Enterrement vivant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Enfouissement vivant)
Aller à : navigation, rechercher
L'inhumation précipitée d'Antoine Wiertz (1854)

L'enterrement vivant est une action consistant à mettre en terre une personne encore vivante. Indépendamment des ensevelissements accidentels provoqués par des catastrophes ou des cataclysmes, des personnes peuvent être involontairement mises en bière et inhumées vivantes à la suite d'une tragique erreur de diagnostic de leur décès. On regroupe dans cette catégorie les personnes qui ont été enfermées vivantes dans un cercueil ou déposées dans une morgue et dont le réveil a été heureusement constaté avant leur enterrement.
Il peut également s'agir d'un supplice mortel, particulièrement cruel, principalement réservé aux femmes au Moyen Âge lorsque d'autres méthodes d'exécution étaient jugés potentiellement impudiques. La méthode peut également être employée au cours de massacres commis pendant des conflits ou individuellement par des meurtriers.
L'enfouissement peut aussi être volontaire, la mort n'étant pas le but recherché. C'est le cas lorsque des illusionnistes, yogis ou fakirs cherchent à réaliser des performances physiques, ou que l'on tente de faire croire à un décès.

Inhumation prématurée[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée en 2013, le temps de survie dans un cercueil fermé est d'environ h 30. Au-delà de ce délai, le manque d'oxygène provoque une mort qui sera définitive cette fois[1]. Toutefois le calcul est basé sur le rythme normal de la respiration humaine, alors que le souffle d'une personne en situation de catalepsie est imperceptible.

Une crainte ancestrale[modifier | modifier le code]

Dès l'antiquité des cas sont relatés par Asclépiade (~124 av. J.-C.- ~40 av. J.-C.) qui aurait découvert l'erreur au passage d'un convoi mortuaire[2] et par Plutarque (~46-125) concernant une personne qui revint à la vie au bout de trois jours, au moment où on le portait en terre[3]. Pline l'ancien écrivait vers l'an 77 :

« Le consul Àviola se ranima sur le bûcher, mais la violence des flammes empêcha qu'on ne le secourût, et il fut brûlé vif. Le même malheur arriva, dit-on, à Lamia, ex-prêteur. Messala Rufus, et la plupart des auteurs, rapportent que Élius Tubéron, qui avait aussi rempli les fonctions de la préture, fut retiré du bûcher. Telle est la condition des mortels, et nous sommes à un tel point le jouet de la fortune, que nous ne sommes sûrs de rien, pas même de la mort d'un homme. Yarron rapporte aussi que lorsqu'il était vigintivir pour le partage des terres de Capoue, un homme que l'on portait au bûcher revint à pied de la place publique chez lui, que pareille chose était arrivée à Aquinum. Il dit de plus, qu'à Rome, Corfidius, mari de sa tante maternelle, revint à la vie, lorsque déjà l'on avait fait prix pour ses funérailles, et que lui-même accompagna le convoi de celui qui avait commandé le sien[4]. »

La peur d'être enterré vif s'est largement répandue à partir de la Renaissance. Dans sa comédie en cinq actes L'Étourdi ou les Contretemps créée en 1653, Molière, qui fait dire à Anselme : « Qui tôt ensevelit bien souvent assassine / Et tel est cru défunt qui n'en a que la mine. »[5], démontre que le problème était connu et source de préoccupations déjà à cette époque. Dans un ouvrage rédigé en 1751, Dom Augustin Calmet affirme : « On pourrait multiplier à l'infini les exemples de personnes enterrées toutes vivantes et d'autres qui sont revenues comme on les portait au tombeau, ou qui ont été tirées du tombeau par des cas fortuits. »[6]. À l'appui de ses dires, il cite plusieurs exemples de personnes revenues à la vie alors qu'elles étaient considérées mortes et traitées comme telles. Parmi eux François de Civille, qui fut, selon ses propres écrits, au cours de sa vie « trois fois mort et enterré, et, par la grâce de Dieu, trois fois ressuscité ». Durant la peste de 1558 à Dijon, Nicole Lentillet fut jetée dans une fosse commune dans laquelle elle survécut durant quatre jours avant d'en être tirée. Calmet cite également un garçon perruquier mort d'apoplexie en 1688 dont on entendit les plaintes trois jours après sa mort. Quand il fut enfin déterré, les médecins déclarèrent qu'il n'était mort que depuis deux heures seulement. Plus proche de nous, en janvier 1819 en Allemagne, le baron Hornstein aurait été enfermé vivant dans le caveau familial et retrouvé mort ensanglanté par des ouvriers au bout de deux jours[7].

Certains récits relèvent toutefois de la légende ou de la calomnie, tels ceux concernant l'empereur byzantin Zénon mort en 491[Note 1],[8],[9], ou Jean Duns Scot mort en 1308[Note 2], dont on a faussement prétendu qu'en ouvrant leurs tombeaux on avait constaté qu'ils s'étaient dévoré les bras.

Une phobie généralisée au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Illustration de Harry Clarke pour une édition de 1919 de L'Enterrement prématuré d'Edgar Allan Poe.

