Enfants de Ramsès II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ramsès II est le père de nombreux enfants – environ cinquante fils et cinquante-trois filles[1] – et a une longévité exceptionnelle pour l'époque puisqu'il meurt nonagénaire ; il a donc enterré un grand nombre de ses fils dans le tombeau KV5, dans l'est de la vallée des rois, qui leur était dédié.

Fils de Ramsès II[modifier | modifier le code]

Les huit premiers fils de Ramsès II
  1. Amonherkhépeshef (Amon est avec son bras fort), fils aîné de Néfertari, prince héritier jusqu'à sa mort en l'an 25 du règne de Ramsès II[2] ;
  2. Ramessou (Né de ), fils aîné d'Iset-nofret, prince héritier entre les années 25 et 50 du règne de Ramsès II[3] ;
  3. Parêherouenemef (Rê est avec son bras droit), deuxième fils de Néfertari. Il apparaît sur les représentations du triomphe de la bataille de Qadesh et dans le petit temple d'Abou Simbel. Il n'a jamais été prince héritier, étant décédé avant ses frères aînés[3] ;
  4. Khâemouaset (Apparu à Thèbes), deuxième fils d'Iset-nofret, « le premier égyptologue », prince héritier jusqu'en 55 du règne de Ramsès II[4] ;
  5. Mentouherkhépeshef, ou Mentouherouenemef (Montou est sur son khépesh), mentionné sur une stèle à Bubastis. Une statue le représentant est à Copenhague. Il a participé au siège de Dapour ;
  6. Nébenkhârou ;
  7. Mériamon, ou Ramsès-Méryamon (Bien-aimé d'Amon), présent au triomphe et au siège de Dapour ; il est enterré dans la tombe KV5 où des fragments de ses vases canopes ont été découverts[5] ;
  8. Amonemouia, puis Sethemouia (Amon/Seth dans la barque Divine), également apparu à Dapour. Il a changé son nom d'Amonemouia en Sethemouia en même temps que son frère aîné changeait le sien[2] ;
  9. Séthi, également présent à Qadesh et à Dapour ; il est enterré dans la tombe KV5 – où deux de ses vases canopes ont été découverts – aux environs de l'an 53 du règne de Ramsès II. Sur son équipement funéraire, son nom est Sutiy. Il est possible qu'il soit identique à un autre Séthi, mentionné sur un ostracon qui est maintenant au musée égyptien du Caire[6] ;
  10. Sétepenrê (Choisi par Rê), présent aussi à Dapour[6] ;
  11. Méryrê (Bien-aimé de Rê), fils de Néfertari. Il est probablement décédé très jeune et un de ses frères (le 18e sur la liste des princes) a été appelé comme lui[7] ;
  12. Horherouenemef (Horus est avec son bras droit) ;
  13. Mérenptah (Bien-aimé de Ptah), fils d'Iset-nofret, prince héritier à partir de l'an 55 du règne de Ramsès II, puis pharaon[8] ;
  14. Amenhotep (Amon est content) ;
  15. Itamon (Amon est son père) ;
  16. Mériatoum (Bien-aimé d'Atoum), fils de Néfertari, grand prêtre d'Héliopolis[5] ;
  17. Nebentaneb/Nebtaneb (Seigneur de toutes les terres) ;
  18. Méryrê II ;
  19. Amenemopet (Amon est dans Opet [nom égyptien du temple de Louxor]) ;
