Entraide protestante suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Entraide protestante suisse
Logo de l’association
Cadre
But Aide au développement
Aide sociale en Suisse
Zone d’influence Pays en développement et Suisse
Fondation
Fondation 1946
Identité
Siège Zurich
Structure fondation
Président Claude Ruey
Méthode récolte de fonds, aide d'urgence, projets, information, formation
Employés 216 (fixes, en Suisse)
245 (à l'heure, en Suisse)[1]
Site web www.eper.ch

Notes

membre de la communauté de travail Alliance Sud
membre de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés

L'Entraide protestante suisse (EPER) (en allemand Hilfswerk der Evangelischen Kirchen der Schweiz, HEKS) est une œuvre d'entraide suisse créée en 1945, liée à la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Elle apporte une aide d’urgence et « combat les causes de la famine, des injustices et de la misère sociale »[1].

Principes[modifier | modifier le code]

L'EPER s'engage pour un monde plus humain et plus juste, dans la perspective de la diaconie. Elle combat les causes de la pauvreté et facilite l'accès aux ressources essentielles comme l'eau, la nourriture et la formation. Elle s'oppose à l'exploitation et aide les opprimés à s'organiser et à défendre leurs droits, et ceci quelles que soient les ethnies ou les religions.

L'EPER n'emploie pas de Suisses à l'étranger, mais travaille avec des organisations partenaires locales, religieuses ou non. L'objectif étant l'autonomie et l'indépendance des partenaires.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à l'image de l'association catholique Caritas que l'EPER a été créée en 1946, dans le cadre de la commission de la FEPS pour l'aide à la reconstruction. Les premières années ont été consacrées à coordonner l'aide aux Églises protestantes dans l'Europe de l'après-guerre. Dès 1947 et jusqu'en 1960, l'EPER participe à l'Aide suisse à l'Europe(renommé Aide suisse à l'étranger en 1956, aujourd'hui Swissaid). L'engagement avec les réfugiés débute en 1949 (Suisse et Europe), et la coopération au développement en 1958.

L'EPER est financée par les Églises cantonales et par la Confédération. Depuis 1961 ont lieu des campagnes de dons, d'abord sous le nom de Brot für Brüder (Pain pour les frères), qui devient une institution permanente en 1971 : Pain pour le prochain. L'EPER est depuis 1996 une fondation juridiquement indépendante de la FEPS, toujours soutenue par les Églises cantonales.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège central de l'EPER est à Zurich, un secrétariat pour la Suisse romande se trouve à Lausanne. L'EPER est engagée dans près de 300 projets dans 45 pays, représentant des dépenses de près de 60 millions de francs (en 2007)[1].

L'œuvre bénéficie du label ZEWO, elle est membre de ACT (Action by Churches Together, alliance des Églises réformées et orthodoxes, sous l'égide du Conseil œcuménique des Églises), l'EPER est une organisation partenaire de la Chaîne du bonheur, et elle appartient à la communauté de travail Alliance Sud.

Engagements[modifier | modifier le code]

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Aide au développement

L'EPER soutien des communautés locales, comme par exemple des organisations villageoises, des groupes de femmes et des associations d'intérêts. Les besoins de base sont prioritaires : la nourriture et le logement ; puis l'accès à la terre, à l'eau et à la formation, la production agricole ainsi que la transformation et la commercialisation des produits agricoles et non agricoles.

Aide humanitaire

Suite à des catastrophes naturelles ou des conflits armés, l'EPER s'engage pour une amélioration immédiate et à long terme des conditions de vie des personnes touchées. Les groupes cible prioritaires sont les populations pauvres des campagnes. L'EPER s'engage parallèlement dans le travail pour la paix et le maintien des droits de l'homme.

Aide inter-communautaire et reconstruction en Europe

Jusqu'au tournant politique de 1989, l'EPER a cofinancé de nombreux projets d'Églises en Europe de l'Est et du Sud-Est. L'ouverture à l'économie de marché a apporté de nouveaux problèmes. Les échanges entre Églises se poursuivent dans une perspective œcuménique. Depuis 1990, l'EPER soutien par exemple des fondations qui octroient des crédits pour de petites entreprises ou des formations pour des indépendants.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Personnes marginalisées

L'EPER travaille à l'intégration des personnes marginalisées, pour leur accès à la vie sociale, culturelle, politique et économique. Ses projets concernent l'intégration dans le monde du travail, les cours de langue et de formation, l'accompagnement des enfants, la traduction et la médiation interculturelles, l'accompagnement au quotidien.

Réfugiés

L'EPER offre des consultations juridiques dans diverses villes de Suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Organisation », sur le site de l'EPER.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]