Enrique Bolaños Geyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Enrique Bolaños
Illustration.
Fonctions
Président de la République du Nicaragua

(5 ans)
Élection
Vice-président José Rizo Castellón
Alfredo Gómez Urcuyo
Prédécesseur Arnoldo Alemán
Successeur Daniel Ortega
Vice-président de la République du Nicaragua

(5 ans)
Président Arnoldo Alemán
Prédécesseur Julia de la Cruz Mena Rivera
Successeur Leopoldo Navarro Bermúdez
Biographie
Nom de naissance Enrique José Bolaños Geyer
Date de naissance
Lieu de naissance Nindirí (Nicaragua)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Nindirí (Nicaragua)
Nationalité Nicaraguayenne
Parti politique Alliance pour la république
Conjoint Lila Abaunza
Diplômé de Université de Saint-Louis

Enrique Bolaños Geyer
Présidents de la République du Nicaragua

Enrique Bolaños Geyer, né le à Masaya et mort le 14 juin 2021, est un homme d'État nicaraguayen, ancien président de la République entre 2002 et 2007.

Président du Conseil supérieur de l'entreprise privée (Cosep) de 1983 à 1988, puis vice-président de la République dans le gouvernement d'Arnoldo Alemán, Bolaños remporte l'élection présidentielle contre Daniel Ortega le et prête serment le . Il ne se représente pas à la présidentielle de 2006 et Ortega lui succède.

Présidence[modifier | modifier le code]

Il bénéficie pendant la campagne électorale du soutien des États-Unis. Le sous-secrétaire d'État, Marc Grossman, déclare : « L'histoire du sandinisme, faite de violation des principes démocratiques et des droits humains, d'expropriation de propriétés sans indemnisation et de liens avec les parrains du terrorisme nous préoccupe beaucoup ». L'ambassadeur américain, Oliver Garza, multiplie les déclarations dans le même sens, et Jeb Bush, gouverneur de Floride et frère du président George W. Bush, envoie à Enrique Bolaños une lettre d'appui largement diffusée dans la presse nicaraguayenne : « Daniel Ortega est un ennemi de tout ce que les États-Unis représentent. C'est également un ami de nos ennemis[1]. »

Durant son mandat, les luttes intestines que se livraient au sein du parti libéral ses partisans et ceux de son prédécesseur Alemán générèrent une grande inefficacité des institutions gouvernementales. Il affronte en avril et mai 2005 de violentes manifestations contre la hausse des prix des carburants, et plus de 80 maires (sur 152 municipalités) ont exigé qu'il résolve les problèmes de l'énergie ou qu'il démissionne[2].

Il fait établir une liste de fonctionnaires suspects d'homosexualité et s'attire en conséquence les critiques d'associations de défense des droits de l’homme[3]. Peu avant de remettre son mandat, en novembre 2006, il fait voter par le Parlement l’interdiction totale de l’avortement et propose de fixer les condamnations à 30 ans de prison[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Houtart, « Occasion perdue au Nicaragua », sur Le Monde diplomatique,
  2. « Lignes de fracture en Amérique latine », sur Risal,
  3. « Homosexualidad todavía es criminalizada », Cepresi,‎ (lire en ligne)
  4. (es) « Se penaliza en Nicaragua el aborto terapéutico », sur www.mujeresenred.net

Liens externes[modifier | modifier le code]