Enterococcus faecalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enterococcus faecalis est une bactérie commensale à Gram positif, habitant le tube digestif des humains et d'autres mammifères[1].

Comme d'autres espèces du genre Enterococcus, E. faecalis peut causer des infections mortelles chez l'homme et le singe, particulièrement dans un environnement hospitalier : le haut niveau de résistance naturelle aux antibiotiques de la bactérie contribue à sa pathogénicité[1] et au risque nosocomial.

Elle peut aussi déclencher des inflammations chronique de l'intestin[2]

Description[modifier | modifier le code]

E. faecalis se présente comme un microorganisme non-mobile, anaérobie facultatif, il fermente le glucose sans production de gaz. C'est une des rares bactéries lactiques à posséder une catalase, active seulement lorsque la bactérie peut acquérir de l'hème [3]. De même, il réduit la teinture de tournesol, mais ne liquéfie pas la gélatine.
Sa croissance en bouillon nutritif est compatible avec son caractère anaérobie facultatif.

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

E. faecalis peut causer des endocardites, ainsi que des infections de la vessie, de la prostate ou de l'épididyme. Les infections du système nerveux sont plus rares[1],[4].

E. faecalis est résistant à de nombreux agents antibiotiques communément utilisés (aminoglycosides, aztréonam, céphalosporines, clindamycine, les pénicillines semi-synthétiques nafcilline et oxacilline, ainsi que le co-trimoxazole). L'exposition aux céphalosporines est un facteur de risque particulièrement important pour la colonisation et l'infection aux entérocoques.

Histoire taxonomique[modifier | modifier le code]

Avant 1984, alors que les entérocoques étaient membres du genre Streptococcus, E. faecalis était classé sous le taxon Streptococcus faecalis[5].


Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Des échanges de bactéries entre humains et porcs existent[6],[7]. la bactérie peut rapidement muter, avec un risque nosocomial important[8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ruiz-Garbajosa P, Canton R, Pintado V, Coque TM, Willems R, Baquero F, Genetic and phenotypic differences among Enterococcus faecalis clones from intestinal colonisation and invasive disease. Clin Microbiol Infect. 2006;12:1193–8 (Résumé).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c KJ. Ryan, CG. Ray (editeurs) (2004) Sherris Medical Microbiology, 4th ed., McGraw Hill, 294–5. ISBN 0-8385-8529-9
  2. Agence Science presse, La bactérie Enterococcus faecalis: déclencheur d'inflammations chroniques de l'intestin, 16/12/2011
  3. Michael Baureder, Ronny Reimann et Lars Hederstedt, « Contribution of catalase to hydrogen peroxide resistance in Enterococcus faecalis », FEMS microbiology letters, vol. 331,‎ , p. 160-164 (ISSN 1574-6968, PMID 22486165, DOI 10.1111/j.1574-6968.2012.02567.x, lire en ligne)
  4. LL. Pelletier (1996). Microbiology of the Circulatory System in: Baron's Medical Microbiology (Baron S et al, eds.), 4th ed., Univ of Texas Medical Branch. ISBN 0-9631172-1-1.
  5. KH. Schleifer ; R. Kilpper-Balz (1984) "Transfer of Streptococcus faecalis and Streptococcus faecium to the genus Enterococcus nom. rev. as Enterococcus faecalis comb. nov. and Enterococcus faecium comb. nov.". Int. J. Sys. Bacteriol. 34: 31–34.
  6. CDC EID Décembre 2011 Porcine and Human Community Reservoirs of Enterococcus faecalis, Denmark [http://wwwnc.cdc.gov/eid/article/17/12/10-1584.htm CDC>
  7. Larsen J, Schønheyder HC, Lester CH, Olsen SS, Porsbo LJ, Garcia-Migura L, Porcine-origin gentamicin-resistant Enterococcus faecalis in humans, Denmark. Emerg Infect Dis. 2010;16:682–4 (résumé)
  8. Ruiz-Garbajosa P, Bonten MJ, Robinson DA, Top J, Nallapareddy SR, Torres C, Multilocus sequence typing scheme for Enterococcus faecalis reveals hospital-adapted genetic complexes in a background of high rates of recombination. J Clin Microbiol. 2006;44:2220–8. (Résumé)