Enthèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Figure 1 A. Coupe microscopique de la paroi d’une vertèbre. À gauche, les faisceaux obliques et parallèles du ligament. Au centre, la paroi de l’os. À droite, la moelle osseuse.

Enthèse (du grec ancien enthesis) signifie « insertion ». Dans le langage courant, ce mot se retrouve dans "parenthèse", qui est l’insertion d’une phrase ou partie de phrase dans une autre phrase. En anatomie, enthèse désigne le plus souvent l'attache ou insertion sur l'os des tendons et ligaments mais aussi des aponévroses et capsules articulaires.

Classification/Structure[modifier | modifier le code]

L’os et les structures qui s’attachent sur lui se développent conjointement.

Le tissu osseux se forme de deux manières : soit il se développe au sein d’un tissu fibreux (os membraneux), soit au sein d’une maquette de cartilage (os endochondral). Par conséquent les enthèses sont de deux types, fibreuses pour l’os membraneux, cartilagineuses pour l’os endochondral1[1]2[2]

1. L’enthèse fibreuse (Figure 1 A & B)

L’os membraneux se développe au sein d’un tissu fibreux : les fibres sont conservées mais les cellules fibreuses se transforment en cellules osseuses, sécrétant l’ostéoïde qui une fois calcifiée devient la substance dure de l’os. Les fibres membraneuses se poursuivent donc au sein de l’os ; les fibres ainsi incluses dans l’os sont appelées fibres de Sharpey3[3]



Figure 1 B. La même image qu’en 1A, mais vue en lumière polarisée, qui fait ressortir les fibres en blanc. Entre les deux astérisques, on note que les fibres ligamentaires se poursuivent dans l'os. Ce sont des fibres de Sharpey, elles assurent l'enthèse.










2. L’enthèse cartilagineuse (Figure 2 A & B)

L’os endochondral se développe au sein d’une maquette de cartilage, dans laquelle se terminent tendons ou ligaments. Contrairement à l’os membraneux, ici l’os ne se fait pas par transformation du cartilage mais par

son remplacement. L’os grandit aux dépens du cartilage, qui prolifère et se calcifie. Le cartilage calcifié est

progressivement détruit et remplacé par du tissu osseux. À la fin de la croissance une mince bande de

cartilage calcifié subsiste dans laquelle aboutissent les fibres tendineuses ou ligamentaires.

Cette évolution explique la structure finale de l’enthèse cartilagineuse :

Figure 2A. Image histologique d'une enthèse fibrocartilagineuse. 1: Ligament avec cellules aplaties, parfois en série. 2: Les cellules ligamentaires sont rondes, comme des cellules cartilagineuses, signant le fibrocartilage. 3: Fibrocartilage calcifié reconnaissable aux limites nettes ondulées. 4: Tissu osseux.

(1) le ligament se compose de faisceaux de collagène (plus denses dans cet exemple que dans le précédent)

avec des cellules aplaties ;

(2) plus près de l’os, les cellules tendineuses sont plus rondes et ressemblent à des chondrocytes (cellules

cartilagineuses) ; cette structure intermédiaire est appelée fibrocartilage ;

(3) contre l’os, le fibrocartilage est calcifié ; sur les coupes microscopiques la limite entre fibrocartilage non-

calcifié et calcifié est marquée d’une ligne bleue ou mauve ondulante ; le fibrocartilage calcifié est comme

cimenté à l’os ;

(4) l’os sous-jacent. Au-delà de la ligne cimentante, le cartilage et ses fibres ont été détruits et remplacés par

le tissu osseux. Il n’y a donc pas ici de pénétration des fibres tendineuses/ligamentaires dans l’os, donc pas

de fibres de Sharpey.


Modifications tissulaires associées aux enthèses

M Benjamin et collaborateurs ont bien montré que près d’une insertion le tendon pouvait apporter des adaptations tissulaires : du fibrocartilage se développe aux points d’appui à la suite de la pression exercée, une bourse séreuse apparaît aux endroits de friction4[4]





Figure 2B. Même objet qu'en 2A, mais vu en lumière polarisée. Les fibres ligamentaires, illuminées en blanc, traversent les zones 1, 2 et 3 pour s'arrêter devant le tissu osseux. Il n'y a pas de fibres de Sharpey.

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François RJ, Braun J, Khan MA, « Entheses and enthesitis : a histopathologic review and relevance to spondyloarthritides. », Curr Opin Rheumatol,‎ 2001, volume 13,, p. 255-264.
  2. M Benjamin, T Kumai, S Milz, B M Boszczyk, A A Boszczyk, J R Ralphs, « The skeletal attachment of tendons--tendon "entheses". », Comp Biochem Physiol A Mol Integr Physiol,‎ 2002, volume 133, p. 931-945. (doi: 10.1016/s1095-6433(02)00138-1)
  3. Sharpey W, Ellis GV, Elements of Anatomy by Jones Quain 6th ed, London, Walton and Maberley, , p. 120
  4. H M Shaw 1, M Benjamin, « Structure-function relationships of entheses in relation to mechanical load and exercise. », Scand J Med Sci Sports,‎ 2007, volume 17,, p. 303-315.