Endel Puusepp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Endel Puusepp
Image illustrative de l'article Endel Puusepp

Naissance
Samovolny, Gouvernement du Ienisseï
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 86 ans)
Tallin
République socialiste soviétique d'Estonie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Origine estonien
Allégeance Drapeau de l'URSS Union soviétique
Arme Red Army flag.svg Armée rouge
Grade Colonel
Années de service 1931 – 1946
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Ordre de Lénine
Ordre de Souvorov

Ordre de l'Étoile rouge
Ordre du Drapeau rouge
Ordre d'Alexandre Nevski
Ordre de l'Insigne d'honneur
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Ordre de la Guerre patriotique
Ordre de l'Amitié des peuples
Médaille pour la Défense de Léningrad
Médaille pour la Défense de Stalingrad
Hommages Héros de l'Union soviétique


Endel Puusepp, également orthographié Endel Pusep (en russe : Эндель Карлович Пусэп), né le et mort le , était un pilote de chasse russo-estonien de la Seconde Guerre mondiale ayant à son actif plus de 30 missions de bombardement de nuit contre l'Allemagne nazie. En 1942, il est décoré héros de l'Union soviétique pour avoir effectué un aller-retour Moscou-Washington, par-dessus la ligne de front, pour conduire une délégation de haut rang qui doit mener les négociations sur l'ouverture de la deuxième ligne de front[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl, le père d'Endel, récipiendaire de la Cross of St. George (en).

Endel Puusepp nait à khoutor Samovolny dans le Gouvernement du Ienisseï alors sous Empire russe (aujourd'hui le Kraï de Krasnoïarsk). Ses parents sont des paysans estoniens venus s'installer dans ce coin de Sibérie attirés par l'offre du gouvernement russe de donner à chacun autant de terres qu'il arrivera à cultiver. Ainsi, des milliers d'Estoniens s'y retrouvent et construisent leurs fermes, mais ils conservent leur langue et leur culture[2]. Depuis sa plus tendre enfance, Puusepp rêve de devenir pilote. Ses parents, toutefois, envisagent une autre carrière pour lui, celle d'un enseignant ou d'un agronome. Après sept classes d'école primaire, Puusepp part pour Leningrad pour intégrer le Collège en formation d'enseignants estonien-finlandais.

Carrière dans l'aviation[modifier | modifier le code]

Après une année d'études au collège, Puusepp décide de changer de voie et s'inscrit à l'école de pilotage, d'abord à Volsk, puis à Orenbourg, où il devient instructeur une fois diplômé. Il est ensuite transféré dans un escadron nouvellement formé, spécialisé dans le vol aux instruments (en utilisant uniquement les instruments de l'avion en raison de la visibilité réduite).

Aviation polaire[modifier | modifier le code]

En 1938, Puusepp est un pilote aguerri, compétent dans le pilotage sans visibilité, notamment par sa participation à l'opération de recherche de l'avion de Sigizmund Levanevsky, disparu dans l'Arctique[4]. Le Nord fascine tellement Puusepp qu'il décide d'y rester travailler. Il se rend à la station Pôle Nord-1 à plusieurs reprises et visite d'autres stations de l'Arctique soviétique. Il participe également à la création d'itinéraires optimaux pour les navires et à l'observation des mouvements des glaces. Lors d'une de ces missions sur la mer de Kara, Puusepp apprend le début de l'opération Barbarossa. De retour à la base, Puusepp demande son transfert sur la ligne de front.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Puusepp (à gauche) en couverture du magazine Ogonyok.

Le , sous le commandement de Mikhaïl Vodopianov, Puusepp participe à sa première mission de bombardement. Après avoir lâché avec succès des bombes sur Berlin et retournant à la base, son avion est gravement endommagé par l'artillerie antiaérienne, obligeant atterrissage d'urgence en Estonie, alors occupée par les nazis. À la sortie de l'avion, l'équipage rencontre un berger effrayé. Puusepp dont l'estonien est la langue maternelle, lui demande les renseignements pour réussir à s'orienter et regagner le territoire sous contrôle soviétique, en évitant les emplacements des troupes nazies[5]. En avril 1942, Puusepp a déjà effectué 30 missions de bombardement de nuit à longue portée sur Berlin, Dantzig, et Königsberg.

Le bombardier lourd soviétique Petlyakov Pe-8.

À cette époque, l'Union soviétique est impliquée dans les négociations avec les Alliés, concernant l'ouverture du front occidental. Il est décidé d'envoyer une délégation soviétique dirigée par le ministre des Affaires étrangères Viatcheslav Molotov, d'abord en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis. Puusepp est choisi comme pilote pour cette opération sans précédent et très risquée, impliquant le survol de la ligne de front et des territoires sous contrôle ennemi[1]. Le , après escales à Tealing (en), Prestwick, Reykjavik et Goose Bay, le Petlyakov Pe-8 avec la délégation soviétique à son bord atterrit à Washington[3]. Le retour s'avère encore plus périlleux. Pour déjouer les services de renseignement nazi, au courant des négociations achevées et réduire les chances que la délégation soit interceptée sur le chemin du retour, un stratagème est utilisé employant des faux rapports publiés par la presse soviétique, annonçant le retour réussi de la délégation[3]. C'est seulement après cette action de désinformation que l'avion se met en route pour Moscou. Pour la réussite de la mission, Puusepp est distingué héros de l'Union soviétique. Lors de la réception, il fait remarquer, surpris, qu'il n'avait pas fait quelque chose d'extraordinaire.

Il continue les missions de bombardement contre les troupes ennemies sur Stalingrad, Koursk, Orel et Belgorod. Au cours de l'un de ces vols, Puusepp est blessé à la colonne vertébrale par un éclat d'obus. À l'issue de cinq interventions chirurgicales, il sait qu'il ne pourra pas poursuivre sa carrière de pilote et prend sa retraite des Forces aériennes soviétiques en 1946, avec le grade de colonel[4].

Après guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Puusepp s'installe à Tallinn, où il est nommé à la tête de l'Office central des transports routiers de la RSS d'Estonie qu'il dirige jusqu'en 1950. Il est élu au Soviet suprême d'Estonie en 1950-1964. Il occupe le post de ministre de l'assurance sociale de la république en 1964-1974. Il meurt le et est enterré au cimetière Metsakalmistu de Tallinn[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Centre de la gloire nationale de Russie commémorera en 2007 le pilote estonien Endel Pusep. », sur sputniknews.com,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  2. a et b (ru) Дмитрий ГайчКов, « Мы помним тебя, Эндель Пусэп! », sur redstar.ru,‎ (consulté le 18 novembre 2015)
  3. a, b et c (ru) « Эндель Пусэп – эстонский брат Бронзового солдата », Izvestia,‎ (consulté le 9 mars 2008)
  4. a et b (ru) « Герой Советского Союза Пусэп Эндель Карлович », warheroes.ru (consulté le 9 mars 2008)
  5. (ru) « У второго фронта был эстонский акцент », Komsomolskaya Pravda,‎ (consulté le 9 mars 2008)
  6. (ru) « Эндель Карлович Пусэп », peoples.ru (consulté le 10 mars 2008)