Eranove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eranove
Création 2005
Personnages clés Vincent Le Guennou, Marc Albérola
Forme juridique S.A
Slogan Rendre accessibles les services essentiels de la vie
Siège social Paris
Drapeau de France France
Actionnaires Emerging Capital Partners (53,3 %)
Activité Gestion de services publics, production d'eau et production d'électricité
Effectif 9 000
Site web http://www.eranove.com/

Anciennement appelé Finagestion, le groupe Eranove est actif dans la gestion de services publics et dans la production d’électricité et d’eau potable en Afrique.

Le groupe est présent en Côte d’Ivoire (SODECI, CIE, CIPREL, AWALE et SMART ENERGY) depuis plusieurs décennies, au Sénégal (SDE) depuis 1996, en République démocratique du Congo depuis 2012 (contrat de services avec la REGIDESO). Le groupe développe également des projets au Mali depuis 2015 (Kenié Énergie Renouvelable), au Gabon (Louetsi Hydro, Asokh Energy, Orelo), à Madagascar (Sahofika), et au Togo (Kékéli Efficient Power). Il a réalisé un produit des activités ordinaires de 576 millions d’euros en 2017[1].

Eranove opère une capacité installée de plus de 1 250 MW. Le groupe emploie plus de 9 000 collaborateurs et dessert 1,9 million de clients pour l’électricité et 1,8 million pour l’eau[2].

L’actionnaire majoritaire du groupe Eranove est ECP Finagestion FII S.a.r.l, affilié à Emerging Capital Partners, leader panafricain du capital-investissement.

Historique[modifier | modifier le code]

Entre 2005 et 2006, le groupe Bouygues vend sa filiale énergie, Saur, tout en conservant ses actifs africains et italiens[3]. Les actifs africains sont logés dans la société Finagestion, un holding alors détenu à 100 % par le groupe Bouygues[4].

Entre juillet 2008 et octobre 2009, ECP FII Finagestion S.a.r.l., société affiliée au fonds d’investissement panafricain Emerging Capital Partners (ECP) acquiert progressivement 60 % du capital de cette entité à Bouygues[4],[5]. ECP FII Finagestion S.a.r.l est actuellement détenteur de 53,3 % du groupe Eranove[6].

ECP transforme peu à peu Eranove (à l’époque Finagestion) en une plateforme industrielle panafricaine. Le conseil d’administration choisit de rebaptiser Finagestion en « Eranove » en juillet 2014 à la suite d’un processus consultatif au sein des filiales du groupe[7].

Depuis 1960, le groupe Eranove est présent en Côte d’Ivoire (Société de Distribution d’Eau de Côte d’Ivoire ; Compagnie Ivoirienne d’électricité ; Compagnie Ivoirienne de Production d’électricité ; Awale) ; depuis 1996 au Sénégal (Sénégalaise des Eaux) ; depuis 2013 en République Démocratique du Congo (Contrat de service avec la Régidéso). Le groupe développe d'autres projets à travers l’Afrique, notamment au Mali (Kenié Énergie Renouvelable[8]), au Gabon (Louetsi Hydro, Asokh Energy, Orelo)[9], à Madagascar (Sahofika)[10], en Côte d’Ivoire (Atinkou et Cavally)[11] et au Togo (Kékéli Efficient Power)[12].

Au cours de l’été 2015, les 18,6 % des parts encore détenues par le groupe Bouygues sont cédées au Groupe AXA[13].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Actionnaire Pourcentage
ECP 53,3
Entités AXA 17,8
Investisseurs privés africains 9,3
Actionnariat salarié 8,4
Managers 6,5
CNPS CI 4,7

Source : site internet de l'entreprise[6]

RSE[modifier | modifier le code]

Le groupe est engagé au travers de ses filiales sur l’ensemble des enjeux de la RSE ISO 26 000 et sur les certifications qualité ISO 9001, sécurité OHSAS 18001 et environnement ISO 14001[14].

