Encéphalomyélite aiguë disséminée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Encéphalomyélite aiguë disséminée
Classification et ressources externes
CIM-10 G04.0
CIM-9 323.61, 323.81
DiseasesDB 158
eMedicine neuro/500 
MeSH D004673
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'encéphalomyélite aiguë disséminée (traduction de l'anglais ADEM pour Acute disseminated encephalomyelitis) ou encéphalite post-infectieuse ou encéphalite périveineuse est une maladie inflammatoire démyélinisante du système nerveux central. Elle est habituellement secondaire à une infection virale, bactérienne ou à une vaccination, mais peut aussi apparaître spontanément. Elle consiste en une inflammation auto-immune aboutissant à la destruction des gaines de myéline dans la substance blanche, et présente à cet égard des similitudes (physiopathologiques, cliniques et paracliniques) avec les poussées de sclérose en plaques.

C'est une maladie rare dont l'incidence vaut 0,8 cas/100 000 personnes et par an, touchant préférentiellement l'enfant et l'adolescent, la plupart des cas survenant entre 5 et 8 ans. Elle touche de façon prédominante les hommes (ratio 2:1).

L'épisode est aigu et dure quelques mois, évoluant vers une rémission complète dans 50 à 75 % des cas, des formes séquellaires dans 15 à 30 % des cas et la mort dans 5 % des cas. La récupération demande généralement 1 à 6 mois.

Quoique la physiopathologie de l'encéphalomyélite aiguë disséminée soit encore largement méconnue, on retrouve des lésions inflammatoires dans la substance blanche du cerveau et de la moelle spinale, typiquement en sous-cortical, dans les connexions inter-hémisphériques, le cervelet, le tronc cérébral et la moelle spinale, mais on peut aussi rencontrer des lésions de la substance blanche périventriculaire ou de la substance grise du cortex, du thalamus ou des noyaux gris centraux.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

Le début est aigu, typiquement précédé d'un épisode infectieux, viral ou d'une vaccination quelques semaines auparavant et le tableau clinique s'installe rapidement en quelques jours, dominé par des signes multifocaux, tels que :

(les signes sont disséminés dans l'espace, comme dans la sclérose en plaques mais pas dans le temps, contrairement à icelle.)

Imagerie[modifier | modifier le code]

L'IRM cérébrale montre des lésions multifocales de la substance blanche :

  • hypersignaux multiples en T2 ou T2-FLAIR
  • en T1, ces lésions fixent fortement le gadolinium
  • parfois un œdème péri-lésionnel
  • parfois des lésions des noyaux gris centraux ou du thalamus

Liquide céphalo-rachidien[modifier | modifier le code]

La ponction lombaire peut montrer une pléiocytose (augmentation du nombre d'éléments) inconstante. Elle permet surtout d'éliminer une étiologie infectieuse.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Les principaux diagnostics à éliminer sont :

  • une poussée de sclérose en plaques
  • une méningo-encéphalite infectieuse
  • un syndrome d'activation macrophagique
  • une vascularite du système nerveux central

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement est empirique, en raison du peu d'études et de l'absence d'essais contrôlés, il comporte entre autres :

Pronostic[modifier | modifier le code]

L'évolution est généralement rapide, aboutissant vers la guérison en moins de 6 mois ou le décès dans 5 % des cas. Dans 15 à 30 % des cas, il peut persister des séquelles plus ou moins sévères.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

L'industriel français Jean-Luc Lagardère serait décédé de cette maladie le 14 mars 2003.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]