Enchiridion Symbolorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum (1854) est une collection de textes doctrinaux officiels de l'Église catholique romaine qui a une réputation universelle, et qui a fait l'objet de très nombreuses rééditions.

Le Denzinger[modifier | modifier le code]

L'Enchiridion est l'œuvre majeure de Heinrich Joseph Dominicus Denzinger, un théologien allemand du XIXe siècle ; on parle « du » Denzinger . Les références sont souvent  : Denz. ; on trouve aussi DB pour Denzinger-Bannwart ; et enfin DS pour Denzinger-Schönmetzer pour les éditions récentes.

À partir de 1963, ce recueil a été modifié dans son choix de textes (par exemple avec des extraits de Vatican II) et sa numérotation, alors que dans le même temps le latin était de moins en moins étudié, et que la théologie prenait une nouvelle physionomie ; de telle sorte que les anciennes éditions sont toujours très prisées de ceux qui cherchent des textes doctrinaux très concis et précis (ces utilisateurs traditionnels utilisent souvent des manuels de théologie antérieurs, ce qui nécessite d'avoir l'ancienne numérotation).

La dernière édition (38e) comprend des textes allant jusqu'en 1995.

Les textes, en latin, sont classés par dates (par exemple, tous les textes du Concile de Trente sont cités de façon suivie), par opposition à un classement par thèmes (comme dans un catéchisme) ; mais un index très élaboré par thèmes permet de s'y retrouver très facilement.

Les autres recueils de textes du magistère de l'Église[modifier | modifier le code]

Selon un mécanisme qui ressemble beaucoup à ce qui s'est passé pour le Corpus Juris Canonici, qui est resté pendant des siècles une compilation privée régulièrement augmentée, on a vu apparaître le Denzinger (et ses éditions successives), puis d'autres compilations :

Le Dumeige[modifier | modifier le code]

Du fait de la perte de vitesse du latin dans les années 1960, le recueil de texte de H. Denzinger a été fortement concurrencé par l'ouvrage (en français) de Gervais Dumeige : Textes Doctrinaux du Magistère de l'Église sur la foi catholique publié en 1963, et qui s'inspire du Denzinger (il y a eu plusieurs rééditions depuis).

Le Sommaire de Théologie catholique[modifier | modifier le code]

Un autre recueil, beaucoup moins connu, a été publié en 1969 : Sommaire de Théologie catholique, par une équipe de théologiens catholiques romains, Les Éditions du Bien Public, Trois Rivières, Canada, 251 pages (parmi les rédacteurs, citons les prêtres Georges Panneton et Charlemagne Bourgeois). Ce recueil de références au Denzinger (références classées par vérités, comme dans un catéchisme) a une originalité remarquable : il s'efforce d'indiquer, pour chaque affirmation, la note théologique : ce qui est « de foi », « certain », « sentence commune », et pour les propositions rejetées par l’Église, ce qui est « hérétique », « proche de l'hérésie », « erroné », etc.

Du bon usage du Denzinger[modifier | modifier le code]

Le Denzinger rapporte avec fidélité des passages d'encycliques et autres sources doctrinales. Ses limites furent cependant soulignées par le cardinal Yves Congar dans un article remarqué [1] :

  • l'Enchiridion fait une sélection orientée des sources, et place sur le même plan simples lettres, bulles papales et encycliques ;
  • il ne remet pas les directives dans leur contexte historique.

Ces critiques visent surtout, non le recueil lui-même, mais l'usage qui en était fait dans les séminaires.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heinrich Denzinger, Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum (1854), en latin [1].
  • Enchiridion symbolorum definitionum et declarationum de rebus fidei et morum: Kompendium der Glaubensbekenntnisse und kirchlichen Lehrentscheidungen. Lateinisch - Deutsch
  • Denzinger, Symboles et définitions de la foi catholique. Enchiridion symbolorum, trad. Peter Hünermann, Cerf, 38° éd., 2001, 1283 p. [2]. En français [3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Congar, « Du bon usage de “Denzinger” », dans Situations et tâches présentes de la théologie, Paris, Le Cerf, 1967 , pages 111-133.