Enceinte connectée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un modèle d'enceinte connectée, ici le Google Home de Google.

Une enceinte connectée ou haut-parleur intelligent est un type de haut-parleur sans fil à commande vocale, associé à un assistant personnel intelligent intégré, qui propose des actions interactives et des commandes à mains libres à l'aide d'un ou plusieurs mots-clés.

Usage[modifier | modifier le code]

Les enceintes connectées agissent comme un dispositif intelligent utilisant une connexion Wi-Fi, Bluetooth ou autre protocole sans fil pour étendre l'utilisation au-delà de la lecture audio, comme contrôler des appareils de domotique. Cela peut inclure, des fonctionnalités permettant la compatibilité avec un certain nombre de services et de plates-formes de connexion peer-to-peer par réseau maillé (mesh), par assistants virtuels, ou autres.

Chaque appareil peut avoir sa propre interface et des fonctionnalités en interne, généralement lancé ou contrôlé par l'application ou des logiciels de domotique[1]. Certaines enceintes connectées incluent également un écran qui visualise une réponse à l'utilisateur.

À l'hiver 2017, il est estimé par la NPR et Edison Research que 39 millions d'Américains (16% de la population de plus de 18 ans) sont propriétaires d'une enceinte connectée[2].

Dans le cas d'une enceinte connectée avec écran tactile, on parle de smart display. Tout en étant similaire aux tablettes, le smart display diffère par l'attention apportée à une interface utilisateur mains-libres et à des  fonctionnalités d'assistant virtuel[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Enceinte Amazon Echo première génération. 
Enceinte Apple HomePod. 
Enceinte Harman Kardon INVOKE. 
Enceinte Amazon Echo Show. 

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Risques d'intrusion[modifier | modifier le code]

En France, le succès des ventes d'enceintes connectées depuis 2017 a amené la CNIL à alerter les utilisateurs, en publiant en ligne un guide d'usage. Pour l'organisme de régulation, ces appareils présentent des risques d'intrusion dans la vie privée, pouvant en état de veille, enregistrer les conversations, elle préconise notamment de ne pas laisser ces appareils en connexion permanente[4].

Aux États Unis, le journaliste Artem Russakovskii du site Androïd Police, utilisateur d'un Google Home Mini, a constaté un bug de l'assistant vocal de l'appareil, qui transmettait en permanence ses conversations à Google[5]. De même, un bug sur Echo, l'enceinte connectée d'Amazon, a provoqué l'enregistrement d'une conversation privée d'un couple, qui fut ensuite transmise à l'employé de l'époux à leur insu[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « smart speaker », techtarget.com, mai 2017.
  2. (en) « The Smart Audio Report from NPR and Edison Research, Fall-Winter 2017 » [PDF], sur nationalpublicmedia.com.
  3. (en) Tyler Lacoma, « What is a smart display? », sur digitaltrends.com, .
  4. Mathieu Chartier, « La Cnil tire la sonnette d’alarme sur les enceintes connectées », sur lesnumeriques.com, .
  5. Elisa Braun, « L'enceinte connectée Google Home Mini espionnait ses utilisateurs », sur Le Figaro.fr, .
  6. Fergus Halliday, « Les explications d'Amazon après qu'Echo ait enregistré une conversation privée », sur lemondeinformatique.fr, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]