Entreprises industrielles charentaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EIC.

EIC

Création 1920
Disparition 1956
Fondateurs Middletown Car Company
Forme juridique société anonyme
Siège social La Rochelle
Drapeau de France France
Actionnaires Alstom TransportVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Constructeur ferroviaire
Produits Matériel roulant ferroviaire
Société mère Alstom Transport

La compagnie des Entreprises industrielles charentaises (EIC) est le nom d'une entreprise spécialisée dans la construction de matériel roulant ferroviaire, créée en 1920 par la Middletown Car Company[1], elle disparait avec son rachat par la société Brissonneau et Lotz en 1956.

L'usine créée en 1918, par l'entreprise américaine, sur le site d'Aytré, à côté de La Rochelle, devient la propriété d'EIC en 1920, puis de Brissonneau et Lotz en 1956, et d'Alsthom en 1972 [2].

En 2009 l'usine est la propriété d'Alstom Transport qui fabrique sur le site des remorques de TGV, l'AGC et des tramways Citadis[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire débute en 1917, avec l'entrée officielle des États-Unis dans le conflit de la Première Guerre mondiale. Afin d'assurer la logistique des armées alliées les américains envoient du matériel ferroviaire, par bateaux, et notamment des wagons en pièces détachées au port de La Rochelle-Pallice.

Une « commande de 38 000 » unités est passée, par l'État américain, à la Standard Steel Car Company (SSC), deuxième constructeur de matériel ferroviaire du pays[1]. Les autorités militaires américaines installent un unique site de montage en Europe, sous le grand hall du chantier de la gare de La Rochelle et l'étendent ensuite par la réquisition de terrains, sur la commune proche d'Aytré, aménagés en site de stockage.

En avril 1919, les Forces armées des États-Unis quittant le pays, passent le relais à la Middletown Car Company, filiale indépendante de la SSC[1]. À la fin du conflit, l'État français « rachète 37 852 wagons » et incite la Middletown Car Company à poursuivre son activité en France en installant des ateliers de construction de matériel roulant ferroviaire.

La commune d'Aytré soutenant le projet, cela aboutit à la création de la Compagnie des Entreprises Industrielles Charentaises (EIC) et à la construction d'une usine au lieu dit Bongraine[1].

En 1930, les EIC sont acquises par la Pullman Car Company[4].

En 1946, elles deviennent propriété de la banque Rotschild, puis en 1956, de l'entreprise de construction ferroviaire Brissonneau et Lotz, sise à Nantes et à Creil.

Production des EIC[modifier | modifier le code]

voiture des chemins de fer de l'État à deux niveaux
voiture des chemins de fer de l'État type "saucisson"

- voitures pour trains de voyageurs pour les chemins de fer de l'État à deux niveaux

- voitures pour trains de voyageurs pour les chemins de fer de l'État type "saucisson" à caisse galbée.

- voitures salon pour la Pullman Car Company; 34 voitures (n° 4131 à 4164)

- voitures lits pour la Pullman Car Company: n°3608-3627 & 3683-3692 en 1930 et n°3932-3962, en 1950

- autorail dit "La Pauline", du nom de son concepteur Jean-Raoul Paul, directeur de la compagnie des chemins de fer du Midi.

- caisses métalliques pour voiture à bogies État (en remplacement des caisses bois)

- wagons-tender pour locomotives 141P

- wagons-tender pour la Deutsche Reischbahn

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Yves Broncard 2007, opus cité p. 8.
  2. Site DRIRE, industrie en Poitou-Charente, construction de matériel ferroviaire lire en ligne (consulté le 14 février 2010).
  3. APEC, Poitou-Charentes la construction de matériels de transport secouée par la crise, article publié le 7 janvier 2009 lire en ligne (consulté le 14 février 2010).
  4. http://rail17.free.fr/Alstom.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « EIC Compagnie des Entreprises Industrielles Charentaises », par Yves Broncard, dans Autorails de France, Tome IV, Cabri & La Vie du Rail, 2007, (ISBN 2-915034-68-0) (notice BnF no FRBNF41197038), pp. 7-38

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]