Equalizer (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Equalizer
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film
Titre québécois Le Justicier
Titre original The Equalizer
Réalisation Antoine Fuqua
Scénario Richard Wenk
Acteurs principaux
Sociétés de production CBS Films
Escape Artists
Lonetree Entertainment
Mace Neufeld Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Durée 132 minutes
Sortie 2014

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Equalizer ou Le Justicier[1] au Québec (The Equalizer) est un film d'action américain d'Antoine Fuqua sorti en 2014. Il s'inspire de la série télévisée Equalizer diffusée sur CBS de 1985 à 1989. C’est un thriller particulièrement violent[2] dans lequel un redresseur de tort, ancien agent secret, interprété par Denzel Washington, s’attaque à la mafia russe.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Robert McCall, insomniaque et veuf, travaille à Home Mart, un magasin de grande distribution de bricolage à Boston. Serviable, calme et affable il est apprécié par ses collègues. Il épaule l'un d'eux, Ralphie, pour l'aider à devenir agent de sécurité, bien qu'il soit en surpoids. La nuit, il s'installe dans le même snack-bar pour lire un roman de « la liste des cent romans qu'il faut avoir lus » en buvant du thé. Il y rencontre Alina, jeune prostituée russe, qui désire devenir chanteuse et se fait surnommer Teri, ils sympathisent. Une nuit, alors qu'elle discute avec lui, elle ne répond pas à un appel téléphonique de son proxénète russe Slavi, sachant qu'il veut lui imposer un client qui l'a maltraitée. Elle reste dans le snack-bar à discuter avec Robert. Elle l'accompagne dans la rue alors qu'il rentre chez lui. La voiture de Slavi se gare à leur hauteur. Slavi force Alina à monter dans la voiture en l'insultant. Robert n'intervient pas. Croyant que c'est un client, Slavi lui donne sa carte de visite et lui suggère de le recontacter pour une autre prostituée.

Plus tard, Jack qui tient le snack-bar, apprend à Robert qu'Alina est en soins intensifs à l'hôpital car elle a été tabassée. Robert se rend à l'hôpital, il voit une jeune femme au chevet d'Alina, une autre prostituée russe. Alors qu'elle vient se servir au distributeur de café, il l'aborde. Mandy lui explique que c'est Slavi qui a mis Alina dans cet état. Robert, ancien agent de la CIA, croyait avoir tiré un trait sur ce lourd passé qu'il cherchait à oublier. Il se rend dans le bureau de Slavi qui est en compagnie de quatre de ses sbires. Robert propose 9 800 dollars à Slavi pour acheter Alina. Slavi refuse son offre avec mépris. Robert les tue tous en quelques secondes en retournant leurs propres armes contre eux et à l'aide d'armes improvisées (verre à liqueur, tire-bouchons).

En Russie, le chef du réseau, Vladimir Pushkin, envoie Teddy, son homme de main, pour enquêter sur la mort de Slavi et redémarrer ses affaires à Boston. Robert apprend que Ralphie a démissionné du magasin, le jour où il devait passer son examen d'agent de sécurité. Il se rend au restaurant de la mère de Ralphie. Celui-ci est en train de l'aider à nettoyer les dégâts provoqués la veille au soir par un incendie.

Teri a disparu. Teddy mène une enquête brutale, il comprend que la mort de Slavi n'est pas due à une mafia concurrente. Robert découvre que ce sont deux policiers ripoux rackettant le quartier du restaurant de la mère de Ralphie qui y ont mis le feu. Robert les aborde à la sortie du restaurant alors qu'ils viennent de soutirer de l'argent à la mère de Ralphie. Il leur montre qu'il a filmé leur méfait et les met au tapis en quelques secondes, sans arme. Il leur ordonne de cesser leur racket, et leur donne jusqu'au lendemain pour rendre l'argent aux commerçants, ce qu'ils font. Ralphie reprend le travail à Home Mart.

Teddy apprend que Mandy est la meilleure amie de Teri, il l'interroge et l'étrangle après qu'elle lui a appris avoir vu un homme noir à l'hôpital. Ralphie devient agent de sécurité à Home Mart après avoir réussi l'examen. Un braquage a lieu à Home Mart sous les yeux de Robert. Il se retient d'intervenir pour ne pas mettre en danger les enfants présents. Le braqueur oblige Jenny, la caissière, à lui donner sa bague. Le lendemain Jenny retrouve sa bague dans le tiroir de sa caisse.