  20. Sénakhtenamon (Amon le rend fort) a probablement résidé à Memphis, comme c'est indiqué par une plaque votive appartenant à son domestique Amenmosé ;
  21. Ramsès-Mérenrê ;
  22. Djéhoutimès/Thoutmosé (Né de Thot) ;
  23. Simentou (Fils de Montou), contremaître des vignes royales de Memphis. Il fut marié à Iryet, fille d'un capitaine Syrien, Benanath[9] ;
  24. Mentouemouaset (Montou de Thèbes) ;
  25. Siamon (Fils d'Amon) ;
  26. Ramsès-Siptah Ier[10] (Fils de Ptah), probablement le fils d'une épouse secondaire nommée Sutererey. Un relief de lui est au Louvre. Un livre des morts des Anciens Égyptiens, probablement le sien, est à Florence ;
  27. (?)
  28. Mentouenheqaou ;
  29. Astartéherouenemef (Astarté est avec son bras droit), exposé sur un bloc de pierre originellement au Ramesséum, réutilisé à Médinet Habou. Son nom montre l'influence asiatique comme Bentanath et Mahiranath[2] ;
  30. Geregtaouy (Paix des Deux Terres), exposé sur un bloc de pierre provenant du Ramesséum, réutilisé à Médinet Habou[2] ;
  31. Mérymontou (Bien-aimé de Montou), représenté à Ouadi-es-Seboua et à Abydos[5] ;
  32. Nebentaneb, mentionné sur un ostracon au musée égyptien du Caire[5] ;
  33. [Ramsès-…]pare, 20e sur le cortège des princes à Abydos, qui montre une légère différence dans leur ordre[3] ;
  34. Ramsès-Maâtptah (Justice de Ptah), uniquement connu par une lettre, dans laquelle un domestique du palais, Méryotef, le réprimande[3] ;
  35. Ramsès-Méretmirê, 48e sur le cortège de Ouadi-es-Seboua[3] ;
  36. Ramsès-Méryamon-Neboueben, connu par les inscriptions sur son sarcophage[3] ;
  37. Ramsès-Méryastarté (Bien-aimé d'Astarté), 26e sur le cortège des princes à Abydos[6] ;
  38. Ramsès-Mérymaât (Bien-aimé de Maât), 25e sur le cortège des princes à Abydos[6] ;
  39. Ramsès-Méryseth (Bien-aimé de Seth), exposé sur un bloc de pierre provenant du Ramesséum, réutilisé à Médinet Habou. Il est le 23e sur le cortège des princes à Abydos et son nom est sur une stèle, un linteau et un jambage de porte[6] ;
  40. Ramsès-Paitnetjer, connu grâce à un ostracon au musée égyptien du Caire[6] ;
  41. Ramsès-Siatoum (Fils d'Atoum), 19e sur le cortège des princes à Abydos[6] ;
  42. Ramsès-Sikhépri, 24e sur le cortège des princes à Abydos[6] ;
  43. Ramsès-Ouserkhépesh (Bras énergique), 22e sur le cortège des princes à Abydos[6] ;
  44. Ramsès-Ouserpehti, mentionné sur une statue à Memphis et sur une plaque commémorative[6] ;
  45. Seshnesouen[…] et Sethemhir[…], mentionnés sur un ostracon au musée égyptien du Caire[6] ;
  46. Sethemnakht et Shepsemiounou, exposés sur des blocs de pierre provenant du Ramesséum, réutilisés à Médinet Habou. Sethemnakht est également mentionné dans l'embrasure d'une porte[6] ;
  47. Ouermaa[…], mentionné sur un ostracon au musée égyptien du Caire.

