Erhard Friedberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Friedberg.
image illustrant la sociologie
Cet article est une ébauche concernant la sociologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Erhard Friedberg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Erhard Friedberg est un sociologue français d'origine autrichienne né en 1942. Chercheur au CNRS, puis Professeur de sociologie à Sciences Po, il a mené toute sa carrière en France. Il est un des plus importants chefs de file de ce qu'on appelle « L'école française de sociologie des organisations », développée par Michel Crozier depuis les années 1960.

Un modèle théorique de l'organisation[modifier | modifier le code]

La contribution principale d’E. Friedberg à l’analyse des organisations est le développement systématique d’un cadre théorique et d’une démarche méthodologique pour l’analyse de l’action organisée. Dans L'Acteur et le Système (1977), écrit en collaboration avec Michel Crozier, et dans Le Pouvoir et la Règle (1993), il a élaboré un modèle théorique général de l’organisation comprise comme un « processus toujours politique de construction et de maintien d’ordres locaux ou partiels », c’est-à-dire comme une structure d’interactions relativement ordonnée entre des acteurs individuels et collectifs liés par de l’interdépendance stratégique. Les organisations formelles ne sont dans cette perspective qu’un sous-ensemble dans un continuum de tels « ordres locaux », et le cadre théorique et analytique élaboré pour leur analyse peut donc être transposé à l’étude de contextes d’actions apparemment moins structurés et formalisés comme des mouvements de mobilisations politiques et sociales, des arènes de politiques publiques, des marchés et d’autres formes d’action collective.

Dans L'Analyse sociologique des organisations (1972), il donne une première présentation de ce qu'il appellera plus tard "la sociologie de l'action organisée" et de l'outil méthodologique qui l'accompagne, à savoir l'analyse stratégique des organisations ou l'analyse stratégique des systèmes d'acteurs.

Erhard Friedberg est membre du Centre de sociologie des organisations (CSO)(CNRS-Sciences Po) depuis sa création. Il l'a dirigé pendant 15 ans (1992-2007) et y a développé un programme doctoral important. A Sciences-Po, il a été responsable de la mention "Sociologie de l'action : organisation, marché, régulation politique" du Master Recherche de Sciences-Po (2004-2008), après avoir animé le DEA de sociologie créé par Michel Crozier (1992-2005).

Il a participé à la création et dirigé le « Master of Public Affairs »[1] (MPA) de Sciences Po de 2006 à 2012, un programme post-graduate dans le cadre du "Global Public Policy Network" (GPPN), en partenariat avec Columbia University, la London School of Economics, la Lee Kuan Yew School of Public Policy de Singapour et la Hertie School of Governance à Berlin. Après avoir enseigné de nombreuses années la théorie des organisations en Master à Sciences Po, il est maintenant Professeur émérite.

Depuis 2012, il a préparé puis ouvert le premier programme de la toute nouvelle "School of Government and Public Policy"[2] à Jakarta (Indonésie), première école à proposer un Master of Public Policy en anglais en Indonésie.

Docteur honoris causa décerné par l'Université de Liège (mars 2012).

Notes et références[modifier | modifier le code]