Opérations d'Eranove (via ses filiales ou des contrats de service)[modifier | modifier le code]

CIPREL (Compagnie ivoirienne de production d'électricité)[modifier | modifier le code]

Acteur majeur de la production électrique en Côte d’Ivoire depuis 1994, la centrale thermique de CIPREL (Compagnie Ivoirienne de Production d’électricité) est composée de sept turbines à combustion, qui utilisent comme combustible principal le gaz naturel extrait au large des côtes ivoiriennes, ainsi que d'une turbine vapeur[15].

CIPREL opère via un contrat de concession, courant jusqu’en 2035, avec l’État de Côte d’Ivoire. Elle est détenue à 83,3 % par Eranove[16].

L’ensemble du périmètre de CIPREL est certifié QSE* : ISO 9001, OHSAS 18001, ISO 14001. CIPREL a atteint sur l’ensemble de son périmètre le stade confirmé du référentiel ISO 26 000 pour son engagement dans la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE)[17].

Historique[modifier | modifier le code]

L’entreprise commence ses activités de production d’électricité en mars 1995 avec CIPREL I (100 MW). En juin 1997, la deuxième tranche (CIPREL II) de 111 MW est mise en service. Puis en décembre 2009, 111 MW (CIPREL III) sont mis en service amenant la capacité de production totale à 321 MW[18].

En décembre 2011, CIPREL se voit confier une nouvelle extension pour accompagner la relance économique de la Côte d’Ivoire : CIPREL IV.

CIPREL IV représente un investissement total (y compris financement) de 222,9 milliards de francs CFA (339,8 millions d’euros)[19] pour 222 MW additionnels en cycle combiné[20]. Cette quatrième tranche est composée d’une nouvelle turbine à combustion de 111 MW mise en service au ainsi que d’une turbine à vapeur de 111 MW[21].

La turbine à vapeur ajoute 111 MW de capacité de production sans consommation additionnelle de gaz naturel et permet ainsi d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 500 000 tonnes de CO2 par an[22], ce qui constitue un facteur de lutte contre le réchauffement climatique tout en optimisant le coût de production d’énergie électrique grâce à une amélioration du rendement thermique[23].

Grâce aux travaux qui se sont achevés fin 2015, CIPREL IV conforte sa position de plus grande centrale thermique à gaz de Côte d’Ivoire avec une capacité totale de production de 556 MW[24] et une production annuelle totale estimée à 3 810 GWh[25].

CIE (Compagnie ivoirienne d’électricité)[modifier | modifier le code]

La CIE (Compagnie Ivoirienne d’Électricité) est un opérateur privé lié à l’État de Côte d’Ivoire par une convention de concession depuis 1990. Cette convention confie à la CIE, l’exploitation des ouvrages de production, de transport et de distribution, la commercialisation, l’importation et l’exportation (pour le compte de l’État ivoirien) de l’énergie électrique sur l’ensemble du territoire national et dans la région[26].

La CIE dessert 1,9 million de clients, opère une capacité de production de 704 MW et 50 000 km de réseau électrique[27].

Depuis fin 2014, la CIE met en œuvre, en collaboration avec son ministère de tutelle, un programme innovant pour faciliter l’accès au plus grand nombre à l’électricité, le Programme Électricité Pour Tous (PEPT). Il a permis de relier 359 000 foyers à l’électricité[28].

La CIE est cotée à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Elle a été notée AA+ (long terme) par l’agence de notation financière Bloomfield Investment en 2016 et est détenue à 55,53 % par Eranove[29].

Les périmètres de la production interconnectée, des mouvements d’énergie et du transport de la CIE sont certifiés QSE selon les référentiels ISO et OHSAS et ont atteint le stade confirmé selon le référentiel ISO 26 000[28].

Via la CIE, le groupe Eranove opère également le Centre des Métiers de l’Électricité (CME), un centre de formation spécialisé dans les domaines de l’électricité, de la gestion et du management implanté à Bingerville dans la banlieue d’Abidjan[30]. Le CME a obtenu la certification RH Excellence et le label « centre d’excellence » de l’Association des Sociétés d’Électricité d’Afrique (ASEA). En 2017, en plus des 230 étudiants dans le cycle BTS/DUT, 4 416 personnes ont été reçues en formation continue et 220 en formation initiale[31]. En mai 2018, le CME signe une convention de partenariat avec le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) pour délivrer la première licence professionnelle française dispensée en Afrique de l’Ouest[32].