Cette terreur, appelée Taphophobie, débute au milieu du XVIIIe siècle[10] et explose au XIXe siècle, portée par la conjugaison de récits d'épouvante rédigés par des écrivains adeptes du romantisme noir tel Edgar Allan Poe, et par la relation de cas réels rapportés complaisamment dans les journaux[11]. De nombreux médecins d'alors ne peuvent qu'admettre leurs difficultés à diagnostiquer avec certitude un décès, notamment pour les états de mort apparente (tels que catalepsie, léthargie, coma, etc.) et publient de nombreuses études sur la question. D'autant qu'on considérait à l'époque que les épidémies se propageaient par les miasmes diffusés dans l'air et qu'on s'empressait en conséquence d'enterrer les cadavres, ou présumés tels, le plus rapidement possible. Un article paru aux États-Unis en 1834 estime, qu'au cours de la terrible épidémie de fièvre jaune qui fit près de 5 000 victimes à Philadelphie en 1793[12], de nombreux malades ont été extraits de leur maison et enterrés alors qu'ils n'étaient pas encore réellement décédés[13]. Dans le monumental Dictionnaire des sciences médicales en 58 volumes publié en 1818, on peut lire la description suivante :

« Qu'on se peigne la situation d'un malheureux enseveli vivant qui se réveille dans le séjour de la mort ; ses cris ne frapperont point les airs, et aucune oreille humaine ne les entendra ; en vain il veut déchirer le linceul dont ses membres sont enveloppés ; en vain il tente de repousser la masse de terre qui pèse sur son cercueil : meurtri, épuisé, il éprouve toutes les angoisse du désespoir, et, cédant à sa rage et à la faim, il mord, il ronge ses bras qui ne peuvent l'arracher à son horrible destinée[14]. »

En France la question était prise très au sérieux par les autorités. Elle fut abordée au Sénat dans sa séance du 27 février 1866. Il y fut examiné une pétition qui signalait le danger des inhumations précipitées, faisant suite à plusieurs pétitions sur le même thème. Le rapporteur de la commission estimait que les dispositions prévues par le Code Napoléon (à savoir qu'une inhumation ne pouvait avoir lieu que 24 heures après qu'un officier d'état civil, accompagné de deux témoins, ait constaté le décès sur place, l'intervention d'un médecin n'est requise qu'en cas de mort violente[15]) suffisent à éviter les incidents mais monseigneur le cardinal Donnet est intervenu pour déclarer notamment :

« J'ai acquis la conviction, par des faits incontestables, que les victimes des inhumations précipitées sont plus nombreuses qu'on ne le pense communément. Or, y a-t-il rien de plus horrible que de mourir en imputant sa mort au peu de vigilance et à l'imprévoyante précipitation de ceux qu'on appelait, quelques heures avant, des plus doux noms qu'on puisse donner ici-bas ? »

Le prélat était bien placé pour en parler car il en avait fait la terrible expérience en 1826 : déclaré mort à la suite d'un malaise un prêche, il entendit son entourage préparer ses obsèques pour le lendemain et ne se réveilla in extremis qu'au son de la voix d'un ami d'enfance[16].

Hantés par ce risque, de nombreuses personnes demandent à ce qu'on s'assure de façon certaine de leur décès. Peu de temps avant son décès en 1799, George Washington a demandé à son secrétaire Tobias Lear de veiller à ce qu'il ne soit pas enterré avant au minimum trois jours après son décès, pour qu'il soit certain qu'il ne sera pas enterré vif[17]. Le 16 octobre 1849, à la veille de sa mort, Frédéric Chopin qui a perdu sa voix écrit sur un papier : « Comme cette terre m’étouffera, je vous conjure de faire ouvrir mon corps pour que je ne sois pas enterré vif[18]. ». « Je désire être inhumé seulement quand on aura constaté que mon cadavre est entré en décomposition. Je crains la léthargie et redoute par-dessus tout d’être enterré vivant. » écrit le docteur Séverin Icard dans son testament en 1903[19]. « Avant de mettre mon corps dans la bière, je veux que l'on ait des preuves absolues, certaines de ma mort : ouvrir l'artère carotide, par exemple. » exige le compositeur Jules Massenet dans un codicille à son testament le 26 novembre 1908[20].

Mort apparente et mort réelle[modifier | modifier le code]

Défunt reposant dans son cercueil resté ouvert

Celse, médecin romain de l'antiquité, rédigea aux alentours de l'an 100 De Arte medica, ouvrage dans lequel il mentionne le problème posé par le diagnostic du décès et cite un cas d'enterrement prématuré dont la victime échappa de justesse :

« Je sais qu'on peut m'objecter que, s'il est des signes qui annoncent sûrement la mort, on ne conçoit pas comment des malades abandonnés par les médecins peuvent revenir, et comment il est arrivé que des gens que l'on croyaient morts soient ressuscités dans le temps même de leurs funérailles ; et que Démocrite, cet homme dont la réputation est si grande et si bien méritée, fort éloigné de penser qu'il y ait quelques signes en médecine qui annoncent la mort d'une manière certaine a même prétendu qu'on n'avait pas de marques assez sûres pour connaître que la vie était éteinte. A cela je ne répondrait point que si l'identité apparente de certains signes peut en imposer à un médecin inhabile, l'homme éclairé et exercé ne s'y méprend point ; que le fait qu'on raconte d'Asclépiade, qui reconnut à la rencontre d'un convoi que la personne qu'on allait inhumer était en vie, en est la preuve ; et que les fautes de l'artiste ne sont point celles de l'art[21]. »

Ce qui précède pose le problème du moment où la mort peut être considérée comme certaine et irréversible : « La mort est un long couloir dans lequel une personne s’éloigne définitivement du monde des vivants. Il est difficile de savoir quand elle entre dedans et tout aussi difficile de savoir quand elle en est définitivement ressortie pour pouvoir attester qu’elle est réellement et définitivement morte »[22].

Bien que, dans l'immense majorité des cas, le décès d'un individu soit flagrant et incontestable, il reste une marge d'incertitude qui est devenue infime de nos jours, dans les pays correctement médicalisés du moins. De tous temps, les critères de base ont été l'absence de pouls et de respiration, auxquels s'ajoutent l'absence totale de réactions à des sollicitations diverses. C'est généralement à ce stade que la mort est déclarée. Viennent ensuite le refroidissement du corps à raison d'environ 1 degré par heure, l'apparition progressive de la rigidité cadavérique au bout de trois à six heures et des lividités cadavériques.

