Oppidum d'Ensérune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ensérune)
Aller à : navigation, rechercher
Oppidum d'Ensérune
Vue des silos du site de l'oppidum d'Ensérune.
Vue des silos du site de l'oppidum d'Ensérune.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Commune Nissan-lez-Enserune
Département Hérault
Région Occitanie
Protection Logo monument historique Classé MH (1935, 1936)
Coordonnées 43° 18′ 35″ nord, 3° 06′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Oppidum d'Ensérune
Oppidum d'Ensérune

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Oppidum d'Ensérune
Oppidum d'Ensérune

L'oppidum d'Ensérune est un site archéologique comprenant les vestiges d'un village antique, situé sur une colline de la commune de Nissan-lez-Enserune, dans le département de l'Hérault (France). Ce village a été occupé entre le VIe siècle av. J.-C. (âge du fer), et le Ier siècle apr. J.-C. Sa position au sommet d'une colline lui vaut d'être qualifié d'oppidum.

Localisation et environnement[modifier | modifier le code]

La colline d'Ensérune domine d'une centaine de mètres les plaines alentour et offre ainsi une excellente vue panoramique sur une partie des régions de Béziers et de Narbonne, jusqu'aux Pyrénées. Entre autres, il permet d'appréhender en un seul regard l'étang de Montady, situé au nord, juste au pied d'Ensérune. Depuis la fin du XVIIe siècle, le canal du Midi passe au sud de la colline en provenance du tunnel de Malpas au sud-est[1].

Le lieu se situe à environ huit kilomètres à l'ouest et à vol d'oiseau du centre historique de Béziers. Le site archéologique se trouve à environ deux kilomètres et demi au nord du vieux village de Nissan-lez-Enserune, à la limite avec les territoires de Colombiers, Montady et Poilhes qui en possèdent une partie des pentes.

Géologie[modifier | modifier le code]

La colline d'Ensérune est constituée d'une roche très tendre, ce qui a permis de creuser les silos. Cette roche est formée de sédiments du Miocène, constitué de sables marins littoraux.

Histoire antique[modifier | modifier le code]

D'après les trouvailles archéologiques, le site est occupé en permanence du VIe siècle av. J.-C. au Ier siècle apr. J.-C., avec un véritable développement urbain à partir de la fin du Ve siècle. De -500 à -300, de nombreux échanges commerciaux commencent. Il s'agit de la période hellénistique du site. Puis arrivent les Gaulois entre -300 et -250. L'oppidum est détruit à la fin du IIIe siècle av. J.-C., pour retrouver une certaine prospérité avec la fondation de Narbonne par les Romains en -118 et enfin s'éteindre vers le Ier siècle de notre ère.

Durant l'âge du fer (VIIIe – IIe siècle av. J.-C.), Ensérune constitue l'un des principaux oppida de la Celtique méditerranéenne[2].

Archéologie[modifier | modifier le code]

Buste de l'archéologue Félix Mouret, l'un des principaux artisans des découvertes. Son buste est exposé dans le Musée

Vers 1850, des numismates trouvent des monnaies ibériques sur le site, ce qui attire l'attention des archéologues locaux. Entre 1843 et 1860, l'abbé A. Ginieis, curé de Montady, réalise la première exploration du site, et trouve un cimetière à incinération, et des tombes. En 1915, Félix Mouret, un propriétaire des environs passionné d'archéologie, est le premier à entreprendre des fouilles minutieuses et systématiques du sol d'Ensérune, qu'il publie en 1916[3]. Il poursuit son travail jusqu'en 1928. En 1937, l'architecte en chef des monuments historiques, Jules Formigué, installe la collection de Mouret et les trouvailles successives dans la villa construite au sommet en 1915, où on peut toujours les admirer. On trouve une très impressionnante collection de céramiques, qui permettent d'observer l'évolution culturelle du site. De 1929 à 1945, l'abbé Louis Sigal étudie l'oppidum de façon approfondie. Entre 1946 et 1958, Jean Jannoray poursuit ce travail, avec la collaboration active du curé de Nissan-lez-Enserune, Joseph Giry[4], et publie une thèse de doctorat sur l'oppidum d'Ensérune, en 1955. L'abbé Giry, lui aussi archéologue, continue les travaux et participe à la création du musée d'Ensérune.