SODECI (Société de distribution d’eau de la Côte d'Ivoire)[modifier | modifier le code]

Créée en 1960, première société de distribution d’eau privatisée en Afrique, la SODECI, la Société de Distribution d’Eau de la Côte d’Ivoire, produit, transporte et distribue l’eau potable dans les zones urbaines en Côte d’Ivoire. Depuis 1999, la SODECI exploite et entretient également les ouvrages d’assainissement de la ville d’Abidjan. Elle opère par contrats d’affermage[33].

La SODECI est une société cotée à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). La SODECI a été notée AA- (long terme) et A1- (court terme) par l’agence de notation financière Bloomfield Investment en 2016. Elle est détenue à 46,07 % par Eranove[34].

La SODECI dessert 1 029 000 clients en eau potable, 473 000 en assainissement et produit 251 millions de m3 d’eau potable[6].

Le périmètre production d’Abidjan de la SODECI est certifié qualité ISO 9001, OHSAS 18001, ISO 14001.

SDE (Sénégalaise des eaux)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sénégalaise des eaux.

La SDE, la Sénégalaise des Eaux, produit, transporte et distribue l’eau potable dans les principales villes du Sénégal depuis 1996. Le contrat d’affermage de la SDE[35] avec l’État du Sénégal a été renouvelé trois fois depuis 1996[36],[37].

Entre 1996 et 2017[38], le taux d’accès au service est passé de 80 % à 98 %, et le nombre de clients a plus que doublé (de 241 167 à 743 859)[6]. Le rendement de réseau a progressé de plus de 10 points (1 %). Ces performances ont contribué à l'atteinte par le Sénégal des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans le domaine du service d'eau potable en compagnie des autres acteurs du secteur de l'hydraulique urbaine[39].

La SDE approvisionne les consommateurs à travers des branchements individuels et des bornes fontaines[40]. Elle compte 1209 collaborateurs à la fin 2017[41].

La SDE est membre de l'Association Africaine de l'Eau (AAE), de l'International Water Association (IWA) de la Fédération Mondiale des Opérateurs Privés de Services d'Eau (AQUAFED) et du Conseil Mondial de l'Eau (WWC)[42]. En 2018, la SDE obtient le « Water Utility of the Year » de l’African Utility Week[39].

La SDE est certifiée QSE[43] sur l’ensemble de son périmètre : ISO 9001, OHSAS 18001, ISO 14001. SDE atteint le stade d’exemplarité du référentiel ISO 26 000 pour son engagement dans la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE)[44].

Eranove et la SDE, suite à un processus d’appel d’offres international, ont signé un contrat de service de trois ans, renouvelé en 2017, avec la REGIDESO (République Démocratique du Congo), financé par la Banque Mondiale[45],[46].

Smart Energy Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Filiale de la CIE et du groupe Eranove créée début 2017, Smart Energy a pour mission d’accompagner les entreprises dans l'amélioration de leur performance énergétique[47].

AWALE[modifier | modifier le code]

AWALE fournit des capacités de transmission de données à très haut débit via le réseau électrique de la Côte d’Ivoire[48].

AWALE a signé avec l’État de Côte d’Ivoire une convention d’une durée de 20 ans qui lui octroie un accès exclusif au réseau électrique national de transport et de distribution en vue de la construction et de l’exploitation de réseaux de communication par fibres optiques et par courants porteurs en ligne (CPL)[49].

AWALE est détenue à 77,13 % par Eranove (Eranove + CIE)[49].

Projets en développement exclusif[modifier | modifier le code]

Kékéli Efficient Power[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 2018, la République Togolaise et le groupe Eranove signent une convention de concession pour une centrale électrique thermique à cycle combiné de 65 MW, Kékéli Efficient Power[12]. La convention de concession de production d’électricité porte sur la conception, le financement, la construction, la mise en service, l’exploitation et la maintenance d’une centrale électrique située dans la zone du port de Lomé[50].