Moyens de prévention[modifier | modifier le code]

Toutefois, quelles que soient les précautions prises par le corps médical pour s'assurer que le décès est incontestable, le risque infime d'être enterré vif pouvait demeurer inacceptable pour certains. De nombreux auteurs proposèrent leurs solutions. Dans une revue de 1837 on pouvait lire à ce sujet un surprenant commentaire sur un ouvrage récemment publié :

« M. Vigné, après avoir prouvé l'incertitude que doivent laisser certains symptômes que l'on croit généralement être les signes infaillibles de la mort, fait connaître les moyens à employer auprès des malades qui semblent déjà passés de vie à trépas. Ces moyens, je pourrais vous les dire, mais je n'en ferai rien. La curieuse brochure de M. le docteur Vigné se vend au profit des pauvres : achetez-la, et, quand vous l'aurez achetée, ne la prêtez qu'à ceux qui n'ont pas le moyen de faire comme vous. Pour les riches avares qui viendront vous la demander, de peur de dépenser utilement pour eux quarante sous qui profiteraient aux pauvres, gardez-vous de la leur prêter: s'ils sont enterrés vifs, tant pis pour eux[23] ! »

Délai d’expectative[modifier | modifier le code]

Cadavre déposé dans une morgue

Le moyen le plus simple d'éviter les conséquences dramatiques d'actes par trop précipités, consiste à laisser un temps suffisant entre le constat du décès et la mise en bière fermée ou en alvéole frigorifique de façon à s'assurer dans la continuité de l'absence définitive de signes de vie. Dans les pays chauds, les premiers signes de décomposition apparaissent rapidement. En Europe, la plupart des pays ont adopté des dispositions légales interdisant l'inhumation avant 24 ou 36 heures. En France, un délai d'expectative de 24 heures a été imposé par l'article 77 du code Napoléon dès 1804. En 1960, cet article qui était resté pratiquement inchangé, a été abrogé par un décret[24] ajoutant l'obligation de faire constater le décès par un médecin. En outre, lorsque le décès se produit en milieu hospitalier, ce qui est le cas le plus fréquent, le corps du défunt doit demeurer deux heures dans le service avant d'être conduit à la morgue.

Pour des raisons d'hygiène et de nuisances, il est impossible de laisser un corps à l'air libre jusqu'aux premières manifestations incontestables de sa décomposition.

Acte médical radical[modifier | modifier le code]

Pour rendre impossible un éventuel réveil intempestif post mortem dans un environnement confiné, plusieurs auteurs ont préconisé le recours à un acte rendant définitivement impossible tout retour à la vie : injection d'un poison violent tel que du cyanure de potassium[25], ouverture du cœur, sectionnement des artères carotides, etc. C'est le recours à cette dernière méthode, préconisée par le docteur Veyne en 1874[26] qu'exigea le compositeur Jules Massenet dans son testament.

Cercueil sécurisé[modifier | modifier le code]

Cercueil préservant la vie
Christian H. Eisenbrandt
(1843)

Une autre possibilité était de recourir à l'usage de cercueils équipés pour permettre à son occupant de manifester sa survie, parfois même en étant inconscient. Dès la fin du XVIIIe siècle, au moment où commençait à se développer la crainte de se réveiller au fond d'un tombeau, on commença à se préoccuper du « confort » de la victime potentielle : son corps devait être couvert de vêtements et d'un drap de serge, le cercueil devait être surélevé sur deux pierres pour qu'il ne puisse baigner dans l'eau et son fond garni d'un matelas de foin recouvert de laine. Sans oublier d'y déposer, « ...sous la main gauche, une fiole pleine de bon vin avec un morceau de pain, d'échaudet ou de biscuit. À quoi les personnes recherchées peuvent ajouter le figuette[Note 3] de liqueur, ou d'éther tempéré avec du sucre ; en observant que le bouchon surmonte assez le goulot de la bouteille, pour qu'elle soit aisée à déboucher ». Première préfiguration des systèmes sophistiqués à venir : on devait attacher au poignet gauche du cadavre un corde permettant d'agiter le battant d'une cloche fixée à un pieu à l'extérieur de la tombe[27].

Dans le courant du XIXe siècle, plusieurs inventeurs ont proposé d'ingénieux dispositifs censés permettre à une victime revenant subitement à la vie de signaler l'évènement, voire de s'extraire par lui-même de sa fâcheuse situation. Il semble qu'ils ne furent que très rarement utilisés et on ne trouve pas trace de leur contribution à l'empêchement d'un drame. D'ailleurs, pour être réellement efficaces, ces systèmes impliquaient une surveillance extérieure permanente durant plusieurs jours.

En 1896 c'est le comte Michel de Karnice-Karnicki, chambellan du tsar de Russie Nicolas II, qui imagine un système constitué d'un tube traversant le couvercle du cercueil pour rejoindre en surface une boite étanche contenant un drapeau et une cloche. Au moindre mouvement d'une boule de verre posée sur la poitrine du cadavre, un ressort déclenche le mécanisme de signalisation et ouvre la boite, ce qui permet à l'air extérieur et à la lumière de rentrer dans la bière[28].

Dans ce domaine comme dans d'autres on n'arrête pas le progrès et le principe d'un cercueil sécurisé a survécu au XIXe siècle : dans les années 1970 le « cercueil électrique »[29] du Français Angel Hays fait le bonheur de la presse[30] et des émissions de télévision à succès[31]. Des brevets d'invention pour pallier les risques d'une inhumation prématurée ont continué à être déposés, certains originaux comme ce cercueil éjectant automatiquement son occupant au moindre mouvement[32]. La plupart ont suivi l'évolution des techniques : systèmes d'alarme électriques en France en 1980[33] et au Brésil en 1984[34] , puis une sortie vocale raccordée au réseau téléphoniques en Allemagne en 2003[35]. En 1995, c'est un horloger toscan du nom de Fabrizio Caselli qui a breveté un cercueil « high-tech » contenant interphone, lampe de poche, bouteille d'oxygène, défibrillateur et connexion à une station de surveillance[36],[37]. Le téléphone mobile étant devenu omniprésent, son intégration dans les cercueils est imaginée en France en 2005[38] et en Lettonie en 2008[39].

