Eosimias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eosimias (littéralement « singe de l'aube ») est un genre éteint de primates qui comprend Eosimias sinensis et Eosimias centennicus, deux espèces appartenant aux premiers primates de l'Ancien Monde découverts en Chine en 1994[1] (famille des Eosimiidae, considérée généralement comme appartenant au micro-ordre des Catarrhini [groupe qui renferme tous les primates de l'Ancien Monde, y compris les humains].) K. Christopher (Chris) Beard, chef de l'équipe qui a découvert Eosimias sinensis et l'a décrite en 1994, ne classe pas Eosimias parmi les Catarrhini, mais plutôt dans un groupe éteint séparé au sein des Anthropoidea (Haplorrhini)[2].

Environ 16 espèces de catarrhiniens primitifs ont habité la Chine à l'Éocène et les éosimiens sont parmi les plus anciens membres connus actuellement du micro-ordre des Catarrhini, vieux d'environ 45-42 millions d'années, pendant l'Éocène. Seuls quelques spécimens ont été découverts et les scientifiques supposent que les éosimiens ressemblaient aux ouistitis actuels d'Amérique du Sud. Plusieurs autres catarrhiniens ont été découverts dans les mêmes gisements où l'on avait trouvé les fossiles d'éosimiens, et la découverte du genre Eosimias met en question la théorie selon laquelle les catarrhiniens seraient apparus en d'Afrique[3],[4]. Originaires d'Asie, ces primates supérieurs auraient migré vers l'Afrique il y a 38 millions d'années puis rejoint malgré eux vers 30 millions d'années les Amériques, embarqués peut-être sur des grand radeaux faits d’entrelacs de tronc d’arbres et de branches issus de tempêtes ou de crues à l'embouchures des grands fleuves africains[5]. Ces primates américains forment les platyrrhiniens, les singes du Nouveau Monde. La Grande Coupure il y a 33 millions d'années est marquée par un refroidissement rapide qui a un impact important sur la flore et les faunes, notamment celles des primates. Des périodes de réchauffement sont accompagnées du déploiement des forêts en Eurasie et en Afrique où apparaissent les premiers hominoïdes[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Beard KC, Tong Y, Dawson MR, Wang J, et Huang X, « Earliest complete dentition of an anthropoid primate from the late middle Eocene of Shanxi province, China », Science, vol. 272,‎ , p. 82–85
  2. (en) Beard, Chris. (2004). The Hunt for the Dawn Monkey. University of California Press, Berkeley.
  3. (en) A New Primate from the Middle Eocene of Myanmar and the Asian Early Origin of Anthropoids
  4. (en) Skulls and anterior teeth of Catopithecus (primates:Anthropoidea) from the Eocene and anthropoid origins.
  5. Francis Duranthon, Histoires de mammifères, Editions Bréal, , p. 63.
  6. Pascal Picq, Premiers hommes, Flammarion, , p. 107.

Référence de traduction[modifier | modifier le code]