Filles de Ramsès II[modifier | modifier le code]

Il est difficile de déterminer l'ordre de naissance des filles à l'instar de celui des fils. Les dix premières apparaissent généralement toujours dans le même ordre. Beaucoup de ces princesses nous sont connues uniquement par Abydos et par des ostraca. Les six aînées ont des statues à l'entrée du grand temple d'Abou Simbel.

Un défilé des neuf premières filles de Ramsès II : Bentanat, Baketmut, Néfertari, Mérytamon, Nebettaouy, Iset-nofret, Henouttaouy, Ourenra et Nedjemmout.
  1. Bentanat (Fille d'Anat), fille d'Iset-nofret, puis grande épouse royale ;
  2. Baketmout (Servante de Mout), probablement fille de Néfertari[11] ;
  3. Néfertari II, probablement fille de la reine mère Néfertari et sans doute femme d'Amonherkhépeshef[12] ;
  4. Mérytamon (Bien-aimée d'Amon), fille de Néfertari, puis Grande épouse royale. Elle est probablement la mieux connue des filles de Ramsès II[5] ;
  5. Nebettaouy (Maîtresse des Deux Terres), fille de Néfertari, puis Grande épouse royale[13] ;
  6. Iset-nofret (La beauté d'Isis), fille d'Iset-nofret. Elle est connue grâce à une lettre dans laquelle deux chanteuses s'inquiétent de sa santé. Il est possible qu'elle soit l'Iset-nofret, femme de Mérenptah, mais il est aussi possible que la femme de Mérenptah soit une fille de Khâemouaset, également appelée Iset-nofret[4] ;
  7. Hénouttaouy (Maîtresse des Deux Terres), fille de Néfertari ;
  8. Ourenra ;
  9. Nedjemmout (Mout est douce) ;
  10. Pypouy, probablement la même qu'une dame, fille d'Iouy et qui a été réenterrée avec un groupe de princesses de la XVIIIe dynastie à Cheikh Abd el-Gournah[3].

Nous connaissons également[14] :

  • Hénoutâh (La dame du palais)
  • Hénoutiounou (La dame d'Héliopolis)
  • Hénoutmerout
  • Hénoutmirê (Souveraine comme Rê ?)
  • Hénoutpahera
  • Hénoutpaiterou (La dame de ce Fleuve)
  • Hénoutsekhemou (La dame de la puissance)
  • Hénouttadesh
  • Hénouttaneb (La dame de la terre entière)
  • Hénouttaouy (La dame des Deux Terres)
  • Hénouttatemou (La dame de la terre de tous les hommes)
  • Hotepouemamon (La paix est dans Amon)
  • Mérytitès (Aimée de son père)
  • Mérytmihâpy (Aimée comme Hâpy)
  • Mérytnetjer (Aimée de Dieu)
  • Mérytptah (Aimée de Ptah)
  • Mérytsekhmet (Aimée de Sekhmet)
  • Mouttouy (Celle-ci est Mout ?)
  • Nebetânânash
  • Nebetimehet (La maîtresse de l'Au-delà)
  • Nebetimemounedjem
  • Nebouemousekhet (La déesse Dorée [épithète d'Hathor] est dans la barque !)
  • Nebouherkhesebed
  • Néférourê (La beauté de Rê), fille de Maâthornéferourê, princesse hittite, petite-fille du roi hittite Hattushili III et de sa femme Puduhepa ;
  • Qedmeret
  • Renepetnéfret (La bonne année)
  • Satamon (Fille d'Amon)
  • Shepesherites
  • Takhat Ire, épouse de son demi-frère, le pharaon Mérenptah ou alors le fils de ce dernier, Séthi II ;
  • Tia-Satrê
  • Touia
  • Touy Nebettaouy
  • Touy
  • [...]em[...]mout
  • [...]emmerout
  • [...]etnefret
  • [...]heb
  • [...]maât
  • [...]ouimenes
  • [...]taouret

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dodson, p. 166
  2. a, b, c et d Dodson, p. 170
  3. a, b, c, d, e, f et g Dodson, p. 173
  4. a et b Dodson, p. 171
  5. a, b, c, d et e Dodson, p. 172
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Dodson, p. 174
  7. Dodson, p. 165
  8. Dodson, p. 171-172
  9. Dodson, p. 171, 175
  10. Pour le distinguer de Ramsès-Siptah II, fils de Séthi II et de la princesse syrienne Soutaliya.
  11. Joyce Anne Tyldesley: Ramesses, Egypt's Greatest Pharaoh
  12. Dodson, p. 168.
  13. Dodson, p. 167, 172.
  14. Voir A. Dodson et D. Hilton, The complete Royal Families ainsi que M. Dessoudeix, Chroniques de l’Égypte ancienne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aidan Mark Dodson & Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions]
  • Christian Leblanc, Nefertari, l'aimée de Mout. Epouses, fils et filles de Ramsès II. Ed. Le Rocher, Monaco, 1999.