Ennemis rapprochés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ennemis rapprochés
Titre québécois La Rage au cœur
Titre original The Devil's Own
Réalisation Alan J. Pakula
Scénario David Aaron Cohen
Vincent Patrick
Kevin Jarre
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 111 minutes
Sortie 1997


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ennemis rapprochés ou La Rage au cœur au Québec (The Devil's Own) est un film américain réalisé par Alan J. Pakula, sorti en 1997.

Il s'agit du dernier film du réalisateur, décédé lors d'un accident de la route le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Rory Devaney, membre actif de l'IRA provisoire, se voit confier la mission d'acheter des armes aux États-Unis, pour que l'IRA continue sa lutte. Il est hébergé chez Tom O'Meara, un policier new-yorkais d'origine irlandaise qui ignore tout des agissements de son invité. Rapidement, une franche amitié va naître entre les deux hommes. Mais les agissements de Rory et le métier de Tom les amèneront immanquablement à s'affronter.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada, Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3] et Doublagissimo[4] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[5]

Production[modifier | modifier le code]

En 1990, Lawrence Gordon acquiert les droits du script[6]. En 1991, il le présente à Brad Pitt, alors encore peu connu. Le projet traine jusqu'en 1995 quand l'acteur suggère Harrison Ford pour le rôle de Tom O'Meara. Ce dernier donne son accord. Le script est alors retravaillé pour étoffer le personnage d'Harrison Ford et pour développer la relation entre les personnages des deux acteurs[7]. C'est ensuite Harrison Ford qui suggère Alan J. Pakula pour le poste de réalisateur, ce qui convient à Brad Pitt. Milcho Manchevski avait un temps été évoqué[8].

Le tournage débute en février 1996, alors même que le scénario est régulièrement retravaillé. The New York Times évoque un tournage marqué par les brouilles entre les deux acteurs principaux et les importants dépassements de budget[7]. Les scénaristes Terry George et Robert Mark Kamen sont engagés pour retravailler le script durant le tournage[9],[10],[11]. Brad Pitt menace plusieurs fois de quitter le projet, arguant que le script est devenu incomplet et incohérent, après avoir subi de nombreuses réécritures. Un producteur lui aurait alors dit « Tu veux partir ? Pas de problème : tu commences par nous payer 63 millions $ de pénalités ! » Il dira plus tard « C'est un désastre. C'est l'un des tournages les plus irresponsables - si même on peut appeler ça un tournage - auquel j'ai assisté. Je n'arrivais pas à y croire ! »[7],[12]

Le tournage s'est déroulé du jusqu'au mois d'. Il a notamment lieu dans le New Jersey (Montclair, Newark), à New York (Long Island, Manhattan, Bronx, Brooklyn, Queens, Boken Studio, Kaufman Astoria Studios) ainsi qu'à Irvington et en Irlande (Clogherhead et Dublin)[13].

Des reshoots ont lieu en février 1997 dans un studio en Californie, un mois seulement avant la sortie en mars 1997[8],[7].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques plutôt négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 34% d'opinions favorables pour 38 critiques[14]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 53100 pour 26 critiques[15].

Box-office[modifier | modifier le code]

En France, il rencontre un assez bon succès et se classe 31e du box-office annuel français. Dans le monde, le film plus de 140 millions de dollars de recettes, pour un budget de 90 millions de dollars[1].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
42 868 348 $[1]
Drapeau de la France France 1 288 360 entrées[16]

Monde Total mondial 140 807 547 $[1] - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « The Devil's Own », sur Box Office Mojo (consulté le 13 mars 2020)
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  4. « Fiche du doublage français du film » sur Doublagissimo.
  5. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca.
  6. (en) « Threads That Led to the Making of ‘Glory’ : Movies: Screenwriter Kevin Jarre recalls the ‘unbelievable odyssey’ in getting the tale of a black Civil War regiment made », sur The Los Angeles Times, (consulté le 8 mars 2020)
  7. a b c et d (en) Ian Fisher, « Disaster? Was There a Disaster? », (consulté le 18 avril 2011)
  8. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  9. (en) « Dealing with 'The Devil's Own' », sur EW.com, (consulté le 24 janvier 2017)
  10. (en) « Devil's Own, The - Ethics & Public Policy Center » (consulté le 24 janvier 2017)
  11. (en) Lee Pfeiffer et Michael Lewis, The Films of Harrison Ford, Citadel Press, (ISBN 9780806523644, lire en ligne)
  12. « Ennemis rapprochés : les coulisses du clash entre Harrison Ford et Brad Pitt » (consulté le 13 mars 2020)
  13. (en) Filming & Production sur l’Internet Movie Database
  14. (en) « The Devil's Own », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 13 mars 2020)
  15. (en) « The Devil's Own Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 13 mars 2020)
  16. « Ennemis rapprochés », sur JP's Box-office (consulté le 13 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]