Teddy va interroger Robert chez lui. Ses sbires lui fournissent des renseignements à son sujet, mais il a la conviction que ces informations ne sont qu'une couverture. Robert truffe son appartement de webcams. Un soir Teddy et ses hommes essayent de le capturer près du snack-bar, il en tue un et découvre qu'un autre est policier à Boston. Teddy et ses acolytes se rendent à l'appartement de Robert, celui-ci est vide. Caché dans un autre appartement, il les filme. Il a laissé dans son appartement des indices pour faire croire à un départ précipité pour le Mexique en avion, ce à quoi Teddy ne croit pas.

Robert se rend chez Susan Plummer, ancienne collègue de la CIA. Il lui demande des informations sur les hommes qui le pourchassent. Elle lui apprend que Teddy est en fait Nikolaï Itchenko, ancien membre des Spetsnaz. Après la fuite de Robert, deux des trois policiers corrompus par Pushkin ont été supprimés, certainement par Teddy, le troisième, Frank Masters, a disparu.

Robert se rend à Boston chez Masters, le capture et l'interroge. Ce dernier emmène Robert dans l'entrepôt d'une boucherie industrielle, où les employés de Pushkin comptent les billets de banque, les emballent et les stockent sur palettes. Robert capture tous les mafieux et laisse partir le petit personnel avec une liasse de billets. Il menotte Masters à la porte, l'oblige à téléphoner à ses collègues policiers pour des renforts et lui fait avouer qu'il a un coffre dans une banque. Robert s'y rend et prend le contenu du coffre. La police débarque à la boucherie et interpelle Masters et les mafieux, et saisit les billets.

Robert rencontre Nikolaï et lui propose de s'en tenir là. En analysant les documents qu'il a saisis dans le coffre de Masters, Robert établit une liste de personnes corrompues par Pushkin, et voit que le Great Eastern, pétrolier appartenant à Pushkin, est actuellement au port de Boston. Il téléphone à l'agent Moseley du FBI à qui il transmet la liste par courrier électronique et lui envoie par courrier postal les documents du coffre. Dans la nuit, Robert fait exploser le Great Eastern. Teddy apprend que Robert travaille à Home Mart. Il prend alors en otage des employés pour l'obliger à se rendre. Robert vient délivrer ses collègues, et tue un par un tous les preneurs d'otages, Teddy en dernier. Robert se rend en Russie et tue Vladimir Pushkinen en l'électrocutant dans sa salle de bain.

De retour à Boston, Alina l'aborde et l'informe qu'elle a un emploi, ne se prostitue plus, et s'est mise à la lecture. Elle le remercie de lui avoir donné une seconde chance. Robert se sent alors encouragé à continuer d'utiliser ses compétences pour aider les personnes dans le besoin et il publie une annonce en ligne, s'identifiant comme The Equalizer. Il reçoit bientôt un autre appel à l'aide et accepte d'y répondre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Les acteurs principaux Denzel Washington et Chloë Grace Moretz à la première du film au Festival international du film de Toronto 2014.

Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[5] ; version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[6]

Production[modifier | modifier le code]

Développement et distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En juin 2010, on apprend que Russell Crowe souhaite porter à l'écran la série des années 1980 The Equalizer avec Paul Haggis comme réalisateur, et lui-même dans le rôle de Robert McCall[7]. Le réalisateur danois Nicolas Winding Refn a lui aussi été un temps attaché au projet[3].

En décembre 2011, Denzel Washington est pressenti pour le rôle principal, avec Sony Pictures Entertainment et Escape Artists à la production[8]. Le réalisateur Antoine Fuqua rejoint le projet , et retrouve Denzel Washington plus de 10 ans après Training Day (2001)[9].

Chloë Grace Moretz rejoint la distribution le [10].

