Environnement en Colombie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'environnement en Colombie est l'environnement (ensemble des éléments - biotiques ou abiotiques - qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins) du pays Colombie, pays d'Amérique du Sud.

Biodiversité en Colombie[modifier | modifier le code]

La Colombie est le pays qui compte le plus d'espèces d'oiseaux connues au monde : 1 878 en 2019[1].

Selon une étude de WWF, la moitié des écosystèmes colombiens étudiés sont dans un état critique de détérioration ou menacés. La déforestation massive, et les exploitations non-réglementées de mines et de pétrole en seraient les causes essentielles. La détérioration des écosystèmes menace l'existence de plus d'un tiers des plantes de Colombie et de 50 % de ses animaux.[2]

Environ 25 % des zones humides de Colombie ont disparu ces dernières décennies, en conséquence principalement de l'activité minière, de la déforestation et de la pollution des cours d'eau[3].

Impacts sur les milieux naturels[modifier | modifier le code]

Activités humaines[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La Colombie est un des pays au monde, avec le Japon, le Costa Rica et le Mexique à utiliser les plus fortes concentrations de pesticides[4].

Le pays est le cinquième plus grand exportateur de bananes au monde. Il a déclaré l’état d’urgence en 2019 après la découverte de la maladie de Panama dans une plantation de 175 hectares. Ce champignon (fusariose) tue les bananiers dans le monde entier depuis un siècle[5].

Chasse, pêche et braconnage[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Depuis un référendum populaire organisé en 2000, une « journée sans voiture » a lieu chaque dimanche à Bogotá[6].

Déforestation[modifier | modifier le code]

D’après les données de l'institut gouvernemental Ideam, la forêt colombienne recule d’année en année : « En 1990, elle représentait 56,4 % de la surface du pays ; aujourd’hui, les forêts ne recouvrent plus que 51,6 % de la Colombie[7]. » La perte de forêt primaire a augmenté de 9 % entre 2017 et 2018. La Colombie est le deuxième pays latino-américain (après le Brésil) à être le plus touché par la destruction de ses forêts primaires[8]. Avec 10 000 hectares de forêt supprimés, la Colombie a battu son record de déforestation en 2018, selon les chiffres officiels[9]. Au cours des neuf premiers mois de l'année 2019, plus de 2 200 feux de forêts affectant environ 130 000 hectares ont été enregistrés, soit le nombre d'incendies le plus élevé depuis vingt ans. Une hausse attribuée au réchauffement climatique et aux brûlis effectués pour les cultures agricoles[10].

D'après des mouvements écologistes, « les coupables sont souvent de grands propriétaires terriens sans scrupule ». Ceux-ci menacent de mort les militants. Des paysans pauvres participent aussi à la déforestation ; pour German Gaviria, ancien cultivateur de coca, il n’existe pas d’autre choix :« Les paysans abattent des arbres pour cultiver. C’est peut-être grave, mais nous n’en avons pas conscience. Nous avons besoin d’aide, qu’on nous garantisse de meilleures conditions de vie. Pour les gens, c’est le seul mode de survie »[9].

La démobilisation de la guérilla des FARC en 2016 entraîne une hausse de la déforestation, car celle-ci régulait fortement les coupes d'arbres[11]. D'anciens guérilleros décident en 2019 de se mobiliser pour préserver les forets[12].

Énergie et Pression sur les ressources non renouvelables[modifier | modifier le code]

Hidroituango, plus grande centrale hydroélectrique du pays, encore en construction, devait assurer 17 % de l’électricité consommée par les Colombiens. Les travaux, démarrés en 2012, connaissent de très grandes difficultés en 2018, le barrage menaçant de céder. Les populations sont évacuées.

Le gouvernement prévoit, par son Plan national de développement 2018-2022, de relancer les marchés de l’or et du cuivre. En outre, 161 nouveaux sites de forage pétrolier sont programmés pour 2022, soit quatre fois plus que les 46 existants en 2018. La fracturation hydraulique (fracking) compte parmi les méthodes employées[13].