Atinkou[modifier | modifier le code]

Le 5 septembre 2016, le groupe Eranove signe un protocole d’accord avec l’État de Côte d’Ivoire pour le financement, la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance d’une centrale thermique à cycle combiné de 390 MW[51], suivi par la signature de la convention de concession le 19 décembre 2018[52]. La centrale de production électrique à cycle combiné Atinkou utilisera le gaz en combustible principal et sera implantée à Jacqueville, à proximité d’Abidjan[11].

Orélo[modifier | modifier le code]

La signature de la convention de concession de l’usine de traitement et d’adduction d’eau potable Orélo fait suite au protocole d’accord signé en mars 2017 par la République Gabonaise, le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et le groupe Eranove[53]. Cette convention de concession porte sur le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle unité de production d’eau potable d’une capacité de production de 140 000 m3 par jour, située dans la province de l’Estuaire[54].

Kenié Énergie Renouvelable[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 2015, à travers sa filiale Kenié Énergie Renouvelable, le groupe Eranove signe avec le gouvernement de la République du Mali une convention de concession d’une durée de 30 ans[8] (à compter de la date de signature) pour le financement, le développement, la construction et l’exploitation de la centrale hydroélectrique de Kenié, de 42 MW. Elle est située sur le fleuve Niger, à 35 km à l’est de Bamako[55],[56].

Asokh Energy[modifier | modifier le code]

Le groupe Eranove et le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) signent avec l’État gabonais, le 21 octobre 2016, un contrat de concession pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation, et, le 26 octobre 2018, le contrat de vente d’énergie électrique de l’aménagement hydroélectrique de Asokh Energy[57] (site de Ngoulmendjim ; 73 MW). Cette centrale hydroélectrique, située sur la rivière Komo, est dédiée à l’alimentation de Libreville[58].

Louetsi Energy[modifier | modifier le code]

Le groupe Eranove et le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) signent avec l’État gabonais, le 21 octobre 2016, un contrat de concession pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation, et, le 26 octobre 2018, le contrat de vente d’énergie électrique de l’aménagement hydroélectrique de Louetsi Energy[57] (15 MW)[59]. Cette centrale hydroélectrique au fil de l’eau, située à 450 km de la capitale sur la rivière Louetsi, sur le site de Dibwangui, est dédiée à l’alimentation du sud-ouest du pays[58].

Cavally[modifier | modifier le code]

En 2014, le groupe Eranove signe un protocole d’accord relatif à l’aménagement hydroélectrique du fleuve Cavally en Côte d'Ivoire. Il engage Eranove pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’aménagements hydroélectriques sur le fleuve Cavally, dans le cadre de la conclusion d’un contrat de construction-exploitation de type BOO (Build Own Operate)[60].

