Benthos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Endobenthique)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marelle littorale (marée basse) avec divers organismes benthiques fixés et deux chitons.
Exemples d'organismes benthiques.

Le benthos est l'ensemble des organismes aquatiques (marins ou dulcicoles) vivant à proximité du fond des mers et océans, des lacs et cours d'eau. Par opposition, on parle de pélagos (constitué du plancton et du necton) pour désigner l'ensemble des organismes qui occupent la tranche d'eau supérieure, du fond à la surface. Beaucoup d'organismes benthiques ont néanmoins des larves qui sont planctoniques et qui pourraient être négativement affectées par l'acidification des océans, à des seuils de teneur en CO2 déjà atteints ou qui pourraient bientôt l'être[1].

Fortement convoitées, la faune et la flore benthiques sont soumises à de multiples pressions anthropiques. Selon le PNUE, 80 % des pollutions marines sont d'origine terrestre et anthropique[2]. Ces perturbations directes ou indirectes sont générées par les activités humaines, soit physiquement (effets du chalutage de fond parfois comparés aux coupes rases en exploitation forestière, dragage pour l'extraction de granulats, aquaculture, etc.), soit résultant de pollutions chroniques (rejets urbains, agricoles (en) et industriels) ou d'apports accidentels (pollutions pétrolières, introduction d'espèces envahissantes)[3].

L'étymologie de ce mot vient du grec ancien βένθος, benthos, signifiant « profondeur ». L'adjectif benthique dérive de benthos et s'emploie pour préciser qu'une espèce vit dans la zone de fond marin, soit à proximité du fond (organismes vagiles), soit directement sur le substratum (épibenthique), soit même dans celui-là (endobenthique).

On parle d'animaux sessiles et vagiles.

Taille des organismes benthiques[modifier | modifier le code]

En fonction de leur taille, on distingue :

  • le macrobenthos, de taille supérieure à 1 mm ;
  • le meiobenthos, de taille comprise entre 1 mm et 63 µm (0,063 mm) ;
  • le microbenthos, de taille inférieure à 63 µm.

Vie benthique et nature du substrat[modifier | modifier le code]

Suivant la nature du substrat (sable, vase, roche compacte), le mode de vie des animaux va être :

  • épibenthique libre (mobile, vagile) ;
  • épibenthique fixé au substratum ;
  • endobenthique (organisme fouisseur).

Vie benthique et profondeur[modifier | modifier le code]

La notion de benthos est indépendante de la profondeur. La vie benthique existe aux différentes profondeurs où se trouve le fond des océans. On peut distinguer quatre zones principales :

Par catégories de taille[modifier | modifier le code]

Macrobenthos[modifier | modifier le code]

Le macrobenthos comprend les espèces les plus grandes et visibles (de plus de 1 mm de longueur). On y compte par exemple les vers polychètes, les coquillages bivalves, les échinodermes, les anémones de mer, les coraux, les éponges, les ascidies, les turbellariés et les plus grands des crustacés dont les crabes, langoustes, homards, araignées de mer, requin du Groenland (de 2,50 à 7,30 m), etc.

Méiobenthos[modifier | modifier le code]

Le méiobenthos comprend de petits organismes de moins d'un millimètre mais plus grand que 0,1 mm de long. Ce sont par exemple des nématodes, foraminifères, tardigrades, gastrotriches et de petits crustacés tels que des copépodes et ostracodes.

Microbenthos[modifier | modifier le code]

Quelques vers marins (Planche naturaliste tirée de Das Meer de Matthias Jakob Schleiden (1804–1881)).

Le Microbenthos comprend les animaux benthiques microscopiques (d'une taille comprise entre 0,1 mm et celle des plus petites bactéries. Ce sont des bacteries, diatomées, ciliés, amibes et des flagellées. Le microphytobenthos en est la partie constituée de micro-algues benthiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Munday PL, Dixson DL, McCormick MI, Meekan M, Ferrari MC & Chivers DP, « Replenishment of fish populations is threatened by ocean acidification », PNAS, vol. 107, no 29,‎ , p. 12930-12934 (lire en ligne)
  2. Rachid Amara, Impact de l’anthropisation sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes marins. Exemple de la Manche-mer du nord, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Hors-série 9, juillet 2011
  3. (en) Benjamin S. Halpern, Shaun Walbridge, Kimberly A. Selkoe, Carrie V. Kappel, Fiorenza Micheli, Caterina D'Agrosa, « A Global Map of Human Impact on Marine Ecosystems », Science, vol. 319, no 5865,‎ , p. 948-952 (DOI 10.1126/science.1149345).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bajjouk T., Derrien S., Gentil f., Hily C., Grall J (2010) Typologie d’habitats marins benthiques : analyse de l’existant et propositions pour la cartographie. Habitats côtiers de la région Bretagne - Note de synthèse no 2, Habitats du circalittoral. Projets REBENT-Bretagne et Natura 2000-Bretagne. RST/IFREMER/DYNECO/AG/11-03/TB, 24 p + Annexes.
  • Ratsimbazafy, R., Boucher, G., & Dauvin, J. C. (1994). Mesures indirectes de la biomasse des nématodes du meiobenthos subtidal de la Manche. Cahiers de biologie marine, 35(4), 511-523 (résumé)