Pollutions[modifier | modifier le code]

Émissions de gaz à effet de serre (GES)[modifier | modifier le code]

Pollution de l'air[modifier | modifier le code]

La pollution de l'air provoque au moins 17.500 décès chaque année en Colombie selon les données gouvernementales. La Colombie est le cinquième pays le plus pollué d'Amérique latine selon les données de Greenpeace (après le Mexique, le Chili, le Pérou et le Brésil)[14].

Pollution de l'eau[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Impacts de l'urbanisation[modifier | modifier le code]

Exposition aux risques[modifier | modifier le code]

Assassinats de militants écologistes[modifier | modifier le code]

Les militants pour la protection de l’environnement sont extrêmement exposés en Colombie. Selon l’ONG Front Line Defenders, 39 % des 321 assassinats sur lesquels elle a enquêté en 2018 ont été commis dans ce pays, où ils sont victimes de paramilitaires proches de sociétés minières ou de propriétaires terriens[15][16]

Politique environnementale en Colombie[modifier | modifier le code]

Évaluation environnementale globale[modifier | modifier le code]

En 2015, l'organisation Global Footprint Network (GFN) indique que la Colombie est un des 57 pays préservant ses ressources en biocapacité, avec une empreinte écologique plus de deux fois inférieure à la biocapacité du territoire. L'empreinte agricole est supérieure à la capacité agricole, mais la capacité forestière est importante, et permet un bilan carbone positif[17].

Le jour du dépassement (date de l’année, calculée par l'ONG américaine Global Footprint Network, à partir de laquelle l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an) du pays[Note 1] est le 18 octobre[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jour du dépassement calculé par pays est le jour où le dépassement mondial se produirait si toute la population mondiale consommait comme la population du pays en question.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Demain, un monde sans oiseaux ? », sur arte.tv, (consulté le 11 mai 2019).
  2. https://www.telesurenglish.net/news/Half-of-Colombias-Ecosystems-Under-Serious-Threat-Report-20171117-0016.html
  3. (es) « Humedales de Colombia continúan en 'cuidados intensivos' », sur Semana
  4. Aude Massiot, « Le Costa Rica présente le plan climat le plus ambitieux au monde », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2019).
  5. Dominique Dewitte, « La maladie de Panama ou « sida de la culture de la banane » atteint l’Amérique du Sud et c’est une catastrophe », Express business,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  6. Anni Borzeix et Isaac Joseph, « La journée sans voiture à La Rochelle ou la démocratie au cas par cas », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 80, no 1,‎ , p. 188–196 (ISSN 0180-930X, DOI 10.3406/aru.1998.2212, lire en ligne, consulté le 20 octobre 2019)
  7. « En Colombie, la coulée de boue a été causée par la déforestation », sur Reporterre,
  8. « Environnement : 12 millions d'hectares de forêts tropicales détruites en 2018 », sur Europe 1 (consulté le 26 avril 2019)
  9. a et b « Depuis la paix avec les Farc, la forêt colombienne en péril », La Croix,‎ (lire en ligne)
  10. « Colombie : les incendies se multiplient », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne)
  11. « Colombie : les Farcs ont-ils empêché la déforestation ? », Le Point,‎ 2017-08-03http://www.lepoint.fr/monde/colombie-les-farcs-ont-ils-empeche-la-deforestation-03-08-2017-2147891_24.php#xtor=cs3-190.
  12. (en) « Ex-rebels become eco-warriors to save rainforest », sur BBC News,
  13. « En Amazonie colombienne, les terres autochtones pillées par l'extractivisme », sur Reporterre (consulté le 19 juin 2019)
  14. (es) « La contaminación, una problemática de alto costo », sur La contaminación, una problemática de alto costo (consulté le 16 juin 2019)
  15. « Colombie : la lauréate du prix Goldman pour l’environnement visée par un attentat », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  16. Brut, « Francia Marquez, figure du combat écologiste en Colombie »,
  17. Nicolas Enault, « CARTES. Cinq planisphères pour comprendre pourquoi l'humanité vit au-delà des capacités de la Terre », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2015).
  18. Frédéric Mouchon, « Jour du dépassement : quelles solutions pour la planète ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2019).