Si on en croit une dépêche de l'Agence France-Presse du 7 mai 2004 reprise dans les médias[40], un cimetière de la banlieue de Santiago du Chili envisageait à cette date d'installer systématiquement une sonnette d'alarme dans les cercueils, permettant aux personnes qui auraient été enterrées par erreur de se faire connaître.

Événements récents[modifier | modifier le code]

Les progrès de la médecine et les dispositions légales ayant généralisé dans la plupart des pays un délai obligatoire d'au moins un jour entre le constat du décès et les obsèques[41] les quelques très rares cas de « retour à la vie » ont généralement lieu avant que l'irréparable ne soit commis. La presse relate toutefois, de temps à autres, de tels évènements dramatiques :

  • Mars 1988 - Belgique : après avoir été déclaré mort à deux reprises par des médecins, un homme de 33 ans échappe au pire grâce à l'entêtement de l'entrepreneur de pompes funèbres[42].
  • Juillet 2011 - Afrique du Sud : Un homme de 50 ans se réveille à la morgue 24 heures après avoir été déclaré mort[43].
  • Juin 2012 - France : Une femme de 87 ans déclarée morte à son domicile s'est réveillée au funérarium[44].
  • Février 2014 - États-Unis : Déclaré mort, un Américain se réveille aux pompes funèbres[45].
  • Avril 2014 - États-Unis : Une femme de 80 ans déclarée morte a été congelée vivante dans la morgue de l’hôpital[46].
  • Juillet 2014 - Philippines : Une fillette de 3 ans se réveille dans son cercueil[47],[48].
  • Aout 2014 - France : Un bébé de 14 mois mort noyé se réveille à la morgue avant de décéder définitivement[49].
  • Novembre 2014 - Pologne : Une femme de 91 ans déclarée morte se réveille à la morgue onze heures plus tard[50].
  • Aout 2015 - Honduras : Déclarée morte, une jeune mariée se réveille dans sa tombe[51].

Toutefois certains récits, issus de sources incertaines, semblent des canulars morbides :

  • Février 2012 - Chine : Une femme de 95 ans revient à la vie après six jours passés dans son cercueil, se lève et se met à cuisiner[52],[Note 5].
  • Mars 2014 - Italie : Un Romain de 52 ans, déclaré mort depuis deux jours, sort de son cercueil au moment de ses obsèques et agresse le prêtre[53],[Note 6].

Supplice[modifier | modifier le code]

Supplice d'une vestale
Henri-Pierre Danloux, 1790.

L'enfouissement vivant a été un mode d'exécution capitale universellement pratiqué depuis l'antiquité jusqu'aux temps modernes. Le terme « enterré vif » est parfois une métaphore qui désigne en réalité un emmurement mortel dans une cellule étroite plutôt qu'un ensevelissement direct en pleine terre.
Dans son Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu publié en 1825, M. B. Saint Edmé dresse un inventaire hétéroclite des divers lieux et peuples qui auraient, selon lui, pratiqué ce type de mise à mort pour divers motif[54].

Mythique[modifier | modifier le code]

Cycnos fils de Poséidon est trahi par sa seconde femme Philonomé. Amoureuse de son beau-fils Ténès et incapable de le séduire, elle conduit Cycnos à l'exiler sur des calomnies qu'elle diffuse. Ayant reconnu son tort, mais désormais rejeté par son fils, Cycnos se venge en l'enterrant vivante[55].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un médecin grec du nom d'Appolonides qui vivait au Ve siècle av. J.-C. à la cour du roi de Perse Artaxerxès Ier a été condamné à être enterré vivant dans un caveau pour avoir eu une liaison avec la veuve d'un grand personnage. Au bout de deux jours on rouvrit sa cellule pour abréger ses souffrances en l'empoisonnant[56].

Dans la Rome antique, les vestales qui rompaient leur vœu de chasteté ou laissaient s'éteindre le feu dont elles avaient la garde étaient enterrées vives. La première exécution se déroula sous le règne de Tarquin l'Ancien. En fait elles n'étaient pas directement mise en terre, mais emmurées dans une petite cellule avec une lampe à huile et un peu de nourriture pour que le supplice soit prolongé[57],[58]. Un cas célèbre relaté par Pline le jeune[59]concerne le supplice la vestale Cornelia, condamnée injustement par l'empereur Domitien. Vital de Ravenne, martyr chrétien du Ier siècle fut enterré vivant à Ravenne pour avoir refusé d'abjurer la foi chrétienne[60].

Le premier empereur de Chine, Qin Shi Huang, était traditionnellement accusé d'avoir fait enterrer vivants 460 lettrés confucéens en 210 av. J.-C., mais les historiens modernes tiennent désormais cette histoire pour invraisemblable.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Homme enterré vif en Sibérie

S'il faut en croire la controversée Gesta Hungarorum, Géza, Grand-Prince des Hongrois aurait, peu avant l'an mil, fait enterrer vivant le chef des Petchenègues Thonuzoba, qui refusait de se convertir. Dans les Pyrénées, les anciens textes de loi prévoyaient explicitement ce mode de supplice[61], qui s'appliquait entre autres à ceux qui s'attaquaient aux jeunes filles ou aux femmes mariées[62].

La pratique était relativement courante en France au Moyen Âge, et généralement réservée aux femmes, car on ne leur appliquait pas pour des raisons de décence[63]des supplices tels que la roue ou la pendaison, réservés aux seuls hommes.

« En 1295, par sentence du bailli de Sainte-Geneviève, Marie de Romainville soupçonnée de larcin fut enfouie à Auteuil solennellement sous les fourches. Amelotte de Christeuil, par une sentence du même Bailli, le fut encore en 1302 pour avoir dérobé, entre autres choses, une cotte, des anneaux & deux ceintures. Sous Louis XI, deux autres femmes subirent le même supplice, l'une appelée Guillemette Maugerepuis pour des crimes que je ne sais point ; l'autre en qualité de larronnesse et de receleuse, nommée Perette Mauger[64] . »

En fait, Guillemette Maugrepuis fut condamnée pour ses « mauvaises mœurs »[65].