Sahofika[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 2016, le consortium constitué par les groupes Eranove, Eiffage et Themis  signe un accord de projet avec la République de Madagascar[61] pour la construction et l’exploitation d’une nouvelle centrale hydroélectrique d’une puissance installée de 200 MW[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ERANOVE, « Eranove : « En route pour une production d’énergie plus propre au Togo » », sur Agence Ecofin (consulté le 10 décembre 2018)
  2. « Le FGIS et le Groupe Eranove lancent les sociétés de projet pour les deux centrales hydroélectriques - Gabon Initiatives, Actualité Libreville », sur www.gaboninitiatives.com (consulté le 10 décembre 2018)
  3. « Bouygues boucle la vente pour 1,037 milliard d'euros de la SAUR », sur lesechos.fr, (consulté le 13 décembre 2015)
  4. a et b « Le groupe n’est plus majoritaire dans Finagestion après une nouvelle cession de participations », sur Investir (consulté le 10 décembre 2018)
  5. « ECP dans le capital de la CIE - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 13 décembre 2015)
  6. a b c et d « Rapport de développement durable », sur www.eranove.com (consulté le 10 décembre 2018)
  7. Marion Douet, « Eranove a-t-il assez d'énergie pour devenir un leader continental ? - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 13 décembre 2015)
  8. a et b « Eranove va financer le barrage de Kenié au Mali » [fr], sur JeuneAfrique.com, (consulté le 13 décembre 2015)
  9. « Energie : Le FGIS et le groupe Eranove lancent Asokh Energy et Louetsi (...) », sur Gaboneco (consulté le 10 décembre 2018)
  10. a et b « Eiffage et Eranove remportent un méga projet de centrale hydroélectrique à Madagascar », sur L'EnerGeek, (consulté le 10 décembre 2018)
  11. a et b « Eranove va construire une nouvelle centrale électrique en Côte d’Ivoire », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  12. a et b (en-US) AiMedia, « Togo is set to develop Kékéli Efficient Power station | Africa Investor » (consulté le 10 décembre 2018)
  13. « AXA acquiert 18,6% de la société africaine Eranove auprès de Bouygues », sur Investir, (consulté le 13 décembre 2015)
  14. AfricaNews, « La République Togolaise et le Groupe Eranove signent une convention de concession pour une centrale électrique de 65MW », sur Africanews, 2018-10-23cest18:00:55+02:00 (consulté le 10 décembre 2018)
  15. « Business France », sur export.businessfrance.fr, (consulté le 10 décembre 2018)
  16. Agence Ecofin, « CIPREL conforte sa place de première centrale de Côte d’Ivoire avec l'inauguration d'une nouvelle tranche de production », sur Agence Ecofin (consulté le 10 décembre 2018)
  17. (en-US) Mathurin TAPSOBA, « CIPREL conforte sa place de première centrale de Côte d’Ivoire avec l’inauguration … », sur ECODAFRIK, (consulté le 10 décembre 2018)
  18. « CIPREL IV,  une centrale à vapeur innovante et écologique », sur aip.ci (consulté le 10 décembre 2018)
  19. « Côte d’Ivoire : Ciprel récolte 200 millions d’euros », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  20. « Avenant 6 à la convention Ciprel, La Côte d'Ivoire va augmenter sa production de 222 mégawatts », sur Abidjan.net (consulté le 10 décembre 2018)
  21. « Energie / Projet CIPREL IV : la Côte d'Ivoire obtient un prêt de 178 milliards de franc CFA. », sur Abidjan.net (consulté le 10 décembre 2018)
  22. « Côte d'Ivoire: Ciprel booste l'offre électrique | Financial Afrik », sur financialafrik.com,
  23. Hermance K.N, « Abidjan/ fourniture de l'électricité:3500 milliards de francs Cfa d'investissement prévus de 2016 à 2020 », sur www.linfodrome.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  24. (en) « Le gouvernement ivoirien devrait dépasser ses objectifs en matière de projets énergétiques », sur Oxford Business Group, (consulté le 10 décembre 2018)
  25. « La Côte d'Ivoire est proche de conclure un accord de 530 millions $ pour la construction d’une centrale thermique », sur Intellivoire, (consulté le 10 décembre 2018)
  26. « Kablan Duncan : «… que l’énergie soit la lumière qui éclaire et accompagne l’émergence » », sur Abidjan.net, (consulté le 10 décembre 2018)
  27. « Le Centre des Métiers de l’Électricité (CME) obtient 98% de réussite au BTS Électrotechnique 2018 », sur financialafrik.com,
  28. a et b « Compagnie Ivoirienne d'Electricité », sur zonebourse.com
