Ensemble simplicial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En mathématiques, un ensemble simplicial X est un objet de nature combinatoire intervenant en topologie. Il est la donnée :

  • d'une famille (Xn) d'ensembles, indexée par les entiers naturels, les éléments de Xn étant pensés comme des simplexes de dimension n et
  • pour toute application croissante
    d'une application

le tout tel que

Autrement dit : X est un foncteur contravariant, de la catégorie simpliciale Δ dans la catégorie Set des ensembles, ou encore un foncteur covariant de la catégorie opposée Δop dans Set.

Exemple[modifier | modifier le code]

À tout complexe simplicial abstrait (V, Σ) est associé naturellement l'ensemble simplicial X dont les n-simplexes sont les applications g de {0, … , n} dans V dont l'image appartient à Σ, avec X(f)(g) = gf.

Homologie[modifier | modifier le code]

Soit K un anneau commutatif. À tout ensemble E est associé un K-module libre K[E] de base E donc par fonctorialité, à tout ensemble simplicial X est associé un K-module simplicial M = K[X][1] : pour tout entier n, le module Mn est le K-module libre K[Xn] et (en notant[2] [n] l'ensemble totalement ordonné {0, 1, … , n}) pour toute application croissante f : [m] → [n], l'application linéaire M(f) : MnMm est l'application K[X(f)] : K[Xn] → K[Xm] induite par X(f) : XnXm.

Par ailleurs, à tout module simplicial M on associe naturellement un complexe de chaînes en posant, pour tout n : où δin : [n – 1] → [n] désigne la ie coface, c'est-à-dire l'injection croissante de [n – 1] dans [n] dont l'image ne contient pas i.

L'homologie simpliciale (à coefficients dans K) de l'ensemble simplicial X est par définition[1] l'homologie du complexe de chaînes associé au module simplicial K[X].

Elle ne dépend par construction que de la structure de module semi-simplicial déduite de K[X], donc de celle d'ensemble semi-simplicial (en) déduite de X, par oubli des dégénérescences.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jean-Louis Loday, Cyclic Homology, Springer, coll. « Grund. math. Wiss. (de) » (no 301), (1re éd. 1992), p. 457
  2. (en) Alain Connes, Noncommutative Geometry, Academic Press, (ISBN 978-0-12-185860-5, lire en ligne), Chap. 3, Appendix A

(en) S. I. Gelfand et Yu. I. Manin, Methods of homological algebra, chap. 1

Articles connexes[modifier | modifier le code]