En avril 1424 à Bayeux, exécution par le bailli de Caen de Thomasse Raoul condamnée à être « « enfouye toute vyve » » comme complice des brigands ennemis du roi[66]. En avril 1435 à Falaise, exécution de Jeanne la Hardie pour des motifs identiques[67]. Le registre criminel du Châtelet de Paris relate plusieurs jugements de bannissement de criminelles ou de femmes de mauvaises vies qui sont assortis de ce supplice appelé parfois « besche »[68].

En 1424, la ville de Schoonhoven (Pays-Bas) fut assiégée par les troupes de Jacqueline de Hainaut. Albert Beiling, qui commandait sa défense, résista vaillamment mais fut trahi par des habitants qui livrèrent la ville aux assiégeants. Condamné à être enterré vif, il obtint de ses bourreaux un délai d'un mois faire ses adieux à sa famille et mettre ses affaires en ordre. L'échéance arrivée, il revint se livrer pour subir son supplice, ce qui lui valut le surnom de « Regulus batave » en référence aux circonstances analogues de l'exécution du consul romain Regulus[69].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Aux termes de l'article 130 de la Lex Carolina la peine était encore applicable aux femmes infanticides au XVIIIe siècle dans plusieurs pays d'Europe : « La femme qui secrètement par mauvaise volonté et de propos délibéré tuera son enfant, après qu’il aura reçu la vie et sa formation naturelle, sera condamnée suivant l’usage à être enterrée vive, et à périr à coups de pieux. »[70].

Ensevelissement partiel[modifier | modifier le code]

Pour prolonger le supplice, dans certaines régions telles que la Russie, on laissait le condamné enseveli jusqu'au cou agoniser des jours durant. Dans certaines pratiques de la lapidation, la victime est partiellement enterrée, son buste ou sa tête restant exposée aux jets de pierres. Le mode d'exécution est parfois complaisamment détaillé[71]. Il arrive que les jets de pierres soient remplacés par des coups.

Actes criminels[modifier | modifier le code]

Crimes de guerre et barbarie collective[modifier | modifier le code]

Chinois enterrés vifs par des soldats japonais lors du massacre de Nankin

Si les exécutions employant cette méthode barbare ont presque totalement disparu, des mises à mort par mise en terre restent commises au cours de conflits. Lors de la prise de Sivas en 1402, Tamerlan fit enterrer vivants 4 000 chrétiens, essentiellement des guerriers arméniens, de façon particulièrement atroce : « Les chrétiens furent jetés dix à dix dans de larges fosses, la tête fixée au moyen de cordes entre les cuisses ; puis on recouvrit les fosses d'un plancher qu'on surchargea de terre, afin que les chrétiens trouvassent au fond de ces horribles tombes une mort lente et certaine. »[72]. Durant la Guerre sino-japonaise (1937-1945) des civils étaient enterrés vivants par les soldats japonais. Un rapport de l'Organisation des Nations unies, publié début 2015, dénonce le cas d'enfants crucifiés et enterrés vivants dans les régions passées sous le contrôle de l'État islamique[73].

Assassinats[modifier | modifier le code]

La presse se fait régulièrement l'écho d’assassinats ou de meurtres sordides perpétrés de cette façon :

  • Pour avoir violé et enterré vive une fillette de 12 ans, le 16 octobre 2001 à Requeil, Alain Tesson, un entrepreneur en bâtiment récidiviste, a été condamné en 2005 à la réclusion criminelle à perpétuité[74].
  • Le 8 mars 2009, ce sont deux homosexuels qui sont ensevelis vivants à La Charité-sur-Loire pour des motifs crapuleux[75].
  • En 2010, une jeune fille turque de 16 ans est enterrée vive par ses proches pour avoir fréquenté des hommes[76].
  • Le 27 mai 2011, un Anglais d'origine polonaise immobilise la jeune mère de son enfant par deux décharges de taser, l'enferme dans un carton et va l'enterrer vive dans un bois avec l'aide d'un complice. La jeune femme réussit à s'extraire de sa tombe et à rejoindre une route voisine où elle est secourue[77].

Expérimentations et supercheries[modifier | modifier le code]

Il arrive parfois que des individus se risquent à tenter l'expérience d'être enterré vivant quelques heures dans un cercueil avec l'aide d'assistants ou d'amis. L'aventure n'est pas sans risques : en 1929, l'escroc Clément Passal a été la première victime de la machination qu'il avait imaginée pour se faire de la publicité : la ventilation de son cercueil n'a pas fonctionné[78] et, en 2011, c'est un Russe de 35 ans qui est mort asphyxié à la suite d'une pluie violente ayant obstrué les tuyaux de ventilation de son cercueil[79].

Il en va de même pour les performances de certains artistes ou illusionnistes. Si l'action est parfois plus spectaculaire que réellement risquée, tel l'enfermement dans une cavité souterraine relativement spacieuse et convenablement aérée[80], il en va autrement lorsque le moindre incident peut conduire au drame. Ce fut le cas pour Joseph W. Burrus dit « Amazing Joe », un prestidigitateur amateur américain de 32 ans qui mourut asphyxié le 30 octobre 1990 à Fresno (Californie) lorsque la caisse en plastique dans laquelle il s'était fait enfermer enchainé s'est écrasée sous le poids du béton qui la recouvrait. Il se proclamait le successeur de Harry Houdini qui avait réalisé cet exploit 64 ans auparavant, le 31 octobre 1926[81],[82].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • La Flamme éternelle, film muet de Maurice Tourneur (1917) le simple berger amant d'une princesse est enterré vivant sur ordre du roi.
  • L'Enterré vivant, film de Roger Corman (1962) dans lequel un chercheur médical londonien est obsédé par la crainte d'être enterré vivant.
  • L'Enterrée vive, téléfilm de Jack Smight (1972) dans lequel l'héroïne part à la recherche d'une femme enterrée vive sur sa propriété.
  • Kill Bill 2, film de Quentin Tarantino (2004) dans lequel l'héroïne, enterrée vivante, utilise une technique de kung-fu pour briser son cercueil avec sa main.
  • Buried, film de Rodrigo Cortés (2010) dans lequel un jeune entrepreneur américain est enterré vivant en Irak dans une boîte en bois avec un téléphone à moitié déchargé et un briquet.

