Engelberge (femme de Louis II)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Engelberge.
Engelberge
Titres de noblesse
Impératrice d'Occident
Reine d'Italie
Biographie
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Reine consortVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Ermengarde
Gisela (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Erchanger (d) (père putatif)
Adelgise Ier de Spolète (père putatif)
Thierry III d'Autun (père putatif)
Emma de Bavière (mère putative)Voir et modifier les données sur Wikidata

Engelberge († entre 896 et 901) est une impératrice d'Occident et une reine d'Italie du IXe siècle par son mariage avec Louis II le Jeune.

Hypothèses sur sa famille[modifier | modifier le code]

Sa famille est inconnue. Les seuls indices à la disposition des historiens sont plusieurs diplômes carolingiens[1] :

  • le premier, qui est de l'empereur Charles le Gros, qualifie Engelberge de soror,
  • un autre, toujours de l'empereur Charles le Gros, qualifie Ermengarde, fille d'Engelberge, de nepotis,
  • un troisième, de Carloman, qualifie Engelberge de soror,
  • un dernier, de Louis II le Jeune, qualifie son archiministre Suppon de consobrinus de l'épouse de l'empereur.

À partir de ces maigres données, plusieurs hypothèses ont été proposées :

1 - Les auteurs italiens pensent que le qualificatif de soror fait référence à une parenté spirituelle et considèrent que Louis II le Germanique, père de Carloman et Charles le Gros, est parrain d'Engelberge[2].
2 - Maurice Chaume traduit soror par « belle-sœur » et voit dans Engelberge une sœur de Richarde, femme de Charles le Gros, et fille d'Erchanger II, comte de Nordgau[3],[4].
 
 
 
 
 
 
Louis II
le Germanique

(806 † 876)
roi de Germaine
 
 
 
 
 
Erchanger
comte de Nordgau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Carloman
(v.830 † 880)
roi de Bavière
 
Louis III le jeune
(v.835 † 882)
roi de Germaine
 
Charles le Gros
(839 † 888)
empereur
 
Richarde
 
Engelberge
soror de Charles le Gros
soror de Carloman
 
Louis II
(v.825 † 875)
roi d'Italie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
(† 887)
roi en Provence
 
Ermengearde
nepotis
de Charles le Gros
 
 
 
3 - Partant de la référence à Suppon, d'une affirmation de J. du Bouchet dans un texte de 1646[5] et reprenant les suppositions des auteurs italiens à propos d'une parenté spirituelle entre Louis III le germanique et Engelberge, Eduard Hlawitschka en fait une fille d'Adalgise Ier, duc de Spolète et comte de Parme en 835[6]. Cette thèse est encore officiellement admise[1],[7].
 
 
 
 
 
 
Suppo Ier
(† 824)
duc de Spolète
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mauring
 
Mauring
(† 824)
duc de Spolète
 
Adalgis Ier
duc de Spolète
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Suppo III
(† 879)
marquis de Spolète
consobrinus d'Engelberge
 
 
 
 
 
Suppo II
 
Engelberge
 
Louis II
(v.825 † 875)
roi d'Italie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adalgis II
 
Berthe de Spolète
x Bérenger Ier
empereur
 
 
 
 
 
 
 
4 - Jean-Noël Mathieu remarque que le prénom de Willa ou Guille apparait chez une fille d'Ermengarde, que les autres quartiers connus de Willa ne permettent pas d'expliquer ce prénom que Jean-Noël Mathieu rapproche des Guilhelmides. Il reprend le qualificatif de soror de Carloman et Charles le Gros, propose qu'Engelberge soit leur sœur utérine, c'est-à-dire fille d'un Guilhelmide et d'Emma, remariée ensuite à Louis le Germanique. Sachant que ce remariage se fait en 827, il propose d'identifier le père d'Engelberge au comte Thierry d'Autun († 826), fils de Guillaume de Gellone. Mais pour expliquer la parenté avec les Supponides, il rapproche le prénom de Cunégonde, présent dans cette famille, de celui de la première épouse de Guillaume de Gellone. Les Supponides passent également pour être alliés au roi Bernard d'Italie, marié à une probable petite-fille de Guillaume. Le problème est que le comte Thierry d'Autun est traditionnellement donné comme née de Guibourg, la seconde épouse de Guillaume[8].
 