Melissa Leo, qui incarne ici Susan Plummer, avait déjà tenu un autre rôle dans un épisode de la série originale (saison 1, épisode 3)[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en juin 2013 et se déroule dans le Massachusetts à Salisbury, Hamilton, Chelsea, Haverhill et Boston[11].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Musiques non mentionnées dans le générique
The Equalizer
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Harry Gregson-Williams
Sortie [13]
Durée 51:38
Genre musique de film
Label Varèse Sarabande

Albums de Harry Gregson-Williams

La musique du film est composée par Harry Gregson-Williams.

Liste des titres :

  1. Alone - 4:09
  2. Change Your World - 4:08
  3. McCall's Decision - 4:10
  4. On a Mission - 3:52
  5. Corrupt Cops - 2:48
  6. A Quiet Voice - 3:39
  7. It's All a Lie - 10:36
  8. Concerned Citizen - 2:44
  9. Make an Exception - 5:09
  10. Torturing Frank - 3:44
  11. The Equalizer - 6:39

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film n’obtient pas de récompense dans les festivals susceptibles de le primer lors de sa sortie.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le site américain Metacritic lui attribue la note moyenne de 57100 pour 41 critiques[14]. Sur le site Rotten Tomatoes, il est crédité de 59 % d'opinions favorables pour 197 critiques recensées[15].

Le film reçoit aussi des critiques mitigées en France : le site Allociné propose une note moyenne de 3,15 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 15 médias[16].

Selon Jean-François Rauger dans Le Monde : « Un personnage ambivalent, l’interprétation de Denzel Washington et l’emploi d’un certain humour font le charme du film d’Antoine Fuqua[17]. » Pour Cnews le film évoque « la quête de rédemption d’un antihéros impeccablement campé par Denzel Washington. » Femme Actuelle est séduit par cette « adaptation vigoureuse de la série tv des années 80. »[16]

Selon Première : « De l’éparpillement du scénario (qui passe du mélo au film d’exploitation en un coup de tournevis !) et des tics de mise en scène gratuits (on pense à Tony Scott) naissent un objet hybride amusant, qui fait peu de cas de la morale et du réalisme. Un retour au "vigilante movie" décomplexé qui en réjouira plus d’un(e)[18]. »

Télérama ne cache pas sa déception : « On bâille d'ennui devant cette adaptation d'une vieille série télé, où le plutôt habile Antoine Fuqua (Training Day) sombre dans les pires travers du film d'action, ah non, pardon, du « thriller criminel ». Navet meurtrier serait plus juste. » Positif n’a vu que « ... deux heures de fureur vengeresse au premier degré avec ellipses narratives paresseuses. ». Selon Les Cahier du cinéma : « Moins explosives que prévu, les retrouvailles de Denzel Washington avec Antoine Fuqua ne livrent qu'un film noir musclé mais déséquilibré. »[16]

D'autres critiques notent le caractère manichéen du film, mais pour le JDD, si justement on le prend « au second degré », Equalizer est un « film jubilatoire ». Pour Ecran Large, le « secret » du film « c'est d'empiler, tel un mille-feuilles aux ramifications de prime abord indigestes, différentes postures de cinéma diamétralement opposées pour en faire quelque chose d'étonnamment crédible. Le tout prend miraculeusement pour donner certes un film mutant mais foutraquement jouissif[19]. » Le Parisien définit le film ainsi : « Le bon et les méchants pour un thriller efficace et sanglant ». (Voir critiques détaillées sur Allociné[16]).

Accueil public[modifier | modifier le code]

CinemaScore a rapporté que des spectateurs lui ont attribué la note moyenne de « A– » sur une échelle de A + à F[20].

En France le film n’a fait que 0,7 million d’entrées[21], très loin au Box-office France 2014 derrière les films « grand public » tels que Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (14 millions d'entrées) ou La Famille Bélier (7 millions).

Si on traduit les entrées d'Equalizer en USD, il rapporte 6,2 millions de dollars dans l’hexagone. Aux États-Unis, avec 101 millions de dollars, il s’en sort mieux et finalement, grâce à son bon score dans le reste du monde (91 millions), il récolte des recettes suffisantes (192 millions de dollars) pour en faire un film rentable au regard de son budget (55 millions) et conduire ses commanditaires à envisager un Equalizer 2, qui sort en 2018[22].