Musiques[modifier | modifier le code]

  • Enterré vivant est le cinquième titre de l'album Engrenages produit en 1993 par le groupe Banlieue rouge.

Peinture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon la légende, l'empereur Zénon victime d'une crise d'épilepsie aurait été enterré vif sur l'ordre de sa femme Ariane, prétendument éprise d'Anastase qu'elle choisit pour succéder à son mari défunt et qu'elle épousa dès son couronnement. Ariane aurait poussé l'horreur jusqu'à interdire qu'on ouvre le tombeau dans lequel Zénon « faisait un bruit terrible ». Quand on procéda enfin à son ouverture, on aurait découvert que le faux mort avait dévoré ses propres bras et jusqu'à ses brodequins. Ce récit, qui n'est pas rapporté dans les chroniques anciennes, apparait seulement au XIe siècle sous la plume de Georges Cédrène dit Cedrenus et est repris au XIIe siècle par Jean Zonaras
  2. « Ses ennemis ont publié qu'ayant été attaqué d'apoplexie, il fut d'abord enterré et que quelque temps après il mourut en désespéré, se rongeant les mains et donnant de la tête contre la pierre du tombeau. Mais on a si bien réfuté cette calomnie [...] qu'il ne se trouve plus personne pour y ajouter foi. » Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, vol. 6, Paris, Denis Mariette, (lire en ligne), p. 415
  3. Petite bouteille fermée par un bouchon, à rapprocher de « fillette »
  4. Un volant permettait d'ouvrir de l'intérieur les portes de fermeture.
  5. On imagine difficilement laisser séjourner un cadavre six jours dans une habitation sans que le cercueil ne soit hermétiquement fermé, de même qu'il est peu vraisemblable qu'une personne aussi âgée puisse être alerte à la sortie d'une si longue léthargie.
  6. Cette histoire est effectivement un canular

