Erik Magnus Staël von Holstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erik Magnus Staël von Holstein
Erik Magnus Staël von Holstein.jpg

Portrait du baron Erik Magnus Staël von Holstein.

Fonction
Ambassadeur de Suède en France (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Loddby (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
PolignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Enfant
Albertine de Broglie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le baron Erik Magnus de Staël-Holstein, né le à Loddby, dans l'Östergötland (Ostrogothie, en français) et mort le à Poligny dans le Jura, est un baron et un diplomate suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le baron de Staël appartient à l'illustre famille Staël von Holstein, originaire d'Allemagne et de Livonie. Engagé volontaire dans l'infanterie d'Ostrogothie en 1760, sergent en 1763, porte-fanion en 1768, lieutenant au régiment de Sudermanie en 1772[1] puis capitaine, il devient en 1776 chambellan de la reine Sophie Madeleine. En 1783, il est nommé chargé d'affaires à la Cour de France puis, en 1785, ambassadeur en France. Le , il se marie avec Germaine, la fille du ministre français Necker. Le couple a plusieurs enfants :

Il reçoit le titre de baron en 1788. Après son départ de France en 1793, il est nommé ministre à Copenhague. Le , il est nommé ministre plénipotentiaire suédois auprès de la République française, avant d'être rappelé de nouveau le , puis occupe de nouveau ces fonctions du au .

Il se retire à Paris et meurt le (19 floréal an X) à Poligny (Jura) en se rendant aux thermes d'Aix-les-Bains.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Herman Lindqvist, Gustavs Dagar, 1998 (ISBN 9119642229)
  • Charles Monnard, Notice sur le baron Louis-Auguste de Staël-Holstein, Lausanne, Hignou aîné, 1827

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Chaffanjon, Madame de Staël et sa descendance, Éditions du Palais royal, , 199 p., p. 79.

Liens externes[modifier | modifier le code]