sept vautours. En 2018, elle enregistre avec un octuor baroque (La Cetra), avec l'ancien membre du groupe allemand Einstürzende Neubauten, FM Einheit, et aussi le contre-ténor Andreas Scholl[22]. Elle y reprend notamment la chanson italienne "Caruso" de Lucio Dalla[23].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • We Love You, The Sophisticrats FunKey, CH 1990
  • Bubbles & Bones, Traumton Records, 2001
  • Lovebites, Traumton Records, 2003
  • Jimi (Doran, Stucky, Studer, Clarke), Double Moon Records, 2005
  • Princess, Traumton Records, 2005
  • Suicidal Yodels, Traumton Records, 2007
  • Stucky Live 1985-2010., Traumton Records, 2011
  • Papito, Traumton Records, 2017
  • Black Widow, Traumton Records, 2013[24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tous patriotes! (3/4). Erika Stucky, un nuage de punk dans votre yodel », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  2. bubbleproductions1, « STUCKY TSR », (consulté le 14 juillet 2018)
  3. « Erika Stucky, black edelweiss », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. (de) « Erika Stucky: «Ich habe einen Traum job» - Coopzeitung - Die grösste Wochenzeitung der Schweiz », Coop Zeitung,‎ 19. juli 2011 (lire en ligne)
  5. « In-Memoriam - Radio Rottu Oberwallis », sur www.rro.ch (consulté le 14 juillet 2018)
  6. « Performance d'Erika Stucky - Radio », sur Play RTS (consulté le 14 juillet 2018)
  7. Traumton, « STUCKY tipsy », (consulté le 14 juillet 2018)
  8. (de) DerWesten - derwesten.de, « Jazz und Jodel gut: Erika Stucky kommt », Der Westen,‎ (lire en ligne)
  9. bubbleproductions1, « THE RED MOVIE - ERIKA STUCKY+SINA », (consulté le 14 juillet 2018)
  10. « 20 Minuten Online Bildstrecke - Jetzt geht's los! », sur www.20min.ch (consulté le 14 juillet 2018)
  11. « Erika Stucky & Band : Play the Music of Jimi Hendrix », sur www.traumton.de (consulté le 1er septembre 2018)
  12. yves kuper, « THE YOUNG GODS- ERIKA STUCKY-IF 6 WAS 9- LIVE AT "MOODS" », (consulté le 14 juillet 2018)
  13. « Les Young Gods recadrent «Woodstock» », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Escalator over the Hill », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  15. Traumton, « EOTH Escalator Over The Hill Carla Bley "WHY" », (consulté le 14 juillet 2018)
  16. filmportal, « Heimatklänge (CH/DE 2006/2007) - Deutscher Trailer », (consulté le 14 juillet 2018)
  17. (de) Von Hubert Mooser, « Schock-Jodlerin und spanischer Wein für Ehrengäste: Riesenkrach um Schweizer Tag an der Expo Shanghai », Blick,‎ (lire en ligne)
  18. MsBubblesProductions, « ACROSS THE UNIVERSE - BOHEMIAN RHAPSODY-STUCKY/JENSEN », (consulté le 14 juillet 2018)
  19. (en) Ian Gittins, « Rain Dogs Revisited - review », sur the Guardian, (consulté le 14 juillet 2018)
  20. katmaidog, « Erika Stucky, "Union Square", Raindogs Revisited at the Barbican. », (consulté le 14 juillet 2018)
  21. MsBubblesProductions, « Erika Stucky's "BLACK WIDOW" WATCHING OVER ME: Blair/Coulter/Edwards », (consulté le 14 juillet 2018)
  22. MsBubblesProductions, « TEA FOR TWO stucky/scholl/fm einheit/jensen+la cetra », (consulté le 14 juillet 2018)
  23. bubbleproductions1, « Erika Stucky + Andreas Scholl CARUSO-I WANT YOU », (consulté le 14 juillet 2018)
  24. (de) « Swiss Music Export » Erika Stucky’s seventh album „Black Widow“ on Berlin’s Traumton Records », sur swiss-music-export.com (consulté le 14 juillet 2018)