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christina Cala, « How Long Could You Survive In A Coffin If You Were Buried Alive ? », sur www.popsci.com,‎ (consulté le 25 septembre 2015)
  2. (Eugène Bouchut 1849, p. 50)
  3. (Eugène Bouchut 1849, p. 278)
  4. Pline l'ancien, Histoire naturelle, , p. Livre VII, chapitre 52
  5. Molière, L'Étourdi ou les Contretemps, Paris, G. Quinet, (lire en ligne), p. 30
  6. Augustin Calmet, Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires, Senones, Joseph Pariset, (lire en ligne), p. 168 et suivantes
  7. Le véridique de Gand : Journal littéraire, politique et commercial, Gand, 16 janvier 1819 no 51 (lire en ligne), p. 2
  8. Collectif, Histoire universelle, depuis le commencement du monde jusqu'à présent, t. 11, Amsterdam et Leipzig, Arkstée & Markus, (lire en ligne), p. 384-385
  9. (Claudio Milanesi 1991)
  10. Jean-Louis Bourgeon, La peur d'être enterré vivant au XVIIIe siècle : Mythe ou réalité, t. XXX, Paris, Presses universitaires de France, (lire en ligne), p. 139
  11. Société Internationale d'Histoire des la Médecine, « La phobie des inhumations prématurées », sur www.biusante.parisdescartes.fr,‎ (consulté le 22 septembre 2015)
  12. « Yellow Fever Attacks Philadelphia, 1793 », EyeWitness to History (consulté le 13 janvier 2008)
  13. (en) « The Dead Ringer: Medicine, Poe, and the fear of premature burial », sur www.medicinae.org,‎ (consulté le 19 septembre 2015)
  14. Collectif, Dictionnaire des sciences médicales, t. 25, Paris, C. L. F. Panckoucke, (lire en ligne), p. 170
  15. Code civil des français : édition originale et seule officielle, Paris, Imprimerie de la République, (lire en ligne), p. 21-22
  16. Annales du Sénat et du Corps législatif : Séance du 27 février 1866, vol. 1 & 2 (lire en ligne), p. 222
  17. Maxime Lambert, « Le saviez-vous? George Washington aurait dû être ressuscité », sur http://www.gentside.com,‎ (consulté le 22 septembre 2015)
  18. Jean Chantavoine et Jean Gaudefroy-Demonbynes, Le romantisme dans la musique européenne, Paris, Albin-Michel, (lire en ligne), p. 246
  19. Testaments d’originaux », in Chronique médicale, Paris, 1903, p. 723
  20. Anne Massenet, Jules Massenet en toutes lettres, Éditions de Fallois, coll. « Littérature », (ISBN 978-2877064224), p. 243
  21. Celse (trad. du latin par Ninin), Traité de médecine, Paris, Adolphe de Lahays, (lire en ligne), p. 43-44
  22. Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF), « Les signes de la mort, hier et aujourd'hui », sur deces-info.fr (consulté le 27 septembre 2015)
  23. V. L., Revue de Rouen : Bibliographie, vol. 5, Rouen, E. Legrand, coll. « Revue de Rouen et de Normandie », (lire en ligne), p. 412
  24. Michel Debré, « Décret n°60-285 relatif à la délivrance du permis d'inhumer », sur www.legifrance.gouv.fr,‎
  25. E. G., « Charybde ou Scylla », La Science française : revue populaire illustrée, no 124,‎ (lire en ligne)
  26. Dr. Veyne, Mort apparente et Mort réelle. Artériotomie. Moyen facile de rendre impossibles les enterrements prématurés, Paris, Delahaye, 1874
  27. M. F. G. Q. A. A.., Mémoire sur le danger d'être enterré vif, & sur les moyens de s'en garantir ou de s'en tirer, Clermont-Ferrand, A. Delcros, 1787-1788 (lire en ligne)
  28. (en) Wade Davis, Passage of Darkness : The Ethnobiology of the Haitian Zombie, The University of North Carolina Press, (ISBN 978-0807842102, lire en ligne)
  29. Brevet initial de 1958
  30. « Le charentais qui avait inventé le cercueil électrique », sur http://www.charentelibre.fr,‎ (consulté le 25 septembre 2015)
  31. « Info ou Intox », sur www.dailymotion.com,‎ (consulté le 25 septembre 2015)
  32. Cercueil à éjection France 1980
  33. Système d'alarme pour cercueil France 1980
  34. Système d'alarme pour cercueil Brésil 1984
  35. Brevet de sortie vocale d'un cercueil Allemagne 2003
  36. (en) Chris Davies, « Coffin case-mod could have more than Intel inside… », sur http://www.slashgear.com,‎ (consulté le 25 septembre 2015)
  37. (it) « La bara che ti salva dalla morte apparente », sur senzazucchero.altervista.org,‎
  38. Brevet d'intégration d'un téléphone GSM dans un cercueil France 2005
  39. Brevet d’installation d'un téléphone mobile dans un cercueil Lettonie 2011
  40. Isabelle Longuet, « Une sonnette dans les cercueils », sur www.au-troisieme-oeil.com,‎ (consulté le 25 septembre 2015)
  41. En France, les obsèques doivent avoir lieu entre un et six jours après le décès, dans la pratique il s'écoule le plus souvent au minimum trois jours, temps nécessaire pour informer les proches et organiser les funérailles
  42. « Le faux cadavre... hibernait, le « ressuscité » de Dour est mort », sur archives.lesoir.be,‎ (consulté le 20 septembre 2015)
  43. « Un quinquagénaire sud-africain se réveille à la morgue 24 h après avoir été déclaré mort », sur www.midilibre.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  44. « Mort : les preuves du décès », sur www.allodocteurs.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  45. « Déclaré mort, un Américain se réveille aux pompes funèbres », sur www.leparisien.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  46. « Elle se réveille à la morgue et meurt frigorifiée » (consulté le 5 septembre 2015)
  47. « La belle histoire du jour : Une fillette déclarée morte se réveille dans son cercueil », sur http://metatv.org,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  48. (en) « Filipina toddler who woke up at her own funeral Mass is dead again », sur http://www.dailymail.co.uk,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  49. « Valenciennes : le bébé qui s'était réveillé à la morgue après sa noyade n'a pas survécu », sur www.leparisien.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  50. « Une Polonaise se réveille à la morgue onze heures après son «décès» », sur www.20minutes.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  51. « Déclarée morte, une jeune femme se réveille dans son cercueil », sur www.non-stop-zapping.com,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  52. « Chine : déclarée morte, elle sort de son cercueil six jours après », sur www.gentside.com,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  53. « Il se réveille pendant son enterrement à Rome, état de santé », sur www.funeraire-info.fr,‎ (consulté le 5 septembre 2015)
  54. M. B. Saint Edmé, Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu, t. 3, Imprimerie de Plassan, (lire en ligne), p. 485
  55. Apollodore, Épitome [détail des éditions] [lire en ligne], III, 23-25.
  56. E. F. Lantier (traducteur), Voyages d'Antenor en Grèce et en Asie, t. 2, Paris, Buisson, (lire en ligne), p. 33
  57. Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale, édition française par Pierre Boven, revue par l'auteur. Préface de Raymond Aron, Genève, Librairie Droz, 1968 Lire en ligne
  58. Denys d'Halicarnasse, Antiquités de Rome, II, 67, 3-5.
  59. Pline le jeune, Lettres, Livre IV, Lettre XI
  60. Jacques de Voragine - La légende dorée - Saint Vital
  61. Gustave Bascle de Lagrèze 1867, p. 284/305
  62. Gustave Bascle de Lagrèze 1867, p. 284/311
  63. Hans Pierre Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation., Maison des Sciences de l'Homme, (ISBN 978-2735107889, lire en ligne), p. 245