  29. « Compagnie Ivoirienne d’Electricité [CIE] 2018 – Fiche de Notation Financière – Bloomfield Investment Corporation » (consulté le 10 décembre 2018)
  30. « Côte d’Ivoire : la filière électricité forme ses futurs talents », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  31. « Cote d'Ivoire: Le Centre des Métiers de l'Electricité (CME) signe avec le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) français et avec l'incubateur Jokkolabs », sur allAfrica.fr, (consulté le 10 décembre 2018)
  32. « » Côte d’Ivoire/Le centre de formation de CIE va délivrer la première licence professionnelle du CNAM français en Afrique de l’Ouest », sur aip.ci (consulté le 10 décembre 2018)
  33. « M. Eba Basil, Directeur général de la Sodeci : Plus de manque d'eau d'ici fin 2014 en Cote d'Ivoire », sur Abidjan.net (consulté le 10 décembre 2018)
  34. « Sodeci », sur www.brvm.org (consulté le 10 décembre 2018)
  35. « Partenariat Public-Prive, Cas de la Senegalaise des Eaux by Mamadou Dia | Public private partnership », sur ppp.worldbank.org (consulté le 10 décembre 2018)
  36. « Gouvernance de l’eau : Mamadou Dia partage les clés du succes du Sénégal avec ses pairs africains », sur Abidjan.net (consulté le 10 décembre 2018)
  37. « Mamadou Dia : « 240 milliards de F CFA ont été investis entre 1996 et 2008 » », sur jeuneafrique.com,
  38. « Journée mondiale de l’eau : la Sénégalaise des Eaux (SDE) a doublé sa production et le nombre de consommateurs », sur financialafrik.com,
  39. a et b « Afrique: La SDE désignée première société africaine d'eau de l'année », sur allAfrica.fr, (consulté le 10 décembre 2018)
  40. « Présentation », sur www.sde.sn (consulté le 10 décembre 2018)
  41. « Sénégal: La Sénégalaise Des Eaux (Sde) a doublé sa production et le nombre de consommateurs », sur allAfrica.fr, (consulté le 10 décembre 2018)
  42. « Journée mondiale de l’eau : la Sénégalaise des Eaux (SDE) a doublé sa production et le nombre de consommateurs », sur Niamey et les 2 jours (consulté le 10 décembre 2018)
  43. « Rapport sur l'étude des impacts économiques des normes : cas de la SDE »,
  44. « Les normes au service de l’eau en Afrique », sur iso.org,
  45. « RD Congo : Finagestion gérera l’eau pendant trois ans », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  46. « Eranove a-t-il assez d’énergie pour devenir un leader continental ? », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  47. « Smartenergy Côte d'Ivoire » (consulté le 10 décembre 2018)
  48. « Nos activités », sur AWALE Corporation (consulté le 10 décembre 2018)
  49. a et b « Eranove », sur abidjanvilledurable.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  50. « CENTRALE ELECTRIQUE DE KEKELI | Le Togo signe avec Eranove », sur Africa Exclusive, (consulté le 10 décembre 2018)
  51. « Économiser les ressources », sur Eranove (consulté le 10 décembre 2018)
  52. ERANOVE, « L'État de Côte d'Ivoire et le Groupe Eranove signent une convention de concession pour une centrale électrique de 390 MW », sur Agence Ecofin (consulté le 21 décembre 2018)
  53. « Le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et le Groupe Eranove signent trois contrats avec la République Gabonaise », sur Eranove, (consulté le 10 décembre 2018)
  54. « Gabon to develop two hydro plants, water production unit », sur www.hydroworld.com (consulté le 10 décembre 2018)
  55. Agence Ecofin, « Eranove s’engage dans l’énergie hydroélectrique au Mali », sur Agence Ecofin (consulté le 10 décembre 2018)
  56. « Eranove to develop 42MW hydro plant in Mali - International Water Power », sur www.waterpowermagazine.com (consulté le 10 décembre 2018)
  57. a et b « Eau et électricité : Eranove obtient des marchés au Gabon et au Togo », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 10 décembre 2018)
  58. a et b « Déficit électricité Gabon : Les sociétés Asokh Energy et Louetsi Hydro comme solution », sur La référence du Business au Sénégal, (consulté le 10 décembre 2018)
  59. « Louetsi Energy », sur Eranove (consulté le 21 décembre 2018)
  60. « Afrique », sur Eranove (consulté le 10 décembre 2018)
  61. Harilalaina Rakotobe, « Energie - La future centrale de Sahofika sort de l’eau • L'Express de Madagascar », sur L'Express de Madagascar, (consulté le 10 décembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

CIPREL - Projet CIPREL IV[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]