Épalinges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Epalinges)
Aller à : navigation, rechercher
Épalinges
Blason de Épalinges
Héraldique
Maison de commune d'Épalinges
Maison de commune d'Épalinges
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Lausanne
Communes limitrophes
(voir carte)
Lausanne
Le Mont-sur-Lausanne
Syndic Maurice Mischler
Code postal 1066
N° OFS 5584
Démographie
Gentilé Palinzards
Population 8 912 hab. (31 décembre 2014)
Densité 1 950 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 00″ Nord 6° 40′ 00″ Est / 46.55, 6.66666666667
Altitude 804 m
Superficie 457 ha = 4,57 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Épalinges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Épalinges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Épalinges
Liens
Site web www.epalinges.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Épalinges est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lausanne. Elle fait partie du nord de l’agglomération lausannoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Épalinges s'est créée, vraisemblablement au début du dernier millénaire, par des défrichements successifs sur la forêt du Jorat. La première trace écrite d’Épalinges remonte au XIIIe siècle.

L'une des particularités de la ville est d'être presque entièrement enclavée dans la commune de Lausanne. La question du rattachement de la commune à Lausanne a d’ailleurs été un sujet de discussions, notamment au cours des années 1940. Après plusieurs débats au sein du Conseil, la question est définitivement tranchée le par un refus massif.

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des syndics d'Epalinges[modifier | modifier le code]

  •  ?-1913: Louis Favrat.
  • 1914-1929: Charles Favrat.
  • 1930-1945: Oscar Diserens, Parti libéral suisse (PLS).
  • 1946-1950: Charles Béboux.
  • 1950-1964: Fernand Favrat, Parti radical-démocratique (PRD).
  • 1965-1981: Paul-André Collet, Parti radical-démocratique (PRD).
  • 1982-1989: Francis Michon, Parti radical-démocratique (PRD).
  • 1990-1993: Jacqueline Pittet, Parti socialiste suisse (PSS).
  • 1994-2011: Yvan Tardy, Parti radical-démocratique (PRD).
  • 2011-actuellement: Maurice Mischler, Les Verts.

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Église des Croisettes.
  • L’église des Croisettes, inaugurée le , a été construite sur les plans de l'architecte David Edelstein, soit Perret-Gentil, originaire de Valangin. Le financement a été apporté par la commune de Lausanne, à qui elle appartient toujours. Le campanile a été remplacé en 1913 lors d'une grande restauration qui a touché toute la partie occidentale de l'édifice[3]. Située un peu à l’écart du centre du village, l'église est située sur un terrain de près de 2 ha déclaré non constructible et acheté par la commune au début des années 1950[4]. Elle figure sur la liste des biens culturels d'importance régionale.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par de nombreuses lignes de bus du réseau des Transports publics de la région Lausannoise, mais également par la ligne M2 du métro de Lausanne. La plupart des lignes de bus transitent par le terminus du métro, la station Croisettes. Ainsi les lignes 45, 46, 62 et 64 traversent la commune.

La route principale 1 (H1), ici la route de Berne, Genève - Lausanne - Épalinges - Berne - Zurich - Winterthour - Saint-Gall traverse la commune. La sortie 10 Vennes de l'autoroute A9 Vallorbe - Lausanne - Brigue dessert la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre 2014 », sur Statistiques Vaud (consulté le 3 mars 2015)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Marcel Grandjean, Les Temples vaudois. L'architecture réformée dans le Pays de Vaud, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise 89, , 667 p., p. 128-129
  4. Présentation de l’église des Croisettes sur le site officiel d’Épalinges.
  5. Faculté de biologie et de médecine – Department of Biochemistry (page consultée le 17 septembre 2011).
  6. Faculté de biologie et de médecine – Ludwig Center for Cancer Research of the UNIL (page consultée le 17 septembre 2011).
  7. Biopôle – Contact (page consultée le 17 septembre 2011).
  8. « Article du quotidien Vaudois 24 Heures (11 novembre 2014) »
  9. L. M., « Simenon sur la piste de lui-même », Paris Match, no 1943,‎ , p. 80-81 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heidi Viredaz-Bader et Francis Michon, Épalinges : 100 ans d’histoire en photographies, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]