Enclos paroissial de Saint-Thégonnec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enclos paroissial de Saint-Thégonnec
1 Thegonnec C.jpg

Vue générale de l’enclos paroissial de Saint-Thégonnec

Présentation
Type
Construction
XVIe-XVIIIe siècle
Destination initiale
Lieu de culte
Destination actuelle
Lieu de culte
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Place de l'ÉgliseVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg

L’enclos paroissial de Saint-Thégonnec est un ensemble architectural religieux au cœur du bourg de Saint-Thégonnec. Cet enclos paroissial est composé d’une porte triomphale, d’un mur d’enceinte, d’un ossuaire, d’un calvaire qui entourent l’église paroissiale Notre-Dame. Il a été bâti entre le XIVe et le XVIIIe siècle et est l’un des monuments les plus visités du Finistère[1].

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

L’architecture de l’église est plutôt sobre, mais elle est richement décorée de retables, autels, statues, vitraux, toiles, etc. Elle contient entre autres un baptistère en chêne sculpté de 1675, un chaire à prêcher de 1677,et un orgue construit en 1670 par Jacques Mascard, facteur d’orgues à Landerneau, mais plusieurs fois remanié, en particulier par Thomas Dallam entre 1681 et 1683, puis par Florentin Grimont en 1789 et reconstruit par Heyer en 1863[2],[3].

Elle a été gravement endommagée par un incendie le 8 juin 1998, puis restaurée de 1998 à 2005 à l’identique, à l’exception du retable de Notre-Dame du Vrai Secours qui a dû être refait. Elle est classée monument historique depuis 1886[4].

Porte triomphale[modifier | modifier le code]

Dos de la porte triomphale

La porte triomphale — ou arc de triomphe —, à l’entrée de l’enclos, est un édifice de style Renaissance en granite de Plounéour-Ménez réalisé dans l’atelier du château de Kerjean entre 1587 et 1589.

Elle est composée de quatre piliers massifs surmontés de lanternes cubiques et de lanternons. Deux échaliers relient les piliers extérieurs et l’entrée centrale est faite d’un arc en plein-ceintre fermé à l’époque par une grille. L’arc est orné de trois statues en Kersanton : à droite Notre-Dame du Vrai Secours, à gauche l’archange Gabriel et au centre Dieu le père entouré de deux canons.

L'arc de triomphe est classé monument historique depuis 1914[4]. Le mur de cimetière attenant est, quant à lui, classé en 1928[4].

Ossuaire[modifier | modifier le code]

Ossuaire de l’enclos paroissial

L’ossuaire à gauche de la porte triomphale, construit entre 1676 et 1682 par l’architecte Jean Le Bescont, est dédié à la prière pour les défunts. Il servait de chapelle funéraire et de reliquaire. Il ne contient aucun ossement.

Le fronton triangulaire au centre de la façade abrite une statue de saint Pol Aurélien tenant en laisse le dragon qu'il aurait capturé à l’île de Batz. Une Vierge en argent au sommet du toit fait face au petit clocher.

À l’intérieur, le retable de 1685 est dédié à Saint-Joseph, patron de la bonne mort.

Dans la crypte se trouve une Mise au tombeau du Christ spectaculaire.

Notons également qu'avant la construction de l'ossuaire actuel en 1676, il en existait un autre, sur l'un des côtés du cimetière de la partie nord, et celui-ci servait en réalité à recueillir les ossements, il fut détruit en 1850.

Calvaire[modifier | modifier le code]

Le calvaire de 1610 représente la Passion du Christ. À l’origine, il était peint[5].

Le pardon de Saint-Thégonnec a lieu tous les ans, le 2e dimanche de septembre.

L'ossuaire et le calvaire sont classés monument historique depuis 1886[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Du Breil et Éric Basquin, L’enclos paroissial de Saint-Thégonnec, 21 min.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Magazine du Conseil Général du Finistère, Penn ar Bed, n° 93, juillet 2005, p. 12-13.
  2. Jean-Claude Guéret, "L’orgue de Saint-Thégonnec. Une synthèse de trois siècles", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CVII, 1979
  3. http://fr.topic-topos.com/orgue-saint-thegonnec
  4. a, b, c et d « Notice no PA00090441 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Patrick Thomas et Loïc de Carpouët, "Saint-Thégonnec : le calvaire", éditions CMD, 1999, (ISBN 2909826961).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :