Entremont (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entremont.
Entremont
Image illustrative de l'article Entremont (Haute-Savoie)
Blason de Entremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Faverges
Intercommunalité CC des Vallées de Thônes
Maire
Mandat
Christophe Fournier
2014-2020
Code postal 74130
Code commune 74110
Démographie
Gentilé Entremontains ou Entremoyens
Population
municipale
628 hab. (2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 27″ N 6° 23′ 23″ E / 45.9575, 6.3897222222245° 57′ 27″ Nord 6° 23′ 23″ Est / 45.9575, 6.38972222222
Altitude Min. 755 m – Max. 2 023 m
Superficie 19,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Entremont

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Entremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Entremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Entremont
Liens
Site web entremont-village.com

Entremont est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue depuis les chalets d'Auges (Plateau des Glières) sur la vallée du Borne et d'Entremont, au second plan la chaîne des Aravis et en arrière-plan le Mont-Blanc.
Vue depuis les chalets des Auges (Plateau des Glières) sur la vallée du Borne et d'Entremont, au second plan la chaîne des Aravis et en arrière-plan le Mont-Blanc.

Le village d'Entremont se situe dans une combe du Petit-Bornand - Entremont, fermée aux extrémités par les gorges des Évaux et des Étroits[1],[2]. Cette combe est parcourue par le Borne, affluent de l'Arve[3].

Les villages, lieux-dits ou hameaux sont La Joux, Le Beauregard, les Buis, les Cars, la Cellaz, le Chambaudian, les Charbonnières, Chef-lieu, les Côtes, le Crot au Loup, les Denets, l'Envers, l'Envers du Regard, Epinette, l'Epotet, les Granges Neuves, les Gras, Lachat, L'Ile, Longeais, Lortier, Malatrait, Malvoisin, Montessuit, la Mouille, Norcière, la Pesse, les Plains, le Plan Dessus, le Pont Nord, le Pont Sud, le Pré aux donnes, les Raffours, le Raty, la Rivière, Sur la place, Sur les chars, les Taillis.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Historiquement et géographiquement, la commune appartient au Genevois, mais elle a été rattachée en 1807 à l'arrondissement de Bonneville et au canton homonyme (Province du Faucigny)[1]. La commune limitrophe dans le canton de Bonneville est Le Petit Bornand-les-Glières. Quant à celles dans le canton de Thônes, ce sont Le Grand Bornand, Saint-Jean-de-Sixt, Les Villards-sur-Thônes, Thônes, La Balme-de-Thuy. Et enfin dans le canton de Thorens-Glières, Entremont est limitrophe avec la commune de Thorens-Glières.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les « Rochers des Traversiers ».

Le point culminant de la commune se situe dans la barre des « Rochers des Traversiers » qui ferme la vallée du Borne dans un axe est-ouest déterminant le passage des « Etroits » et fait partie du Mont Lachat. Cette « barre » culmine de 2 028 m (Croix de Lachat) à 1 863 m (le Suet)[4].

Contrairement aux roches cristallines du Mont-Blanc, les roches du massif des Bornes sont constituées de matériaux sédimentés dans d'anciennes mers.

Pour se transformer en roches, les dépôts ont subi une évolution complexe par déshydratation. Au cours de ce processus de plusieurs milliers d'années, la plupart des organismes ont disparu. Mais certaines parties dures (telles les coquilles) peuvent être visibles sous forme de fossiles.

Les calcaires urgoniens des géologues renferment une association de fossiles comprenant des coraux, des éponges, des bivalves, des gastéropodes et des oursins bien visibles.

Les lapiaz, sculptures rocheuses naturelles, résultent d'une intense dissolution superficielle du calcaire et constituent autant de « pièges » pour les eaux de pluie et de fonte des neiges qui sont rapidement absorbées par les innombrables fissures. De ce fait le paysage offre l'image d'un lieu aride sans cours d'eau superficiels.

Par contre sous les lapiés, les importantes quantités d'eau forment au sein de la masse calcaire de véritables rivières souterraines qui émergent dans la vallée du Borne sous forme de « Nants ».

En outre, sur « Glières », il est possible d'observer des phénomènes témoignant de l'existence d'anciens glaciers qui modelaient le paysage il y a entre 10 et 20 000 ans. Le site d'Ablon renferme un énorme bloc erratique d'environ 12 tonnes, perché sur un socle au beau milieu de l'alpage.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière le Borne. Elle fait partie du bassin versant de l'Arve. Le Borne prend sa source au pied de la Pointe Percée, point culminant de la chaîne des Aravis (2 750 m), dans le névé, vers le lieu-dit « Planet » (1 666 m). Il est long de 33 6 km. Sa pente moyenne est d'environ 3,80 % ou 2,17° C.

Sa confluence avec l'Arve se fait en aval de Bonneville. Son débit moyen est de 310 m³/s à Saint-Jean-de-Sixt, son régime est nival. Après deux barrages (Beffay - St-Pierre) au "pont du borne" le débit n'atteint que 3 m3/s. Les étiages en ce lieu n'atteignent que 0,08 m³/s.

Cette rivière connait deux étiages, celui d’hiver et celui d’été. La complexité du réseau souterrain dû à la structure des lapiés et calcaires d’altitude explique la multiplicité des « affluents ».

Ce "paisible" torrent à la fois bucolique et sauvage cache des effets dévastateurs. Le 14 juillet 1987 de violents orages saturèrent son lit supérieur faisant dévaler un torrent furieux, provoquant d'importants dégâts : Aux « Etroits » 700 m de route furent emportés ainsi qu’au lieu-dit « les Plains », une passerelle et le pont du hameau de « la Rivière » furent emportés, une scierie et une remise subirent le même sort. Sur la commune voisine du Grand-Bornand, on dénombra 21 morts et deux disparus.

Entremont disperse ses alpages, ses forêts et ses hameaux de part et d'autre de la rivière qui réglait toute la vie de la vallée.

Les affluents (torrents, "nants", rus ou ruisselets) au niveau de la commune sont, sur la rive droite: la Forclaz, la Pesse (grossie de la Lanche au chien et de la Lanche), le ru du Pont de la Cellaz, du Grand Nant (grossi du ru Planelay, la Chavanne, Chaudent, la Persire se jetant dans les Combets.

Sur la rive gauche: Le Grand nant de la Frasse, les rus de la Frasse, la petite Frasse, de la Forêt, le « ravin des Charbonnières », le Platon, Mouilleronde et l’Envers, Lenglet, la Grande-Haie, l’Ovéran (affluent principal), Malatrée, Cuvaloup, les Frasses, Chopage, de l’essert de Mollient, du Grand-Essert, des Vorziers.

Une partie du Borne sert de réserve de pêche du pont de la scierie Rochet, lieu-dit « Le Villaret » (Saint-Jean-de-Sixt) à l’aval du ruisseau de la Forclaz (Entremont). Les « nants » se terminent souvent en cascade compte tenu de la forte déclivité. Ces nants étaient particulièrement importants pour l'industrie forestière (notamment dans les hameaux du Pont, de La Rivière, des charbonnières), céréalière (au Pont, La Rivière, Les Charbonnières), pour les " battoirs de chanvre" (au Pont) et une forge à La Rivière, jusque 1913.

Avant de couler au fond de la vallée, les eaux de pluie et de fonte des neiges suivent un long parcours. Le calcaire est sensible aux acides que contiennent les eaux en faible quantité. Cette dissolution est extrêmement lente, mais elle s'exerce depuis des millions d'années. Les sommets et falaises qui dominent Entremont cachent donc un réseau complexe de galeries naturelles dans lesquelles l'eau circule, parfois sous pression.

Bien que recevant prés de 2 000 mm d'eau par an (contre 1 200 mm à Annecy et 900 mm à Genève dans la plaine), les reliefs apparaissent arides. Par contre, sous les lapiés, d'importantes quantités d'eau forment de véritables cours d'eau souterrains qui émergent dans les vallées souvent sous forme de cascades. Les eaux infiltrées se concentrent à cause des plis et fractures qui orientent les écoulements grâce aux roches imperméables qui sont situées à la base des calcaires solubles. Le réseau souterrain de la Diau, par exemple, avec plus de 25 km de galeries étagées sur un dénivelé de 700 m constitue une des grandes cavités de France.

Actuellement, quatre gouffres permettent aux spéléologues d'effectuer des traversées intégrales depuis la surface des lapiés du plateau "Parmelan-Glières" jusqu'à la sortie par le vaste porche de la grotte de la Diau.

La plus importante de ces rivières souterraines, celle de Morette, drainant la Combe d'Ablon, la montagne de Tête Ronde et la plus grande partie du Plateau des Glières, reste à découvrir.

Climat[modifier | modifier le code]

La situation d'Entremont, d'une altitude médiane de 1 387 m, place la commune dans un milieu continental montagnard caractérisé par une humidité marquée[5]. Les hivers sont plus froids et neigeux, et la saison estivale douce avec parfois des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont aussi en moyenne plus humides.

L'amplitude thermique est proche de celle observée pour la ville d'Annecy, 20,7 °C[5].

Faune[modifier | modifier le code]

Les animaux sauvages sont nombreux dans les montagnes environnantes et les différents alpages.

Le randonneur peut facilement découvrir le chamois aux cornes fines en crochets qui doit trouver suffisamment d'affleurements rocheux pour user ses sabots.

Le bouquetin, peu farouche, se laisse facilement approcher. Le mâle possède des cornes très développées (environ 1 m), sa compagne est coiffée de cornes de 30 cm. Les bouquetins se déplacent dans les endroits les plus escarpés.

En hiver, dans la neige il est facile de repérer la présence du Blanchot (dit "lièvre variable"), sa trace est caractéristique, elle est composée de quatre empreintes distinctes. Ce lièvre, à l'activité plutôt nocturne, mue en automne son pelage de marron en blanc, et, à partir de mai redevient marron uniforme.

Des ongulés sauvages fréquentent forêts et alpages: le chevreuil, reconnaissable à l'absence de queue, à une tache blanche au postérieur, aux bois ramifiés pour les mâles; le cerf coiffé de bois aux grandes dimensions qui permettent de définir son âge. On dit ": un six cors, un huit cors…….."

Le sanglier, très farouche, franchit routes et champs ne regardant que devant lui. Un autre indice de sa présence s'observe dans des creux de terre humide, les souilles, dans lesquelles il s'est vautré.

La marmotte, animal révéré, siffle tout l'été dans les alpages et même les "jardins" situés vers 1 200 m.

Enfin, la présence du loup attestée depuis 2000, pose de nombreux problèmes à l'économie agropastorale. En 2009, un loup est abattu légalement sur la commune.

Les randonneurs faisant une pause "casse-croûte" pourront voir s'approcher une bande d'oiseaux espiègles et quelque peu chapardeurs, le chocard à bec jaune et aux pattes rouges (appelés à tort : "Choucas" par la population des Bornes.)

L'aigle royal et son vol majestueux glisse et plane avec de rares battements d'ailes, il est le champion de l'utilisation des "thermiques ascendantes". Longtemps, ce fut le plus grand rapace de l'Alpe, mais depuis une vingtaine d'années il est détrôné par le Gypaète barbu réintroduit grâce à la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux). Son envergure peut atteindre 2,75 m, il est charognard et se nourrit d'os, aussi vole-t-il souvent très prés du relief à la recherche de cadavres d'animaux. Ses ailes sont sombres, le ventre de l'adulte est jaunâtre orangé et rouille à la poitrine.

D'autres rapaces sillonnent le ciel: le faucon pèlerin, aux ailes pointues et au vol rapide coupé de longues planées; l'autour des palombes qui chasse en rasant le sol; le grand-duc qui, lui, chasse à l'aube et au crépuscule; la chouette de Tengmalm, très difficile à voir.

En frontière de l'alpe et de la forêt on rencontrera un oiseau au plumage luisant noir bleuté, la queue en forme de lyre: le tétras-lyre ou petit coq de bruyère. La femelle présente un plumage brun et strié et une queue légèrement fourchue.

Le Borne abrite principalement la truite fario et la truite arc-en-ciel.

Flore[modifier | modifier le code]

La répartition du territoire entremontain se décline ainsi:

  • Alpages : 113,94 ha (soit : 6,35% du territoire).
  • Alpages hors zones forestières : 252,99 ha (soit 14,10% du territoire).
  • Forêts publiques : 379,17 ha (soit 21,13% du territoire).
  • Forêts privées : 662,39 ha (soit 36,91% du territoire).
  • Autres : 385,97 ha (soit 21,51% du territoire).

La forêt représente : 1041,56 ha (soit 58,04% du territoire), l’espace rural total représente : 1794,46 ha[6].

Les prairies d'alpage[modifier | modifier le code]

Elles constituent avec la pessière (forêt d'épicéas) les deux éléments dominant du paysage végétal de la vallée.

Après la "fonte" et avant la pousse des graminées, on trouve la jonquille (ou faux narcisse), le crocus, la soldanelle des Alpes de la même famille que la primevère, la pulsatille des Alpes.

Durant l'été, ces pâturages nous offrent la grande astrance, la doronic (marguerite jaune), la grande gentiane jaune, aux feuilles opposées (à ne pas confondre avec le vératre, aux feuilles alternées), le lys martagon (rare et fragile).

L'automne voit fleurir le colchique, la gentiane ciliée et la gentiane jaune. Dans les secteurs humides, telle la tourbière de "Glières", le promeneur rencontre le trolle d'Europe dit "Trolle des Alpes" et les sphaignes qui forment un tapis mousseux et élastique gorgé d'eau. La linaigrette ou "herbes à coton" ainsi nommées pour leur houppe cotonneuse.

Les hêtraies ou les pessières[modifier | modifier le code]

La hêtraie forme la base des pentes d'éboulis des versants humides sous les grands escarpements calcaires. Les hêtraies "pures" sont rares. Plus souvent les hêtres (ou fayards) constituent avec les sapins (sapin rouge ou épicéa et sapin blanc ou (sapin pectiné) et les mélèzes des forêts mixtes.

Le sous-bois est souvent luxuriant du fait de l'humidité et de la richesse du sol, fougères et champignons colonisent cet espace. Localement, lorsque l'épaisseur d'humus est suffisante la myrtille commune se développe en peuplement dense.

L'épicéa domine, car moins exigeant et poussant plus rapidement que le sapin blanc. Le premier se reconnaît à son tronc verruqueux rougeâtre, ses cônes pendants, ses aiguilles piquantes implantées autour du rameau.

Le sapin pectiné diffère par son tronc plus lisse, grisâtre, ses branches relevées, ses cônes dressés et ses aiguilles non piquantes avec deux sillons blanchâtres dessous et disposées à plat.

L'Alpe[modifier | modifier le code]

Ces pelouses se développent vers 1 500 m. Les plantes de plus de 30 cm ne se maintiennent que dans les secteurs abrités. Cette "pelouse alpine" est la zone de transition où progresse la forêt. Cet espace est utilisé pour le pâturage des génisses.

Plus haut, les herbacées ne conviennent qu'aux seuls moutons qui y côtoient le chamois et les bouquetins. Dans les fentes des lapiaz, se nichent en mai-juin l'oreille d'ours ou (primevére auriculée) aux fleurs jaunes, ainsi que la caractéristique saxifrage (le perce pierre).

Sur les escarpements rocheux, les pinèdes forment des forêts clairsemées. Le sol de ces pinèdes est presque absent, il est établi sur des roches calcaires solubles d'une grande pureté. Très exigeant en lumière, le pin à crochets (pin de montagne) est la seule essence rustique qui résiste dans ces sites battus par les vents et pauvres en eau. Dans les lieux ventés le pin se développe mal verticalement et adopte une croissance basse et horizontale.

La bruyère, les coussins de genévrier y croissent, tandis que dans les creux les plus ombragés et au manteau neigeux persistant les rhododendrons offrent leur splendeur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il semblerait que la commune tienne son nom de sa situation topographique, dans une combe[1][7],[8]. Blotti entre le massif des Aravis et celui des Bornes, le village est situé sur le penchant inférieur de la "montagne des Auges" (1 822 m). Le village ou l'abbaye sont mentionnés sous les formes « Intramontis » ou « Intermontium », entre les monts donc, qui ont donné « Inter montes » (1154) et « Entremonz » (1275), « de encombra monte » (1301), ou encore « abbas de Intermontium » (v. 1344)[7],[8].

Histoire de la commune[modifier | modifier le code]

Dés 1050, la combe semble posséder un habitat dispersé et une très faible densité de population[1]. En 1115, des chanoines originaires d'Abondance s'installent et créent un Prieuré, ils sont menés par le Prieur Burcard[1],[9].

De la naissance à la Renaissance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye d'Entremont.

Le 1er février 1154, le prieuré évolue en abbaye sous le vocable « Abbas de Intermontium », « Sanctu Maria inter montes », grâce au prieur Burcard, devenu entre-temps abbé d'Abondance, et par le don de terres du comte de Genève, avec qui il était parent[1],[9]. Cependant, un siècle plus tard, l'abbaye est peu dynamique[1].

De 1154 à 1279, sept abbés se succédèrent, six églises étaient placées sous l’autorité des abbés. Ce temps fut pour « Sanctu Maria inter montes » celui d’une influence spirituelle et matérielle considérable. Par leurs travaux littéraires et leurs recherches savantes, Entremont était devenue, comme les abbayes de Sixt et d’Abondance, un centre de lumière et de civilisation.

Au XIIIe siècle, l'abbaye est placée sous la Congrégation de Saint-Ruph[1],[9]. Les abbés émanent de 1395 à 1462 des membres de la famille de Verboux[1].

Une église primitive est décrite dès le XIIe siècle[10]. L'église de l'abbaye, placée sous le patronage de Notre-Dame de l'Assomption, est remaniée au XVe siècle[10].

L'abbé Marc-Antoine Granery, en 1680, effectue des travaux de restauration de l'édifice. L'église fait l'objet d'un pèlerinage important en lien avec la possession de reliques de plus d'une dizaine de saints.

De nombreux pèlerins se rendent à Entremont entre le 15 août et le 8 septembre[11],[12]. Par ailleurs, l'abbaye dit posséder une « ampoule du lait de la Vierge », celle-ci sera vénérée par les femmes de la vallée qui venaient prier « Notre Dame de tous les seins »[13]. L'église portera ainsi le nom de « Église Notre-Dame-de-Tous-les-Saints »[11].

Les religieux quittent définitivement le village en 1776.

La naissance d’une commune[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 1772, pour l’affranchissement des édits féodaux, les Entremontains versent la somme de 6 500 livres[14].

Comme les communes voisines du Petit-Bornand et du Grand-Bornand appartenant à l’Abbaye, une nouvelle commune est née. Les différents actes sont autorisés et publiés en 1774, sous le règne de Victor-Amédée III de Sardaigne. L’affranchissement ne fut pas reçu avec l’enthousiasme supposé, mais avec méfiance : « Ces Savoyards, le Bon Dieu leur ferait pleuvoir des sequins, qu’ils se plaindraient qu’ils cassent les tuiles ! » (Victor-Amédée III)[14].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 1858, une tragédie frappa Entremont. Des pluies diluviennes qui débutèrent le 31 octobre vers 22h00 et qui cessèrent le 1er novembre à 10h00 s’abattirent sur le village. L’Overan (principal affluent du Borne sur la commune) alimenté par les nombreux ruisseaux en amont, descendant du col de la Buffaz détruisit partiellement le « moulin de l’Envers » au lieu-dit « Le Regard », emporta le pont du Regard, le pont du pré-aux-Dones. Le Borne emporta la levée du moulin de «La Rivière », les sous-poutres du pont « chez Levet », le pont de « la grande Planche » et des « Plains ».

L’Annexion[modifier | modifier le code]

Lors de la période de l’Annexion de la Savoie à la France, à la suite du Traité de Turin du 24 mars 1860, la commune se trouve dans la partie du duché de Savoie où circule un pétitionnement en faveur d'une réunion au canton de Genève[Note 1],[15].

Le Sénateur Laity, commissaire impérial envoyé en Savoie, fit connaitre l’engagement pris envers les populations du Chablais, du genevois et du Faucigny que celles-ci pourraient voter « Oui et Zone » au plébiscite sur le traité de « cession »[16].

Le 22 avril 1860, dès 7 heures du matin, les habitants assistent à une messe avec "moult fastes", suivie de la bénédiction des drapeaux et l'appel solennel des électeurs. En cortège, derrière le syndic et le vicaire, les électeurs se rendent à la mairie. Ceux qui ne votent pas le 22 peuvent encore le faire le 23 avril.

Les Entremontains, électeurs du Faucigny, avaient la possibilité de voter leur réunion à la France et de maintenir, chez eux une zone défiscalisée privilégiée, cette « zone franche » perdura jusqu'en 1923. « C’était un moindre mal par rapport aux manœuvres séparatistes qui avaient précédé le plébiscite. »[17].

L’arrondissement de Bonneville (Faucigny) dont dépendait Entremont comptait 21 329 votants ; « Oui et Zone » obtint 21 125 voix, « Oui » 84, « Non » 88, il y eut 32 « Abstentions »[16].

« En conséquence des deux volontés populaires exprimées par ce plébiscite, le traité du 24 mars 1860, intervenu entre la France et la Sardaigne, accorde la réunion de la Savoie à la France, et le décret impérial du 12 juin 1860 établit le régime de la franchise douanière en faveur des populations de la région que nous appelons, depuis lors, la Zone franche de la Haute-Savoie. »

— Le Moniteur Officiel, juin 1860.

Cette situation al confine del estato développa rapidement une « poursuite » entre douaniers (Gabelous) et contrebandiers.

Malgré les risques, bon nombre d’entremontains ont quelque peu pratiqué cette activité illégale dont le profit apportait un complément de ressources et permettait de faire vivre la famille. Les principaux passages «discrets » étaient le col de Buffaz et de la Forclaz, les contrebandiers y passaient pour diffuser leurs produits détaxés vers les habitants du reste du département notamment (Thônes et Annecy).

L'ancienne douane

L’état français implanta une douane et y nomma des douaniers chargés de poursuivre les « réseaux ». De nombreux commerces prospérèrent dans le village ainsi qu’à Petit-Bornand ; en zone franche de nombreuses denrées venant de Suisse pouvaient y être achetées à prix réduit (café, sucre, épices, tabac……).

La contrebande attirait aussi des femmes et des jeunes filles qui voyaient là une « promenade utile » ! Vers 1910, les Thônaines (de Thônes), les Villardines (de Les Villards-sur-Thônes), les Saint-Jeandines (de Saint-Jean-de-Sixt) et les Bornandines (de Le Grand-Bornand), en bonne saison, réservaient leurs après-midi du dimanche pour un « voyage » à Entremont, à pied bien entendu. Les femmes confectionnaient des « taques », petits sacs en toile fixés au-dessous des grands jupons pour y dissimuler la marchandise. Les douaniers de garde au poste des « Etroits » n’étaient pas dupes de ce petit trafic, mais un sourire au passage aidait à franchir l’obstacle. Les douaniers n’avaient pas le droit de « fouiller » les « contrebandières », mais les jours où « la fouilleuse-douanière » était présente, il était préférable de s’abstenir ou de faire un détour[18].

Grâce à cette douane installée à la sortie du village. Entremont fut donc un haut lieu de la contrebande pendant 63 ans, jusqu'à la suppression de la grande zone franche en 1923.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maquis des Glières.

Dans la nuit du 9 mars au 10 mars 1944, Tom Morel, chef du maquis du plateau des Glières, décide de mener une opération risquée, contre l'état-major du "GMR-Aquitaine" à Entremont. L'officier de paix Couret, commandant par intérim du GMR, n'a pas respecté ses engagements à l'égard de la Résistance et son chef, le commandant Lefèbvre, arrivé le 7 mars, a refusé toute discussion avec le maquis.

Plus d'une centaine de maquisards participent à l'opération. Un des groupes, commandé directement par Tom Morel, réussit à prendre l'hôtel de France, siège de l'état-major des GMR. Les maquisards désarment leurs prisonniers, mais le commandant Lefèbvre brandit un petit revolver qu'il avait dissimulé et tire à bout portant sur Tom Morel qui s'effondre, tué sur le coup d'une balle en plein cœur. Lefèbvre est immédiatement abattu d'une rafale. Le corps du lieutenant Tom Morel est remonté sur le plateau des Glières où il est enterré le 13 mars après une émouvante cérémonie religieuse organisée par Jean Truffy, curé des Glières. Le 12 mars 1944 au soir, l’abbé accueillit le père et la mère de Tom Morel, décédé deux jours plus tôt.

Le 13, l’abbé Truffy les guide vers le plateau, assiste à la sépulture qu'il a organisée et qui sera officiée par l'abbé Benoit de Marignier dans le chalet de « l'infirmerie » devant une délégation de toutes les sections[19].

Un monument et une plaque commémorative, apposée sur l’ex-hôtel de France, rappellent cet épisode de la Résistance.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Attaché à l'ancien Bonneville, la commune appartient depuis le redécoupage cantonal de 2014, au canton de Faverges. Il comporte 27 communes dont Alex, Bluffy, La Balme-de-Thuy, Chevaline, Le Bouchet-Mont-Charvin, Les Clefs, Cons-Sainte-Colombe, La Clusaz, Doussard, Dingy-Saint-Clair, Giez, Le Grand-Bornand, Lathuile, Manigod, Marlens, Menthon-Saint-Bernard, Montmin, Saint-Ferréol, Saint-Jean-de-Sixt, Serraval, Seythenex, Talloires, Thônes, Veyrier-du-Lac, Les Villards-sur-Thônes. La ville de Faverges en est le bureau centralisateur[20].

Entremont est membre de la communauté de communes des vallées de Thônes qui compte treize communes.

La commune relève de l'Arrondissement d'Annecy et de la Deuxième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Lionel Tardy depuis les élections de 2012[21].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Gilles Maistre Les Verts ...
mars 2014 en cours Christophe Fournier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Entremont sont appelés les Entremontains, Entremontaines[23]. On trouve également parfois la forme Entremoyens, Entremoyennes.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 628 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
675 560 641 702 882 818 573 540 571
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
612 642 646 652 668 595 589 612 604
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
521 449 478 465 429 383 325 313 286
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 - -
288 346 462 533 545 619 628 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2004[25].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Entremont est située dans l'académie de Grenoble.

En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire « Tom Morel » regroupant 65 élèves[26].

Le collège de rattachement est le Collège les Aravis, situé à Thônes.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

Le village est couvert par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - éditions: Genevois-Faucigny, le Courrier savoyard.

Equipements et services[modifier | modifier le code]

• Mairie.

• Agence postale communale.

• Point-Info-tourisme (Durant les vacances scolaires).

• A.D.M.R.

• Bibliothèque (les mardis et vendredis de 16 h 00 à 19 h00).

Sports[modifier | modifier le code]

• Pêche en rivière.

• VTT.

• Randonnées en moyenne montagne (30 km) - Topo-guide au point info ou en mairie.

• Escalade en milieu naturel : falaises équipées de Cenise, de Delairaz, de Sous-Darenday, de la Puya (Petit-Bornand).

• Piscines à Bonneville, Grand-Bornand, La Clusaz, Thônes.

• Ski de fond et Raquettes au plateau des Glières – 35 km de pistes (tous niveaux) – entre 1 450 et 1 680 m d'altitude.

• Ski-Club.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune du Entremont appartient au « Bassin 74136 : Le Grand-Bornand », qui regroupe deux communes[27]. La desserte médicale[Note 4] est estimée en septembre 2012 à un médecin généraliste pour 962 hab., pour le bassin. Le médecin le plus proche se trouve dans la commune voisine de Petit-Bornand, où l'on trouve également un cabinet d'infirmières. Les deux groupes médicaux et pharmacies les plus proches se trouvent soit à Saint-Jean-de-Sixt, soit au Grand-Bornand (5 km ).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Juillet-août - Visite guidée du Prieuré, de l'Église et du Trésor (mardis et vendredis à 15 h 00).
  • Juillet - le 3e dimanche - Vide-Grenier.
  • Juillet - le dernier dimanche - Fête de l'alpage des Auges.
  • Le 15 août - Fête du village.
  • Décembre - le deuxième dimanche - Marché de Noël.

Économie[modifier | modifier le code]

Le tourisme[modifier | modifier le code]

Le village est dynamisé par la présence de 17 associations et s’efforce de maintenir une qualité de vie en lien avec le milieu montagnard savoyard.

La proximité des grandes stations des Aravis (Le Grand-Bornand, La Clusaz) est un atout pour la commune.

Dès 1935, des pionniers créent avec le concours de la municipalité un embryon de Syndicat d’initiative déclarant : « (...) La situation géographique, au centre du département et ses belles montagnes, ses magnifiques forêts doivent faire apprécier [la commune] et en faire un centre de villégiature idéal... ».

L'évolution du tourisme alpestre est, en ce début de XXIe siècle, en plein développement. Le village offre une multitude de possibilités tant par ses randonnées balisées en alpage (environ 30 km) que par ses auberges-refuges d'altitude qui reçoivent le randonneur en quête de nature et de sérénité. Les 30 km de sentiers balisés se mêlent étroitement aux 100 km des villages voisins.

La "Galerie Miléna", place de l’Abbaye, offre une cymaise dédiée aux œuvres picturales et photographiques de la Société des Artistes du Borne.

Dès 1980, l’association pour la Sauvegarde du Patrimoine d'Entremont prend en charge la mise en valeur des monuments et des traditions ; depuis 2005 des visites guidées du musée du Prieuré, de l’Église et du Trésor sont organisées.

En 2014, la capacité d'accueil du village, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 1 121 lits touristiques répartis dans 182 établissements[Note 5]. Il y avait 1 152 lits en 1995[29]. Les hébergements marchands se répartissent comme suit : 18 meublés ; 2 centres ou centres de vacances; 2 refuges ou gîtes d'étape et une chambre d'hôtes[28],[M 1].

L’artisanat[modifier | modifier le code]

De tous temps, les tentatives de créer des emplois pérennes animent les entrepreneurs entremontains.

L'artisanat du bois est prépondérant : menuiseries, bûcheronnage-débardage, construction de chalets, tournage sur bois.

Les artisans sont aussi présents dans les domaines de la brocante, des espaces verts, de la peinture-décoration, des tapissiers en ameublement, des travaux publics.

L’agro-pastoralisme[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles d'Entremont, observées sur une période de 22 ans[30] :

Évolution de l’agriculture à Entremont (74)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 9 15 18
Équivalent Unité de travail annuel 15 23 24
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 468 513 347
Cheptel (nombre de têtes) 445 486 311
Terres labourables (ha) 0 s 0
s : donnée soumise au secret statistique.

Les fermes[modifier | modifier le code]

Le village compte 5 fermes d’élevage de vaches laitières de la race « Abondance » ou « Tarine », de caprins. Les produits de ces fermes sont répertoriés avec le label « Fermier » :

  • GAEC « Les Airelles des Glières », 55 vaches laitières (Reblochon et Tomme).
  • SCEA « Le Champey », 45 vaches laitières (Abondance et Reblochon).
  • Ferme « Perillat-Mercerot », 40 vaches laitières et 15 génisses (Reblochon).
  • EARL « Les Traversiers », 40 vaches laitières et 80 chèvres (Reblochon, Tomme, Chevrotin).
  • GAEC « Le Pas du Loup », 65 vaches laitières (Reblochon, Abondance, Tomme, « Petit Prince des Glières »).

Soit un cheptel de 245 laitières, 15 génisses et 80 caprins, il est à noter que ces fermes pratiquent l’alpagisme et occupent 90 % de l’espace alpin en été.

L’ Inalpe (la Remue, l'Emmontagnée, l'Estive) demeure un grand moment de la vie pastorale, elle s'effectue en mai (suivant l'enneigement). Ovins, caprins et bovins rejoignent l'alpe et la prairie alpine. Entremont, au centre de 5 000 hectares d'alpages entretenus et habités par les éleveurs est l'un des pôles fromager et laitier du département. La « démontagnée » s'effectue courant octobre. Le pastoralisme maintient des paysages ouverts et soignés, façonnés par des paysans garants des richesses environnementales.

L'exemple le plus marquant de l’agropastoralisme est le plateau des Glières. Aujourd'hui, cette activité continue d'être pleinement d'actualité. En 2011, sur l'ensemble du massif "Glières-Parmelan", nous retrouvons 43 fermes qui occupent 3 000 ha d'alpages occupés par 1 800 bovins, 200 caprins, 2 000 ovins et une vingtaine de chevaux. Onze de ces fermes servent comme ateliers et fabriquent sur place tomme, fromage de chèvre et reblochon[31].

Les unités pastorales sont regroupées au sein d'associations foncières pastorales privées et publiques pour prendre en compte l'évolution des espaces montagnards et pour tenter de concilier : pastoralisme, tourisme, foresterie, l'utilisation de l'eau, l’environnement[31].

Le Pays du reblochon fermier[modifier | modifier le code]

Entremont et Le Petit-Bornand (distants de 5 km) sont difficilement séparables l'un de l'autre tant leur imbrication dans la fabrication d'un produit spécifique les lie. Ces villages sont la porte d'entrée Nord du Pays du reblochon Fermier [32],[33].

Le reblochon fermier est fabriqué à partir du lait des vaches du seul troupeau de la ferme paissant sur l'exploitation ou ses alpages. Le pâturage et la nourriture d'hiver à base d'herbe permettent de conserver la biodiversité.

Le Reblochon de Savoie serait apparu au XIIIe siècle. Le fermier limitait la traite pour réduire sa redevance. Le Seigneur parti, il effectuait une seconde traite, il « re-blochait ». À partir de ce lait, plus crémeux, était fabriqué un fromage, le reblochon[33],[34].

Depuis 1958, les caractéristiques du « reblochon fermier » sont garanties Appellation d'origine protégée (ex AOC)[35].Ils sont distingués par une pastille de caséine verte.

Une fine plaque d'épicéa est placée sur chacune des faces du fromage afin de réguler son humidité et poursuivre lentement son affinage (« les faux fonds »). Ce reblochon fabriqué à la ferme résulte d'une traite effectuée deux fois par jour et immédiatement « travaillée », le lait doit être mis à cailler aussitôt après la traite, sans avoir été refroidi et n'être chauffé que pour conserver sa température (moins de 35 degrés). Le cahier des charges précise la zone de production, Haute-Savoie, Val d'Arly, les procédés d'élevage, de fabrication et d'affinage. Tous les reblochons de Savoie sont au lait cru (non pasteurisé)[36].

Les races bovines sont sélectionnées, les Abondances avec leurs « lunettes » et les Tarines toutes de marron vêtues, aux yeux langoureux et cillés, sont privilégiées pour leurs propriétés laitières et montagnardes[37].

Il faut environ 4 litres de lait pour « fabriquer » un reblochon d'environ 450 g (diamètre 14 cm, épaisseur 3 à 4 cm)[35]. Les reblochons sont disposés sur des planches d'épicéa, au séchoir pendant 6 à 8 jours, et sont retournés quotidiennement à l'issue de chaque autre traite. Après avoir été trempés dans une saumure puis relavés, ils passeront en affinage au minimum 15 jours. Entre Entremont et Petit-Bornand, 8 fermes produisent des « reblochons fermiers », 4 fermes des « tommes fermières », 1 ferme des « chevrotins », des tommes de chèvre et du Sérac, 1 ferme produit un lait uniquement bio.

Dix familles vivent du reblochon fermier, 1 500 reblochons sont façonnés chaque jour ce qui nécessite environ 6000 litres de lait. Dix affineurs choient les fromages en caves spécifiques, de température et d'humidité contrôlées, constantes et naturelles. Cinq cents vaches laitières, accompagnées d'environ (bon an, mal an) 150 génisses, occupent les fermes. Six alpages accueillent les laitières qui produiront le reblochon et la tomme[31].

La tomme[modifier | modifier le code]

La tomme de Savoie se distingue du reblochon par le fait que le lait est chauffé (entre 35 et 40 degrés), son poids est d'au moins 1,5 kg et un affinage d'environ 10 semaines est nécessaire. C'était la tomme qui était produite le plus généralement, notamment au temps du Maquis, le plus souvent une tomme maigre faite avec du lait écrémé était produite de façon à pouvoir produire aussi du beurre. C'est cette tomme qui était désignée par le mot fromage, le reblochon était alors un produit de luxe réservé à la vente.

L’alpage des Auges[modifier | modifier le code]

Chalets des Auges

La Montagne des Auges et son alpage sont des centres agricoles depuis le moyen-âge. L’albergement des moines de l’abbaye aux habitants de la rive gauche du Borne fut durant plus de 6 siècles (1154-1772) le symbole de la vie agricole du village.

L'albergement était un contrat féodal par lequel un paysan — tenanciers libres ou serfs albergataires[38] — recevait d'un seigneur une terre pour une longue période moyennant une redevance annuelle, appelée « introge »[39]. Cette forme de tenure était l'équivalent d'une location ou bail emphytéotique ou emphytéose[40].Ce terme était essentiellement utilisé au Moyen Âge dans le Dauphiné et dans les Savoie[41]. Les bénéficiaires d'un albergement pouvaient être appelés les « albergers ».

