Environnement de l'adaptation évolutive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’environnement de l'adaptation évolutive (abrégé EEA, pour l'anglais Environment of Evolutionary Adaptedness) correspond à l'environnement responsable de la sélection provoquant l'évolution d'une espèce. Le concept d'EEA est surtout utilisé en psychologie évolutionniste à propos de l'espèce humaine. Il est aussi employé par analogie en zoologie dans les domaines de l'élevage et de la domestication animale.

La lignée humaine a vécu la plus grande partie de son existence au Pléistocène, dans un environnement habité par des communautés nomades dites de chasseurs-cueilleurs. Dans son processus d'évolution culturelle, la sédentarité, l'agriculture, les villes et la civilisation ne sont apparues que très récemment (moins de 10 000 ans), au Néolithique, qui débute avec le développement de l'agriculture, de l'élevage, des villes. L'EEA qui a façonné notre espèce a principalement précédé cette période.

Le concept de l'EEA est assez flou : il se réfère à ce qui existait avant la civilisation et pas à un environnement géographique précis et bien défini. Dans les faits, l'EEA n'était pas le même pour les populations et les individus vivant en Afrique que pour celles et ceux vivant dans la toundra européenne ou en Asie. Par contre, il devait être plus homogène avant les migrations de Homo sapiens hors d'Afrique.

L'environnement dans lequel nous vivons maintenant est très différent de l'EEA qu'a connu l'espèce humaine : il y a mismatch ou inadéquation entre certains caractères sélectionnés pour des fonctions nécessaires à nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, et ceux qui favorisent la survie et la reproduction (et peut-être le bien-être) dans les sociétés actuelles. L’environnement de la présente période peut sembler favorable à une autre adaptation évolutive, mais cette période est trop courte pour avoir marqué génétiquement les populations qui y vivent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]