Box-office[modifier | modifier le code]

Equalizer prend la tête du box-office américain le week-end de sa sortie avec 34 137 828 $, pour une moyenne de 10 549 $ sur les 3 236 salles qui le distribuent[23]. Il s'agit du meilleur démarrage du réalisateur Antoine Fuqua aux États-Unis, dépassant ainsi La Chute de la Maison Blanche, sorti en , qui avait démarré à 30 373 794 $ à la même période[24]. Au , le film a engrangé 101 530 738 $ de recettes[23]. À l'international, Equalizer enregistre un total de recettes mondiales à 192 330 738 $[23].

En France, où il est distribué dans 377 salles, Equalizer prend, à sa sortie, la seconde place du box-office avec 315 099 entrées[21]. En dix semaines à l'affiche, il affiche un résultat de 734 279 entrées[21].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
101 530 738 $ 15
Drapeau de la France France 734 279 entrées - 10

Monde Total mondial 192 330 738 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Références à d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le film est construit autour du plan du snack bar vu de l'extérieur comme fil rouge et l'image finale rappelle le tableau Nighthawks du peintre Edward Hopper.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Suite[modifier | modifier le code]

Le , il est annoncé que Sony Pictures et Escape Artists ont planifié une suite, écrite par Richard Wenk[25],[26],[27],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour le CNC, « le nombre de scènes de meurtres à l’arme blanche filmées avec une grande précision justifie une interdiction aux mineurs de moins de douze ans ».
  2. Moyenne réalisée sur 41 critiques
  3. Moyenne réalisée sur 197 critiques
  4. Moyenne réalisée pour 15 titres de presse

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le justicier », sur cinoche.com,
  2. a et b « Fiche d'EQUALIZER », sur cnc.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  3. a b c et d « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 8 octobre 2014).
  4. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  5. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 4 juin 2014, m-à-j le 7 octobre 2014.
  6. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 9 janvier 2015
  7. (en) « Russell Crowe Looking To Bring Back The Equalizer », sur The Film Stage, (consulté le 18 août 2014).
  8. (en) « Sony sets 'Equalizer' redo with Denzel Washington », sur Variety, .
  9. (en) Mike Fleming, « Antoine Fuqua Eyes 'Training Day' Re-Team With Denzel Washington In The Equalizer », sur Deadline.com.
  10. (en) Mike Fleming, « Chloe Moretz Getting Lead in 'Equalizer' Movie With Denzel Washington », sur Deadline.com.
  11. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database.
  12. « The Equalizer : Eminem et Sia chantent pour Denzel Washington », sur Metronews, (consulté le 18 août 2014).
  13. (en) « Harry Gregson-Williams - The Equalizer (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic.com.
  14. (en) « The Equalizer », sur Metacritic (consulté le 8 octobre 2014).
  15. (en) « The Equalizer (2014) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 8 octobre 2014).
  16. a b c et d « Critiques presse Equalizer », sur AlloCiné (consulté le 8 octobre 2014).
  17. « « The Equalizer » : irrésistible héros », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  18. « Equalizer », sur Premiere.fr (consulté le 3 mai 2020)
  19. « Equalizer : critique vengeresse », sur EcranLarge.com (consulté le 3 mai 2020)
  20. (en) « CinemaScore »
  21. a b et c « Equalizer », sur JP's Box-Office (consulté le 13 décembre 2014)
  22. « Equalizer 2 : Denzel Washington est de retour dans le premier trailer musclé », sur CinéSéries, (consulté le 3 mai 2020)
  23. a b et c (en) « The Equalizer », sur Box Office Mojo (consulté le 13 décembre 2014)
  24. (en) « Antoine Fuqua », sur Box Office Mojo (consulté le 13 décembre 2014)
  25. (en) Jeff Sneider, « Sequel to Denzel Washington Thriller ‘Equalizer’ Moves Forward as Sony Brings Back Writer Richard Wenk », sur thewrap.com, (consulté le 25 février 2014).
  26. (en) Adam Chitwood, « Sony Developing THE EQUALIZER 2 Following Positive Test Scores; Denzel Washington Expected to Return », sur Collider, .
  27. (en) « ‘The Equalizer 2′ Moving Forward After Positive Test Screenings; Denzel Washington Expected To Return », sur Flicks and Bits, .

Liens externes[modifier | modifier le code]