Jusqu’en 1890, 16 chalets occupaient l’« Alpe des Auges », la vie communautaire y avait une grande importance. Il est à noter que toutes les bêtes étaient rassemblées en un seul troupeau que les « alpagistes » gardaient à tour de rôle. Actuellement chacun se doit d'être responsable de son propre troupeau.

En 1944, la « Montagne des Auges » fut bombardée durant l’attaque du Plateau des Glières, tous les chalets furent détruits. En 1947, 8 propriétaires décidèrent de reconstruire en "lieux et places".

Un référendum municipal fut organisé en octobre 1996 afin de savoir si un projet de piste d’accès aux « Auges » par « Glières », accessible aux véhicules de tourisme, devait être réalisé. 80% de la population participa à cette consultation et plus 80% des votants a considéré que cet espace devait être préservé (Inscrits : 345, Votants : 276, "Non" : 237, "Oui" : 34, "Nuls et Blancs" : 5)[42].

L’agropastoralisme et le loup[modifier | modifier le code]

Le loup semble être un obstacle à l’agropastoralisme et à la cynégétique. L’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) estime que 7 loups occupent le territoire communal d’Entremont. 1993, fut l’année de l’apparition d’une meute.

Le 7 février 2011, au centre du village, une biche fut dévorée. Le 3 août neuf moutons furent tués (une brebis et huit agneaux.)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et ses fresques murales

La commune ne compte aucun monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[43] ou à l'inventaire général du patrimoine culturel[44]. Toutefois, la commune compte dix-neuf objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[45] mais aucun à l'inventaire général du patrimoine culturel[46]. Notamment un coffre-reliquaire du XIIe siècle, un bras-reliquaire du XIIIe siècle. Le « trésor » de l’église d’Entremont à longtemps attiré maints pèlerins.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Chapelles, oratoires et croix de pierre jalonnent les chemins du village. Ce sont les témoins de la foi simple et solide qui émane de l’Abbaye.

  • La Chapelle de « La Pesse »
Envers de la chapelle de la Pesse - la Maison Forte

Appelée aussi « Chapelle de la Rivière », elle est dédiée à la « Visitation de Marie ». Sur des fondations datant du XVe siècle, elle est rebâtie en 1850 [47], rénovée en 1926 et 1994 date à laquelle le toit est refait en cuivre au lieu d’ardoises. En 1995 son intérieur est rénové, le tableau au-dessus du Maître-Hôtel est restauré en 1999. Ces chantiers de réhabilitation furent entrepris grâce aux habitants et à l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine.

  • La Chapelle du Regard
Chapelle du Regard.

Datant de 1706, elle est construite en l’honneur de l’ «Ange Gardien » puis dédiée à Saint-Grat ( Saint protecteur contre les insectes nuisibles), enfin à Saint François de Sales[47]. De construction peu solide, elle est restaurée en 1842 et 1924 comme en témoigne l’inscription latine portée au frontispice : « D.O.M. Hic antiquum erat sacellum quod dirutum fuit tempore subversionis. Illud a fondamentis pietate donis et labore oedificarunt incolae hujus in honorem santi Francisci Salesiy. In Anno 1842. Reparatum 1924. » (A Dieu très bon, très grand. Ici était une antique chapelle qui fut détruite pendant la Révolution. Les habitants ont élevé celle-ci depuis les fondations par leur piété, leurs dons et leur travail, en l’honneur de Saint-François de Sales. Année 1842. Réparée en 1924.)

La fin du XXe siècle voit une importante restauration du carrelage, des plâtres et peintures. Le tableau surplombant l’autel, représentant Saint-François-de-Sales et Jeanne de Chantal est lui aussi restauré.

Les Oratoires[modifier | modifier le code]

Oratoire St-Jean-Baptiste-Hameau de Lortier - 1893.
Oratoire Notre Dame de Lourdes (La Pesse)
  • L’oratoire de Notre-Dame de Lourdes (hameau de la Pesse) :

Situé sur l’ancien chemin des « Granges-Neuves ». Trois marches hautes y donnent accès. Cette construction est de pierres et de briques. Six colonnettes de bois peint reçoivent un linteau supportant une toiture à bandeau de rive découpé. La statue de la Vierge est protégée par des balustres en bois tourné.

  • L’oratoire de Notre-Dame des Voyageurs :

Construit dans la gorge des Etroits, il est constitué de pierres de taille et couvert par un toit à deux pans. La niche est surmontée d’un arc en plein cintre. Fermée par une grille ouvragée, la niche abrite une Vierge en bois. Elevé en 1849, transféré au bord de la nouvelle route en 1892, il fut restauré au début du XXe siècle. Une inscription datant de 1936 sert d’Ex-voto à quelque automobiliste sorti indemne d’une chute dans le Borne.

  • L’oratoire Saint-Jean-Baptiste (hameau de Lortier) :

Ouvrage de maçonnerie avec colonnettes, chapiteaux et arc de plein cintre en pierre, il fut érigé en 1893. Son toit forme un auvent et supporte une croix en fer forgé. Un bénitier orne son flan droit.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Stèle Tom Morel, homme militaire et résistant. Chef du maquis des Glières
  • Hôtel de France, plaque commémorative
  • Hameau du Regard, habitat traditionnel
  • Plateau des Auges, habitat d'alpages
  • L'ancienne douane

Points de vue[modifier | modifier le code]

Vue depuis le plateau des Auges.
  • Plateau des Auges
  • Col de Buffaz
  • Calvaire, route du Regard
  • Montessuit

Musées et expositions[modifier | modifier le code]

  • Galerie Miléna
  • Le Prieuré et le trésor de l'abbaye

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Ceux-ci n'ont que séjourné à Entremont. L'histoire de la commune est liée à leur passage.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les Armes d'Entremont se blasonnent ainsi :

D'azur ; à la fasce accompagnée en chef de trois tours et en pointe de trois épis de blé arrachés, le tout d'or[M 2].

La commune a choisi d'être représentée par les armes d'un de ses plus illustres habitants, l'abbé Marc Antoine de Granery. Le blason est surmonté de la couronne de Comte, de la crosse et de la mitre, empoigné de la devise : ut seres metes, « Comme tu sèmes, tu récoltes »[M 3].

