Aller au contenu

Erdeni Batur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Erdenibaatar khuntaij
Fonction
Khong tayiji
Khanat dzoungar
-
Biographie
Décès
Père
Conjoint
Yum-Agas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Erdeni Batur ou Erdenibaatar khuntaij (mongol : ᠡᠷᠳᠡᠨᠢ
ᠪᠠᠭᠠᠲᠤᠷ
, cyrillique : Эрдэнэбаатар, MNS : Erdenebaatar) également orthographié Ba’atour-khong-taidji[1], mort en 1653 du clan des Tchoros, est le fondateur et khongtaiji du khanat dzoungar. Il a pour épouse, la khatun Yum-Agas (russe : Юм Агас-хатун)[2], fille de Taisha Kho Örlög des Torguts[3].

Il remplace son père, Khara Khula, mort en 1634, et règne de 1634 à 1653[1]. Voulant fixer les Dzoungars à Tabargataï, comme son père, construit une capitale en pierre à Koubak-sari sur l’Imil, près de l’actuel Tchougoutchak[1].

Il meurt en 1653 et est le père de 11 fils, parmi lesquls Galdan Boshugtu Khan et Sengge qu'il eut avec Yum-Agas[4]. Galdan lui succédera au titre de khongtaiji du khanat dzoungar[5].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a b et c (Grousset 1965, p. 648)
  2. Mirzaeva et Byambazhav 2020.
  3. Alekseeva, p. 5.
  4. (hu) Szilágyi Zsolt, « Az első lépések a Távol-Kelet feléAz orosz–mongol kapcsolatfelvétel a 17. században », Távol-keleti Tanulmányok, nos 1-2,‎ , p. 233–258. (lire en ligne) :

    « Az Erdeni-yin erike összesen 11 fiút említ, akik közül Sengge és Γaldan anyja a torgut Yum-agas volt (Ad’aa 2006: 71). »

  5. (Zsolt 2014, p. 242)

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • René Grousset, L'Empire des steppes, (lire en ligne)
  • (hu) Szilágyi Zsolt, « Az első lépések a Távol-Kelet felé Az orosz–mongol kapcsolatfelvétel a 17. században », Távol-keleti Tanulmányok,‎ , p. 233–258 (lire en ligne)
  • (ru) Саглара Викторовна Мирзаева et Бямбажав Тувшинтугс, « Модель буддийской космологии в «Сутре о восьми светоносных неба и земли» », Главная, t. 12, no 2,‎ (DOI 10.22162/2500-1523-2020-2-271-287, lire en ligne)
  • (ru) Прасковья Эрдниевна Алексеева, ПРИНЦЕССА НИРДЖИДМА И КНИГА ПЕСЕН ТОРГУТОВ КИТАЯ, ЭЛИСТА,‎ (lire en ligne), p. 5

Liens externes

[modifier | modifier le code]