 
 
 
Guillaume
de Gellone

(† 812/815)
 
Welf Ier
comte
en Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thierry III
(† 826)
comte d'Autun
 
Emma
de Bavière

(† 876)
 
 
 
 
 
Louis II
le Germanique

(806 † 876)
roi de Germaine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis II
(v.825 † 875)
roi d'Italie
 
Engelberge
soror de Charles le Gros
soror de Carloman
 
Carloman
(v.830 † 880)
roi de Bavière
 
Louis III le jeune
(v.835 † 882)
roi de Germaine
 
Charles le Gros
(839 † 888)
empereur
 
quatre
filles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
(† 887)
roi en Provence
 
Ermengearde
nepotis de Charles le Gros
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis III l'Aveugle
(v. 892 † 926)
empereur
 
Willa Ire
(† av. 924)
 
Rodolphe Ier
(† 911)
roi de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Parents d'une Willa
Grands-parents
de deux autres Willa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle épouse vers 851 ou 852 Louis II le Jeune, que son père Lothaire Ier a investi de la dignité impériale en 850. Lothaire meurt en 855 et Louis hérite de l'Italie. Vers 868, elle organise une entrevue entre le pape Adrien II et son beau-frère Lothaire II qui cherche à résoudre sa situation matrimoniale, espérant répudier son épouse Teutberge, épouser sa maîtresse Waldrade et légitimer leurs enfants. Mais l'entrevue est un échec et Lothaire II meurt le sans fils légitime[9].

Il semble qu'Engelberge accompagnait son mari lors d'une expédition contre Adalgis, prince de Bénévent, et lorsque ce dernier est capturé en aout 871. C'est l'évêque de Bénévent qui a réussi à négocier et obtenir la libération. Louis II meurt le [10],[11]

Veuve, elle devient religieuse en rejoignant l'abbaye Saint-Sauveur de Brescia en 868[12], où elle succède à sa fille Gisèle. En 880, son gendre Boson se proclame roi en Provence et l'empereur Charles le Gros soupçonne Engelberge de le soutenir, aussi la fait-il enfermer dans un couvent en Alémanie, pour lui permettre de revenir en Italie en 882, après la défaite de Boson. Elle favorise l'accession de son petit-fils Louis à la royaume, avant de se retirer dans l'abbaye Saint-Sixte de Plaisance en 896[4],[10].

Postérité[modifier | modifier le code]

Engelberge a donné naissance à[10],[13] :

 
 
 
 
 
 
Louis II
(v.825 † 875)
roi d'Italie
 
Engelberge
(† 896/901)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
(† 887)
roi en Provence
 
Ermengearde
(† 896/901)
 
Gisèle
(† av.868)
abb. de Brescia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis III l'Aveugle
(v. 892 † 926)
empereur
 
Willa Ire
(† av. 924)
 
Rodolphe Ier
(† 911)
roi de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson d'Arles
(† 936)
comte d'Arles
 
Willa II
(† ap.936)
 
Rodolphe II
(† 937)
roi de Bourgogne
 
Louis
(† av. 929)
comte en Thurgau
 
Waldrade
 
Boniface
de Spolète
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérenger II
(v.900 † 966)
roi d'Italie
 
Willa III
(† ap.963)
 
 
 
Hugues
(† av.948)
cte Bourgogne
 
Willa
 
 
 
Willa
 
Hubert
(† 967/970)
marquis de Toscane
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mathieu 2000, p. 177.
  2. G Pochettino, « L'impératrice Angelberge », Archivio storico lombardo,‎ , p. 117.
  3. Maurice Chaume, Origines du duché de Bourgogne, vol. I, , p. 301, note 3
  4. a et b Settipani 1993, p. 269.
  5. « Sa femme Angelberge se rendit religieuse Pavie. Elle estoit fille du duc de Spolète » (J. du Bouchet, La véritable origine de la seconde et la troisième lignée de la maison de France, Paris, , p. 14).
  6. Eduard Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962), Fribourg, , p. 271-273.
  7. Riché 1983, p. 179.
  8. Mathieu 2000, p. 177-182.
  9. Riché 1983, p. 178.
  10. a, b et c FMG
  11. Riché 1983, p. 183.
  12. selon FMG et Settipani 1993, p. 269, mais cette date de 868 est antérieure de huit ans à son veuvage. Peut-être faut-il lire 878 ?
  13. Settipani 1993, p. 269-270.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]