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albin Bastard-Rosset et Michel Lefort, Les riches heures de l'abbaye d'Entremont, Association pour la sauvegarde du Patrimoine d'Entremont (réimpr. 1994) (1re éd. 1983), 36 p. (brochure).
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte et Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Éditions Horvath,‎ , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4), p. 60-63.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens vers les sites communaux[modifier | modifier le code]

Liens vers le site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenu par l’Angleterre. Chiffres tirés de Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien,‎ , p. 98 et par Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France, Le Messager : Horvath,‎ , p. 163.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. La desserte médicale est le rapport du nombre de praticiens ou de structures de santé à la population. En région Rhône-Alpes, celle-ci est estimée en 2012 à un médecin généraliste pour 1 296 habitants. Publication pour la région : [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Synthèse régionale », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté en novembre 2014), p. 11.
  5. La structure Savoie Mont Blanc, dans ces données statistiques de capacités d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[28].

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie
  1. « Hébergements » (consulté le 25 février 2015).
  2. « D'où vient notre blason ? », sur entremont-patrimoine.fr (consulté le 1 mars 2015).
  3. « Splendeur et fin de l’abbaye », sur entremont-patrimoine.fr (consulté le 1 mars 2015).

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Faucigny 1980, p. 60.
  2. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé,‎ , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 83.
  3. Paul Mougin, Les torrents de la Savoie, La Fontaine de Siloé,‎ 1914, réédité en 2001, 1251 p. (ISBN 978-2-84206-174-6), p. 467.
  4. carte IGN 3430 ET.
  5. a et b [PDF] Ministère de l'agriculture et de la forêt - Direction de l'espace rural et de la forêt, « Section « 1.2.2. - Climat » », Département de la Haute-Savoie - Résultats du deuxième inventaire forestier (tome 1), sur inventaire-forestier.ign.fr,‎ (consulté en décembre 2014), p. 4.
  6. Commune d'Entremont - ONF, Présentation Synthétique de l'Aménagement de la Forêt - 2014-2033.
  7. a et b Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 174, Article « Entremont ».
  8. a et b Henry Suter, « Entremont », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en novembre 2014).
  9. a, b, c et d Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé,‎ , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 147.
  10. a et b Faucigny 1980, p. 61-63, section « L'église ».
  11. a et b Jean-Philippe Buord, Les Mystères de la Haute-Savoie, Éditions de Borée,‎ , 349 p. (ISBN 978-2-8449-4300-2), p. 172-173.
  12. Michel Germain et Gilbert Jond, Le Faucigny autrefois, La Fontaine de Siloé,‎ , 203 p. (ISBN 978-2-8420-6017-6), p. 80.
  13. Anne-Marie Loyrette et Richard-Alain Jean, La mère, l'enfant et le lait en Égypte ancienne : traditions médico-religieuses : une étude de sénologie égyptienne, textes médicaux des Papyrus Ramesseum nos III et IV, Éditions L'Harmattan,‎ , 516 p. (ISBN 978-2-2961-3096-8), p. 223.
  14. a et b Sauvegarde du Patrimoine d'Entremont 1994, p. 61.
  15. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney,‎ , 152 p. (lire en ligne), ouvrage publiant la liste, par commune, des partisans du maintien ou de la réunion du nord du duché de Savoie à la Confédération helvétique.
  16. a et b Annuaire Commercial de la zone franche, 1902, 1903, p. 23.
  17. Michel Germain, Petit Bornand Les Glières d'hier à aujourd'hui, Petit Bornand Les Glières d'hier à aujourd'hui,‎ , 195 p. (ISBN 978-2-950934-80-2), p. 77.
  18. Lettres des Amis du Val de Thônes, 2000.
  19. Jean Truffy, Mémoires du curé du maquis de Glières, Annecy, Atra (réimpr. 1979) (1re éd. 1950), 124 p., p. 64.
  20. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en août 2014).
  21. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Deuxième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en août 2014).
  22. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  23. « Entremont », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en novembre 2014), Ressources - Les communes.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  26. « Haute-Savoie (74) > Entremont > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 21 avril 2015).
  27. [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes, « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté en novembre 2014), p. 71.
  28. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  29. [PDF] Conseil général de la Haute-Savoie - L'Observatoire Départemental, « Entremont : Nombre de lits touristiques », Accueil > Le territoire > Données statistiques départementales > Liste résultats, sur site du CG 74 - L'Observatoire Départemental,‎ (consulté le 22 février 2015) : « Source : Savoie Mont Blanc Tourisme ».
  30. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 14 mai 2015).
  31. a, b et c Association des Paysans Borniands - Chambre d'Agriculture.
  32. Annabelle Taupin, Le Reblochon fermier du pays de Thones : spécificité d'une agriculture micro-régionale, 1994, 74 p.. Thèse sous la direction de Jean-Robert Pitte, Université Paris-Sorbonne.
  33. a et b Jean-Pierre Leguay et Thérèse Leguay, La Haute-Savoie, Éditions de Borée,‎ , 127 p. (ISBN 978-2-8449-4056-8), p. 94.
  34. Charles Gardelle, Alpages : les terres de l'été. Savoie, La Fontaine de Siloé,‎ , 349 p. (ISBN 978-2-8420-6105-0), p. 223-226.
  35. a et b Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé,‎ , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 290.
  36. Christian Peltier, Géographie : territoires, réseaux et développement durable, Educagri Éditions,‎ , 376 p. (ISBN 978-2-84444-422-6), p. 340.
  37. Jean-Marie Jeudy, Les Mots pour Dire la Savoie. Et demain, j'aurai autre chose à vous raconter !, La Fontaine de Siloé,‎ , 540 p. (ISBN 2-84206-315-5), Articles « Abondance » et « Tarine ».
  38. Jean-Pierre Leguay et Thérèse Leguay, La Haute-Savoie, Éditions de Borée,‎ , 127 p. (ISBN 978-2-8449-4056-8), p. 42-43.
  39. Henri Baud et Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Éditions Horvath,‎ , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 411.
  40. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195),‎ , 1852 p. (lire en ligne), p. 1483.
  41. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 24, Article « Albergement (L') ».
  42. Archives communales, décembre 1996.
  43. « Liste des monuments historiques de la commune d'Entremont », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Liste des lieux et monuments de la commune d'Entremont à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Liste des objets historiques de la commune d'Entremont », base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. « Liste des objets de la commune d'Entremont à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  47. a et b vie et traditions religieuses dans la vallée de Thônes – Revue N° 13-Les Amis du Val de Thônes- p 33 et 34.