Dans les années 1960, un important chantier est confié à Hubert Gallet de Santerre. À la fin des années 1980 et en 1995, Martine Schwaller réalise d'autres travaux, notamment sur des tombes. Enfin, à la fin des années 1990, on mentionnera les fouilles réalisées par Cécile Dubosse (sondages dans la zone sommitale) et M.-E. Bellet (une zone artisanale).

À l'ouest du site, une nécropole a été découverte.

Le site et son musée sont administrés par le Centre des monuments nationaux.

Les silos de l'oppidum[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'oppidum, avec vue sur l'étang de Montady

Le site d'Ensérune est réputé pour posséder une quantité importante de modules de stockage que sont les silos, creusés dans la roche du sous-sol. En effet, on compte pas moins de 300 fosses sur la colline et ses environs. Ces structures présentent une capacité pouvant aller de 10 000 à 85 000 litres, avec une forme généralement ovoïde.

Construits tout au long de l'histoire du site, contrairement à ce que pensait Jean Jannoray dans les années 1950 (réalisation des fosses avant le Ve siècle av. J.-C., puis réutilisation en tant que citernes, comblement pour permettre la construction de nouvelles habitations, etc.), on a toujours supposé qu'ils ont servi pour le stockage des denrées. Les réserves de céréales constituent un élément vital pour la survie des groupes humains. Apparue aux environs de la révolution néolithique[5], la maîtrise du stockage des céréales est essentielle dans l'organisation de la plupart des sociétés car elle est impliquée dans plusieurs activités humaines majeures. Toutefois, l'usage de ces creusements en tant que réserves d'eau est désormais considéré comme vraisemblable pour un très grand nombre d'entre eux et il semble acquis que la plupart de ces structures appartienne à la dernière phase du site (principalement datées entre le IIe et le Ier siècle av. J.-C.).

Protection[modifier | modifier le code]

Les terrains abritant le site archéologique font l’objet de classements au titre des monuments historiques depuis le et depuis le [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte topographique IGN Top25 au 1/25 000e no 2545ET, Béziers, 3e édition, mai 2007.
  2. Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence. VIIIe-IIe siècles av. J.-C., éditions Errance, Paris, 2004, (ISBN 2877722864).
  3. [1] Note sur les fouilles d'Ensérune, près de Béziers, de Félix Mouret, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 1916, Volume 60, Numéro 5, p. 397-411.
  4. [2] Biographie de Jean Jannoray, par H. Gallet de Santerre.
  5. Les structures de conservation des céréales en Méditerranée nord-occidentale au premier millénaire avant J.C - Dominique Garcia - Travaux du centre Camille Jullian. N° Original : GS 2003877914 - CNRS, 1997
  6. « Oppidum d'Ensérune », notice no PA00103617, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Formigé, « L'oppidum d'Ensérune », Gallia, 1943, 1, p. 5-14.
  • Fiches Jean-Luc (dir.), « Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon : projet collectif de recherche (1993-1999) », Lattes, M.A.M. no 13-14 (chapitre IV, partie 12), 2002.
  • Garcia, D., « Les Celtes de Gaule méditerranéenne, Définition et caractérisation », in Szabo, M. dir., Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 3 : les Civilisés et les Barbares (du Ve au IIe siècle avant J.-C.), Actes de la table ronde de Budapest, 17-18 juin 2005. Glux-en-Glenne : Bibracte, Centre archéologique européen, 2006, p. 63-76 (Bibracte ; 12/3).
  • Dubosse Cécile, « Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault) : les céramiques grecques et de type grec dans leurs contextes (VIe - IVe s. av. n.è.) », Lattes, M.A.M. no 23, 2007.
  • Olive Christian, Ugolini Daniela, « Ensérune », dans « Le Biterrois », Carte Archéologique de la Gaule 34/5, Paris 2013, p. 325-378.
  • Martine Schwaller, Ensérune : Carrefour de civilisations protohistoriques, Guides archéologiques de la France, éditions du patrimoine, imprimerie nationale, , 105 p. (ISBN 2-7433-0317-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]