  64. Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette, (lire en ligne), p. 594 Supplice d'être enfoui
  65. J. A. S. Collin de Plancy, Dictionnaire féodal ou Recherches et anecdotes, tome II, p. 147, Foulon & cie., Paris, 1819 Lire en ligne.
  66. Siméon Luce 1879, p. 133
  67. Siméon Luce 1879, p. 66
  68. Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris, Paris, L. Larose et Forcel, (lire en ligne), p. 29-33
  69. F. Douchez, Histoire de la Patrie : Depuis l'époque la plus reculée jusqu'à nos jours, Amsterdam, G. Portielj, (lire en ligne), p. 85
  70. « Code criminel de l'empereur Charles V ( dit « La Caroline » ) », sur ledroitcriminel.free.fr,‎ (consulté le 18 septembre 2015)
  71. Règles de lapidation en usage en Iran
  72. Baptistin Poujoulat, Voyage à Constantinople, dans l'Asie Mineure, en Mésopotamie, à Palmyre en Syrie, en Palestine et en Égypte., t. 1, Paris, Ducollet, (lire en ligne), p. 316-318
  73. Reuters, « Des enfants vendus, crucifiés, enterrés vivants par l'EI », sur fr.news.yahoo.com,‎ (consulté le 17 septembre 2015)
  74. « Il avait violé et enterré vivante une fillette. La justice refuse sa libération », sur www.lindependant.fr,‎ (consulté le 17 septembre 2015)
  75. Flore Galaud, « Couple enterré vivant : 30 ans de réclusion pour les accusés », sur www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 19 septembre 2015)
  76. « Turquie: une jeune fille enterrée vivante », sur www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 19 septembre 2015)
  77. « Enterrée vivante elle parvient à sortir de sa tombe », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 17 septembre 2015)
  78. « L’histoire extravagante du marquis de Dinard », sur www.lepaysmalouin.fr,‎ (consulté le 19 septembre 2015)
  79. « Un Russe meurt en se faisant enterrer vif », sur www.rtl.fr,‎ (consulté le 19 septembre 2015)
  80. « Tours : il est enterré vivant pour une semaine », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 20 septembre 2015)
  81. (en) « Man Who Billed Himself As Escape Artist Dies In Halloween Stunt », sur community.seattletimes.nwsource.com,‎ (consulté le 20 septembre 2015)
  82. (en) BeyondNewsView, « Death of Joe Burrus- Magician underground », sur www.dailymotion.com,‎ (consulté le 20 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les enterrements prématurés[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle
  • (la) Philippus Rohrius, De masticatione mortuorum, Leipsik, (lire en ligne)
  • (la) Kirchmayer, De Hominibus apparentia mortuïs, 1681.
XVIIIe siècle
  • (la) Michael Ranft, De masticatione mortuorum in tumulis, Liepzig,
    Réédition en français : Michael Ranft, De la mastication des morts dans leurs tombeaux, Éditions Jérôme Millon, , 125 p. (ISBN 978-2841370276)
  • Jacques-Bénigne Winslow et Jacques-Jean Bruhier d'Ablaincourt, Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités, Paris, Morel le jeune, (lire en ligne)
    Jacques-Bénigne Winslow et Jacques-Jean Bruhier d'Ablaincourt, Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités, Paris, Morel le jeune, (lire en ligne)
  • Augustin Calmet, Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenans de Hongrie, de Moravie, etc., Paris, Debure l'aîné, (lire en ligne)
    Réédition : Augustin Calmet, Dissertation sur les vampires, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, , 313 p. (ISBN 2-84137-071-2)
  • Alain Louis, Lettres sur la certitude des signes de la mort, où l'on rassure les citoyens sur la crainte d'être enterré vivant, Paris, Michel Lambert, (lire en ligne)
  • Christoph Wilhelm Hufeland, Sur l'incertitude des signes de la mort et sur un moyen infaillible de ne pas être enterré vivant, Paris, Michel Lambert, (lire en ligne)
  • Jean-Janin de Combe-Blanche, Réflexions sur le triste sort des personnes, qui sous une apparence de mort, ont été enterrées vivantes, Paris, Didot, (lire en ligne)
  • Dr. Pineau, Mémoire sur le danger des inhumations précipitées et sur la nécessité d'un règlement pour mettre les citoyens à l'abri du malheur d'être enterrés vivants, Paris, Didot, (lire en ligne)
  • Jacques-Joseph de Gardanne, Catéchisme sur les morts apparentes dites asphyxies, Paris, Imprimerie de Valade, (lire en ligne)
  • M. Thomassin, Mémoire sur l'abus de l'ensevelissement des morts et sur le danger des inhumations précipitées, Strasbourg, Imprimerie de Levrault, (lire en ligne)
XIXe siècle
  • Collectif, Dictionnaire des sciences médicales, t. 25, Paris, C. L. F. Panckoucke, (lire en ligne), p. 170 et suivantes
  • Michel Lévy, Essai de police médicale sur l'incertitude des signes de la mort et le danger des inhumations précipitées,
  • Jean Sébastien Eugène Julia de Fontenelle, Recherches médico-légales sur l'incertitude des signes de la mort, les dangers des inhumations précipitées, les moyens de constater les décès et de rappeler à la vie ceux qui sont en état de mort apparente, Paris, Just Rouvier et E. Le Bouvier,
  • Jean Baptiste Vigné, Mémoire sur le danger des inhumations précipitées et sur les signes de la mort, Rouen, Nicétas Periaux, (lire en ligne)
  • Hyacinthe Le Guern, Du danger des inhumations précipitées, Paris (lire en ligne)
  • Léonce Lenormand, Des inhumations précipitées, Macon, C. Deville, (lire en ligne)
  • Jean Baptiste Vigné, Traité de la mort apparente, Paris, Béchet et Labé, (lire en ligne)
  • Eugène Bouchut, Traité des signes de la mort et des moyens de prévenir les enterrements prématurés, Paris, J. B. Baillière, (lire en ligne)
  • Charles Londe, Lettre à M. le rédacteur en chef de la France médicale sur la mort apparente, les conséquences réelles des inhumations précipitées, et le temps pendant lequel peut persister l'aptitude à être rappelé à la vie, Paris, J.-B. Baillière, , 30 p. (lire en ligne)
  • A. Josat, De la mort et de ses caractères. Nécessité d'une révision de la législation des décès pour prévenir les inhumations et les délaissements anticipés, Paris, Germer Baillière, (lire en ligne)
  • Gustave Le Bon, De la mort apparente et des inhumations prématurées, Paris, A. Delahaye, (lire en ligne)
  • Dr. Veyne, Mort apparente et Mort réelle. Artériotomie. Moyen facile de rendre impossibles les enterrements prématurés, Paris, Delahaye,
  • Gustave Bascle de Lagrèze, Histoire du droit dans les Pyrénées, Paris, Imprimerie impériale, , 526 p. (notice BnF no FRBNF30063635, lire en ligne)
  • Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel, t. 1, Paris, Firmin Didot, , 348 p. (notice BnF no FRBNF34123737, lire en ligne)


XXe siècle
  • (en) William Tebb, Premature burial, and how it may be prevented, Londres, Swan, (lire en ligne)
  • Jean-Yves Peron-Autret, Les Enterrés vivants, Éditions Balland, (ISBN 9782245013106)
  • Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite : Médecine et mentalités au XVIIIe siècle, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », (ISBN 978-2228882934)

Sur le mode d'exécution[modifier | modifier le code]

  • M. B. Saint Edmé, Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu, t. 3, Imprimerie de Plassan, (lire en ligne), p. 485
  • Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris, Paris, L. Larose et Forcel, (lire en ligne), p. 29-33

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]